Pompes funèbres – Qui se cache derrière Funecap ?

Jacob Antoine, directeur de Funecap pour une grande partie de la Saône-et-Loire au pôle logistique à Montchanin.

Roc Eclerc est toujours Roc Eclerc à Montceau mais sous pavillon Funecap.

Organiser des obsèques quand on perd un être cher, quand on est dans la peine, demande un surcroît d’énergie. Mais vivre c’est mourir et, un jour, dans notre vie, nous franchirons la porte d’un établissement de pompes funèbres.

Mais savez vous où vous mettez les pieds et chez qui ?

Sur le Bassin minier et même plus loin _ sur toute la France en fin de compte _ , un groupe qui ne dit pas forcément son nom, livre une bataille acharnée aux Pompes Funèbres Générales (PFG). « Funecap est un groupe entrain de se construire pour concurrencer les PFG qui avant 1993 avait le monopole » indique Jacob Antoine, directeur de secteur qui englobe le nord ouest du département de Saône-et-Loire.

Donc, après 1993, de nombreuses entreprises de pompes funèbres voient le jour. Vive la concurrence ! Puis les années passent  et faute de successeurs ou faute à une santé précaire, certaines de ces entreprises cèdent à l’appel de Funecap. « A partir de 2012/2013, Funecap rachète Roc Eclerc » qui a appartenu à Leclerc. Un joli coup commercial. Ainsi Roc Eclerc à Montceau, Le Creusot, Autun, Chalon-sur-Saône, Saint-Rémy, Beaune et Dijon, passent sous drapeau Funecap. Puis au fur à mesure, en fonction des opportunités, Funecap met la main sur Viollon à Saint-Vallier et Le Creusot, Geromet à Montchanin ou encore Franck à Couches, sans oublier le crématorium au Creusot et la toute nouvelle chambre funéraire à Saint-Rémy.

Les enseignes reprises par Funecap gardent leur nom

Ainsi, encore aujourd’hui, des clients s’adressent à Roc Eclerc à Montceau pensant aller chez Leclerc là où les tarifs sont moins chers. Ils ne savent pas que Roc Eclerc ou Viollon font partie de la même entité sous le nom de Funecap. « A chaque rachat, nous conservons l’enseigne qui est plus connue que Funecap » confirme Jacob Antoine dans son bureau à Montchanin, le long de la RCEA où se trouve le pôle logistique et sont stockés les cercueils, stationnés les corbillards avec le nom des différentes entreprises sur les véhicules ou encore l’atelier du marbrier. « Tous les cercueils partent d’ici pour Autun ou Le Creusot et tous proviennent de chez Canard à Molinet dans l’Allier » précise le directeur.

Peut-on encore parler de concurrence ?  Cela ne fait aucun doute pour Jacob Antoine, « ça ferraille » dit-il même.

Ici, sur le Basin minier, il reste principalement les pompes funèbres Brelau (5e génération), Zizzutto, Ducarouge et PFG. « Surtout, n’hésitez pas à demander des devis » fait savoir un ancien employé de Funecap.

Après, vous pouvez fabriquer vous même un cercueil, « à condition que les planches fassent 22 mm ou 18 mm d’épaisseur et contienne un cuvette étanche au fond » renseigne le directeur 71 de Funecap. Pour réduire la note, les porteurs peuvent être des personnes de la famille. En revanche pour le transport, il est obligatoire de faire appel à un véhicule habilité par la préfecture. Comme il est difficile de se passer du maître de cérémonie qui gère les obsèques avec la famille. Après, ce sont les types de cercueils et les options qui gonflent la facture. Le cercueil seul pour une crémation, il faut compter au minimum 550 €.

Une question nous trottait dans la tête à propos de la pandémie du covid. Y a-t-il eu davantage de décès lors de la première vague ? Jacob Antoine est très clair : « il n’y a pas eu de vague de décès due au covid ».

Covid ou pas covid, le groupe national Funecap tissent sa toile. Alors est-ce la mort, à petit feu, des indépendants ? Aux particuliers de faire jouer la concurrence. Maintenant, vous savez où vous mettez les pieds.

Jean Bernard

3 commentaires

  1. Pouilloux l’école ….
    Vive la rentrée je suis censurer mais visiblement vous aussi par la mairie ou alors même pas informateur ! Hihihihihihihihihihi

  2. Marche de le "mort"

    Peut t’on encore parler de concurrence alors ? mêmes produits, même personnel… à des tarifs différents bien sur, et on ne nous dit rien…. (…)
    C’est lamentable de profiter de la peine des gens pour enrichir (encore) des actionnaires regroupés en grand groupe financier, mais c’est clair il faut bien « engraisser » ces personnes aux dépend des gens dans la peine, trés souvent un peu perdus et qui acceptent tout sans trop s’interroger… et suppose que le « petit » personnel doit aussi subir et ne rien dire, et oui, il y a des objectifs à atteindre..
    N’hésitez pas à demander plusieurs devis, étant passé il y a peu (hélas) par là, .vous serez surpris… en fait souvent ils essaient de « s’aligner » sur autre devis, ils doivent « faire » du chiffre et augmenter le nombre de dossiers… bien vérifie aussi les différentes prestations proposées par toujours obligatoires alors pas de honte, négocier, comparer, les marges doivent être suffisamment importantes pour ne pas s’inquiéter pour ces sociétés de pompes funèbres, d’autant plus que les prix sont exorbitant et augmente régulièrement..
    Le chiffre d’affaire est bien important que le côté humain (c’est d’ailleurs pour cela que l’on ne sait pas que tout est regroupé), et attention également (étant passé par là) sur les publicités importantes sur telle société moins chère .. comparez surprise possible et certaine…
    Même dans la peine, il faut donc faire attention, c’est lamentable mais la réalité, et on sait bien que le but des grands groupes tout comme les grandes surfaces n’est pas le côté humain …. contrairement aux petites entreprises familiales… proches des gens… a chacun de voir …;

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *