Présidentielle 2022 – Fabien Roussel, il a de la suite dans les idées

  membre du PGE-Bassin minier- 15 02 2022 –  Fabien Roussel a présenté le programme du PCF pour la présidentielle. (suite)        Biens communs, services publics, Sécurité sociale du 21e siècle

30 – La précarisation des personnels cessera (plus d’un million de non titulaires présentement) et les agents bénéficieront d’un pouvoir renforcé d’intervention :  La redéfinition du modèle de gestion des personnels sera mise à l’étude, avec les salarié·e·s de la fonction publique et leurs organisations syndicales, pour promouvoir les coopérations et le travail collaboratif. La conception du fonctionnaire-citoyen, agissant dans l’intérêt général et disposant d’une marge d’appréciation, se substituera de cette manière à l’idéologie néolibérale qui détruit le service public.

31 – Les secteurs professionnels de la protection de l’enfance et du médico-social verront garantir leur statut : Ceux-ci sortiront de la précarité que les pouvoirs successifs leur ont imposée. Ils feront donc l’objet d’une revalorisation des statuts, de la rémunération des personnels concerné·e·s et d’un recrutement à la hauteur des besoins exprimés par les organisations syndicales.

32 – Il sera mis un terme au recours ruineux aux cabinets de conseil privés :  Ces derniers s’immiscent de plus en plus dans la conception de la politique de l’État. Il sera donc mis un terme à ce processus de subordination de la puissance publique au privé. L’École nationale d’administration (ENA) sera, dans le même esprit, rétablie et profondément démocratisée, les conditions de recrutement devant permettre d’assurer, à cet échelon aussi, l’égalité d’accès aux emplois publics.

La jeunesse, avenir de la France. Pour un pacte qui respecte les jeunes et engage la nation

33 – La sélection à l’entrée de l’université sera supprimée :  Les réformes du lycée et du baccalauréat seront abrogées, et « Parcoursup » sera supprimé. Le bac, diplôme national, reposera de nouveau sur des épreuves nationales communes à tou·te·s les élèves, et il garantira une place dans une formation choisie dans l’enseignement supérieur. L’enseignement secondaire préparera tou·te·s les jeunes à réussir des études supérieures s’ils le souhaitent : l’augmentation du temps scolaire permettra de restaurer l’enseignement du français et de l’histoire dans les filières professionnelles, celui des mathématiques dans le tronc commun du lycée, tous et toutes pourront accéder à une culture artistique et sportive.

34 – Un enseignement supérieur public digne de ce nom sera reconstruit en France :  C’est là un impératif si l’on veut que le pays puisse affronter les défis de demain, les mutations technologiques et informationnelles, les exigences de sa réindustrialisation et de la transition écologique, les besoins de recherche qui en découlent. Conscient de l’état déplorable de l’enseignement supérieur en France et de la nécessité d’apporter les meilleures formations publiques à notre jeunesse, le budget de l’enseignement supérieur sera rapidement réévalué, afin de le faire passer de 14 milliards d’euros à présent, à 20 milliards. Quatre nouvelles universités seront construites dans les cinq prochaines années, un plan de recrutement de 10 000 enseignants-chercheurs sera mis en œuvre pour offrir à chaque étudiant et à chaque étudiante les meilleures conditions d’études et créer les places manquantes.

35 – La possibilité de passer le bac professionnel sera étendue à quatre ans, au lieu de trois actuellement :  Le lycée professionnel ne doit plus être un choix par défaut, cela contribuera à l’objectif d’une jeunesse bien formée. De nouvelles filières seront ouvertes pour qu’aucun·e jeune ne soit obligé·e de quitter le lycée pour se former au métier de son choix. Un CAP sera recréé dans toutes les filières professionnelles.

36 – Une rémunération minimum au smic sera garantie aux alternant·e·s :  La nouvelle majorité politique n’acceptera pas que des rémunérations soient inférieures au salaire minimum. Cela vaudra notamment pour les alternant·e·s. (à suivre)

3 commentaires :

  1. L’Informateur de Bourgogne, organe officiel de communication du PCF !

    On ne se refait pas ….

    • C’est n’importe quoi comme commentaire !

      • Et bien faites le compte des articles sur le PCF ces dernières années, et ceux à propos des divers syndicats et partis politiques.
        De plus les convictions et le militantisme (passé ?) de l’Informateur ne sont un secret pour personne. Cela n’a rien de déshonorant, mais il faut savoir ou l’on met les pieds quand on consulte ce site.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.