Personnes handicapées – Leur insertion professionnelle, la mission du PDIP 71

Etienne Girod.

C’est un métier de l’ombre qui demande du temps, de la patience et lorsque la réussite est au bout du long processus, la victoire n’en est que plus belle. Effectivement, permettre à une personne en situation de handicap de s’insérer normalement comme tout à chacun dans une entreprise, qu’elle puisse trouver son autonomie, est précisément la noble fonction du PDIP 71 (Pôle Départemental d’Insertion Professionnelle de Saône-et-Loire) qui en ce mois de novembre fête ses 5 ans d’existence.

Etienne Girod est chef de service au PDIP 71 basé à Chatenoy-le-Royal. « J’ai cinq conseillers qui circulent dans le département qui accompagnent 160 personnes avec un handicap assez lourd et qui ont besoin d’un soutien au plus près » précise-t-il.

Le PDIP 71 est né du regroupement des Papillons Blancs D’entre Saône et Loire, les PEP 71 et la FOL 58 en 2015 avec le soutien de l’ARS (agence régionale de la santé) qui lui donne ainsi de la légitimité. C’est une structure unique en Bourgogne – Franche-Comté.

L’action des conseillers qui interviennent dans les différentes structures  _ ESAT : Établissement et Service d’Aide par le Travail,  IME : Institut Médico-Éducatif et ITEP : Institut Thérapeutique Éducatif et Pédagogique _ est d’apporter un regard différent, déceler la petite flamme qui ne demande qu’à éclairer l’avenir professionnel de la personne handicapée. « Nous travaillons bien entendu en lien avec les moniteurs et les encadrants des établissements » explique Etienne Girod.

L’accompagnement, c’est trouver des stages en entreprise, « tester les capacités de la personne handicapée en milieu ordinaire, ça demande entre deux et trois ans » ajoute-t-il.

Ce sont surtout des tâches répétitives qui conviennent dans les services de nettoyage, le contrôle qualité, la grande distribution et même la restauration collective. « C’est souvent une rencontre entre l’employeur et la personne. Quand le courant passe, cela donne une superbe réussite », souligne Etienne Girod. « En 2019, nous avons signé 8 CDI, 5 contrats d’apprentissage, cinq CDD et réalisés 36 stages ». L’insertion dans le milieu ordinaire concerne en majorité des hommes âgés entre 30/35 ans.

Même insérer, les personnes ont l’assurance de toujours pouvoir compter sur le PDIP.

Ainsi, accompagner la volonté des personnes reconnues travailleur handicapé et favoriser l’inclusion professionnelle en faisant tomber les préjugés est le cœur de la mission du PDIP 71.

J.B.

Témoignage

Monsieur J. 35 ans, travaillait à l’atelier bois d’un l’ESAT Son projet était d’être cantonnier, ou de travailler comme agent
d’entretien dans un établissement scolaire. Monsieur J. a effectué plusieurs stages afin de confirmer son choix professionnel :
le premier comme cantonnier, le deuxième en menuiserie et le troisième en tant que livreur de meubles. Ces stages ont démontré que Moniseur J., du fait de son handicap, ne pouvait occuper ces postes en totale autonomie.
Son projet professionnel a donc été retravaillé.
Un autre stage en tant qu’agent d’entretien des véhicules lui a été proposé. Une Mise à Disposition de 6 mois s’en est suivie.
Monsieur J. a signé son CDI en janvier 2020 dans lequel il s’épanouit pleinement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.