Saint-Romain-sous-Gourdon – Deux brebis égorgées par un animal qui pourrait être un loup

C’est maintenant une certitude, la présence du loup a été démontrée dans le Morvan et depuis quelques jours dans le Charolais (lire par ailleurs).

Ce jeudi matin, un éleveur installé sur la commune de Saint-Romain-sous-Gourdon a eu la très désagréable surprise de découvrir deux de ses brebis égorgées dans un champ situé à une centaine de mètres de son habitation.

Il a aussitôt prévenu l’Office Nationale de Biodiversité qui très vite s’est rendu sur les lieux pour procéder aux premières constatations. « Il y a une forte suspicion  que cette attaque soit l’oeuvre d’un loup » rapporte l’éleveur. Mais pas de preuve formelle, même si, ajoute-t-il, « les bêtes ont été attaquées à la gorge avant que l’animal ne commence à dévorer sa proie ».

Des traces de morsures sont visibles au cou, les agents de l’ONB ont d’ailleurs coupé la peau à ce niveau.

Alors loup ou pas loup ? En effet, dans l’immédiat rien ne permet de l’affirmer. Pour en avoir la certitude, les agents de l’ONB ont placé des pièges photographiques à proximité des deux cadavres. Le loup pourrait revenir ou un autre animal comme un gros chien.

Etant donné les pièges, l’éleveur a préféré garder l’anonymat et ne pas divulguer son adresse. « Je ne veux pas voir débarquer les curieux » lance-t-il.

« Il a quinze jours, à la ferme d’à côté, c’est un bélier qui a été attaqué, déjà de la même façon » ajoute-t-il.

Son élevage est surtout constitué de bovins, « j’ai juste huit brebis mais je voulais surtout alerter l’opinion que le loup (si c’est lui), n’est pas une bête gentille. Quand il attaque une brebis, elle souffre énormément. Le loup tue pour manger. J’ai peur aussi qu’il puisse s’attaquer aux petits veaux », stipule-t-il.

Ce jeudi matin, « j’étais très en colère déjà que le métier d’agriculteur est très difficile, on n’avait pas besoin de ça. Nous les éleveurs, nous ne voulons pas de loups dans notre coin », explique-t-il.

Il se souvient également que ses grands-parents se sont battus contre le loup. « J’ai en mémoire que le dernier loup abattu vers chez nous, l’a été en 1920 vers le Rousset. A cette époque, quand il fallait traverser les bois, les gens frappaient le sol avec leurs sabots pour effrayer l’animal ».

Alors le loup viendra-t-il se faire prendre en photo ? Ou autre chose. L’assassin revient toujours le lieu du crime.

Jean Bernard

Photos prises ce matin par l’éleveur.

13 commentaires

  1. Merveilleux, fantastique…..! j’espère au moins que le loup aura pris la peine de faire une anesthésie générale à la brebis avant de la dévorer.
    On est vraiment en pleine connerie c’est catastrophique, comment peut on tolérer des choses pareils !
    En tout cas , je soutiens les agriculteurs qui se révoltent contre ce fléau.Ne vous laissez pas endormir vous avez raison.

  2. Il ne faut pas crier au loup trop vite.
    La plupart des attaques de moutons le sont par des chiens errants !
    J’admets que c’est triste pour un agriculteur de découvrir un tel spectacle.
    Il y a peut être possibilité de cohabitation entre les éleveurs et la faune sauvage, on peut, peut être, trouver des solutions qui préservent les deux entités ; autrefois, les troupeaux étaient gardés par des bergers, des chiens …
    On ne peut pas nier l’existence des animaux sauvages, c’est une chance pour nous !
    On ne peut pas exterminer tous ceux qui nous dérangent : loups, castors, loutres, lynx,…
    Si c’est un loup, il est certainement de passage, en quête d’un territoire, je doute qu’il s’installe dans la campagne charolaise, même si la viande est réputée !

    • Lili,
      Vous imaginez un troupeau gardé par un berger et des chiens en 2020 ?
      Qui va payer les bergers ? qui est prêt à passer ses nuits dehors par tous les temps et tous les vents ? en Saône et Loire.
      Ou alors, les gens qui veulent absolument des loups vont garder les troupeaux toutes les nuits par tous les temps. Juste munis d’un bâton mais…. BENEVOLEMENT.
      Afin de ne pas générer de surcoût pour l’agneau Français.

    • je vous soutiens 100 % lili, tout est dit.
      je suppose que tous ces commentaires viennent de personnes qui sont pour l’effrayage des moineaux mais qui se plaignent du bruit que cela provoque. Sans doute achètent ils de la viande en grande surface car chez le paysan du coin c’est trop cher et il vaut mieux le faire venir à des kilomètres : donc des gens qui ne soutiennent pas du tout l’agriculture locale car n’en connait rien

      • Mon pauvre Seb, je me sers chez mes amis agriculteurs et ça fait des mois voire des années que je n’achète plus de viande en grande surface. Je produis mes légumes et j’achète mes fromages…. à la ferme.
        Par ailleurs, au moment ou j’écris, je viens de voir un autre article de l’informateur concernant une attaque de loup à Gourdon.
        Vous venez de perdre encore une sacrée occasion de vous taire.

        • où son les résultats des tests ADN pour prouver qu’il s’agit effectivement d’un loup ? A Gourdon ou ailleurs, ces analyses ont elles été faites ? Vous venez de perdre, vous aussi, « une sacrée occasion de vous taire… »

    • Loup = une balle de carabine point à la ligne .
      Si faut passer par là on ne va pas ce gênez nous à la campagne….
      Le prix d’une brebis c’est 80€ environ …

  3. Pas de loups en France pendant environ un siècle et c’était aussi bien comme ça pour la nature et les humains.
    Protégeons nos agriculteurs au lieu de ces espèces pas indispensables sur notre territoire.

    • Bien d’accord avec vous Rogille, nos anciens étaient plein de bon sens et nous devrions nous en inspirer.

    • Un loup de passage, et on sort les carabines…
      La présence du loup est un indicateur essentiel quelque soit le territoire, il est indispensable à la biodiversité, ne vous en déplaise 😉

      Si on devait supprimer tout ce qui est inutile, il y a bien longtemps qu’il n’y aurait plus d’imbéciles sur terre…

  4. Les loups ont vécu ici pendant 20 000 ans, en même temps que les humains.
    Pourquoi n’auraient ils pas le droit d’y vivre à nouveau ?
    C’est l’homme qui détruit la nature et non l’inverse !
    C’est sûr, les agriculteurs ne veulent plus de faune sauvage, même les abeilles et les coquelicots sont des espèces inutiles pour eux !

  5. Le loup peut-être mais il devait avoir une grosse fain pour s s’attaquer à lui seul a plusieurs brebis. Il faut aussi regarder du côté de chiens errants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *