•  

Régionales 2021 – Le clash aux LR nivernais, Gilles Platret s’explique

Les binômes bourguignons aux régionales sur la liste conduite par Gilles Platret.

L’alliance passée pour les régionales en Bourgogne – Franche-Comté entre Debout la France et Gilles Platret vient de provoquer un clash dans le nivernais où Pascal Lepetit, le représentant du parti de Nicolas Dupont-Aignan, a rejoint la liste du maire de Chalon-sur-Saône.

Conséquences, Annie Legrain, présidente des LR nivernais et Jacques Baudhuin, secrétaire départemental ont démissionné ce mardi 27 avril 2021.

Annie Legrain a même fait un aller-retour à Paris, auprès du conseil national des investitures, pour annoncer la nouvelle. « Je leur ai dit : vous nous avez pris pour des imbéciles » relate ce soir, le Journal du Centre.

Voilà pourquoi Gilles Platret et Lucie Leclerc signent un communiqué (à découvrir ci-dessous).

J.B.



Communiqué de presse de Gilles Platret, Chef de file Les Républicains pour les élections régionales de Bourgogne et de Franche-Comté, et de Lucie Leclerc, déléguée de la 1re circonscription des Républicains de la Nièvre, candidate investie pour la liste de rassemblement de la Droite et du Centre dans la Nièvre

Même quand on possède des divergences de fond avec ceux qui donnent leur démission, on doit avoir le recul nécessaire pour les remercier de l’action qu’ils ont conduite. Du travail a été effectué toutes ces dernières années par la présidente et le secrétaire départemental des Républicains de la Nièvre, nous ne le nierons certainement pas et les en remercions.

Pour autant, force est de constater qu’avec une baisse régulière et finalement très sensible de nombre de ses militants, la fédération des Républicains de la Nièvre doit aujourd’hui sérieusement redresser la barre.

Divisions successives, méfiance, rancœurs, démobilisation, stratégie souvent peu lisible : petit à petit, beaucoup d’adhérents ont fini par se lasser ou ont claqué la porte.

Seul un petit nombre d’entre eux sont restés et nous leur en sommes reconnaissants.

Aujourd’hui, avec les militants qui restent fidèles à leur parti et avec ceux qui viendront (ou reviendront) les rejoindre, il faut écrire un nouveau chapitre de l’histoire de notre famille politique dans ce département. Car les Républicains, nous en sommes convaincus, ont un avenir dans la Nièvre !

Loin des alliances trop faciles avec le socialisme macronien de Monsieur Thuriot, nous sommes convaincus que, sur la base de convictions fermes et assurées, les valeurs de la Droite républicaine : l’autorité, la
Liberté, le travail, le mérite, le patriotisme, peuvent aujourd’hui représenter un espoir sur l’échiquier politique départemental. Car elles correspondent largement à ce que pensent nos concitoyens et aux besoins de notre population.

Dans notre région de Bourgogne et de Franche-Comté, nous faisons alliance pour les élections régionales notamment avec Debout la France. Cette alliance, c’est résolument celle des valeurs de la Droite. Cette question a logiquement été portée ce mardi matin devant la Commission nationale d’Investiture des Républicains, au siège national de Paris, à l’occasion d’une réunion qui s’est tenue sous la présidence d’Eric Ciotti, en présence de Christian Jacob, de plusieurs anciens ministres, de nombreux parlementaires, notamment de Bourgogne et de Franche-Comté.

La stratégie d’alliance régionale tout à la fois avec le parti de Nicolas Dupont-Aignan et avec le Centre (en particulier l’UDI), présentée par Gilles Platret et soutenue par les parlementaires bourguignons et francs-comtois présents, dans la perspective de gagner cette élection et de sortir enfin la Bourgogne et la Franche-Comté de 20 ans de socialisme, n’a suscité aucune opposition de la part de la Commission nationale d’Investiture.

Nous nous étonnons donc que la présidente et le secrétaire départemental des Républicains de la Nièvre se soient ainsi opposés frontalement à une décision avalisée par notre parti.

Pour autant, c’était leur droit. Ils en ont assumé les conséquences et ont donné leur démission. Ils seront logiquement remplacés par des chargés de mission prochainement nommés et qui auront toute latitude pour faire vivre la fédération jusqu’au remplacement officiel des démissionnaires dans leurs postes et fonctions.

D’ici là, nous allons résolument faire campagne avec toutes les bonnes volontés -elles existent en nombre- qui veulent, loin des divisions dont ces démissions doivent tourner la page, défendre sincèrement leurs convictions et les faire gagner lors du scrutin régional des 20 et 27 juin prochains.

C’est avec cette volonté que vous pourrez nous retrouver tout prochainement sur le terrain !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *