Municipales 2020 – Samuel Brandily candidat à la mairie de Saint-Vallier

Aujourd’hui, virtuellement, si on devait en rester là, Samuel Brandily, serait le nouveau maire de Saint-Vallier puisqu’il est le seul candidat déclaré. D’autres vont suivre… évidemment.

Dans l’immédiat, toute la lumière est braquée sur lui. Samuel Brandily n’est pas un inconnu des Valloiriennes et Valloiriens avec son implication dans la vie associative et sa naissance, voici 45 ans, à l’ancienne maternité du Galuzot à Saint-Vallier. C’est un pur Valloirien qui a ciré les bancs des écoles et fréquenté le collège Copernic.

Saint-Vallier est sa ville et c’est donc tout naturellement qu’il souhaite, non sans y avoir réfléchi de longue date, briguer le poste de maire. « Car j’ai toujours suivi ce qui se passe à Saint-Vallier et l’heure, pour moi, est venue de m’engager. Je constate, de surcroît, que l’actuelle gestion de la commune est mauvaise » dit-il posément.

Il part du constat qu’il « est temps de changer les têtes, ce sont toujours les mêmes et que le mécontentement gronde dans les quartiers, car que reproche-t-on à Philibert (le maire actuel), son manque de dialogue avec la population. Il a beau dire que la porte de son bureau est ouverte, jamais il ne va la voir ».

Dans son flot de critiques, Samuel Brandily se veut lucide sur l’état des lieux. « Ici à Saint-Vallier, tout est contraint, tout est compliqué. Philibert et son équipe sont hors champ. C’est quand même la seule commune communiste de France où la CGT veut faire la peau au maire. Et nous ne sommes pas arrivés au bout de nos surprises. Dans cette campagne des municipales, sur le Bassin minier, c’est bien à Saint-Vallier où il y aura de l’animation » promet-il.

Samuel Brandily est un homme politique. Il a participé déjà de nombreuses élections sans jamais avoir décroché le moindre mandat. A Chalon-sur-Saône en 2001 sut la liste d’union de la gauche, en 2002 aux législatives en tant que chevènementiste, puis aux régionales en 2015 avec Debout la France et, enfin, aux dernières législatives, toujours avec Dupont-Aigan avec un score presque indécent. « Je savais que j’allais au casse-pipe, je n’ai même pas fait campagne ».

Depuis, en septembre dernier, Samuel Brandily a quitté Debout la France quand Lilian Noirot a rejoint le mouvement. Alors « je souhaite présenter une liste multi-étiquettes à Saint-Vallier. Une liste d’union et ça se fera » affirme-t-il convaincu.

Qui est avec Samuel Brandily venu seul annoncer sa candidature ? Il reste très évasif, voire secret. « J’ai déjà du monde et beaucoup de soutien mais les gens ont du mal à s’engager alors j’espère que ma candidature va susciter des vocations ».

Quant à son programme, là encore, le gestionnaire de lycée qu’il est, ne tient pas à dévoiler le contenu. « Ce sera fait dans un second temps » précise-t-il mais l’une de ses priorités sera l’emploi même si le maire n’a pas la compétence. « C’est surtout une question de volonté. Regardez Accary (le président du Département) avec les médecins, il n’avait pas les compétences, il a fait quand même ». Le tissu associatif revêt également à ses yeux une grande importance. « On ne laisse pas partir une association comme l’Abreuv’art des Galipotes ».

Tête de liste de « Saint-Vallier avec vous », Samuel Brandily compte sur l’implication des citoyens, et « c’est au maire d’encourager les initiatives« .

Dernier point soulevé, ses relations politiques avec Denis Beaudot (LR), le premier opposant à Alain Philibert au conseil municipal puisqu’il se murmurait une liste commune. « Je m’entends très bien avec lui mais j’aurais été frustré de participer à une campagne qui ne me correspond pas. Si je n’atteins pas le second tour, même si j’aspire à devenir maire, alors une fusion est possible. Avec Beaudot, je suis concurrent, pas adversaire » soutient-il.

Samuel Brandily est donc le premier de la cordée à l’élection à la mairie de Saint-Vallier et, à l’écouter, Denis Beaudot devrait suivre. Ou un autre ?

Jean Bernard

7 commentaires

  1. Un lrem déguisé

  2. En 2001 Union de la gauche, en 2002 Chevénementiste, en 2015 Debout la France. Prêt à s’allier avec LR en 2020.
    Sincèrement , là , j’ai du mal à suivre….! Surtout en ce qui concerne les convictions.

  3. D’abord candidat d’union de la gauche puis avec debout la France et désormais pour une liste d’union sans que l’on sache avec qui et avec un programme qui’il ne veut pas dévoiler, c’est ce que j’appelle une girouette opportuniste, avec cette différence qu’une girouette assure une fonction qui lui donne une utilité.

  4. Jean-Luc Pierard Rouzé

    Comment joindre Samuel Brandily (email suffisant)
    Merci
    Cordialement

  5. Gerald Philibert

    Encore un blaireau qui ose dire que la ville est mal gérée…..un copain à beaudot….la fabuleuse équipe qui prétend faire mieux…on va rire

  6. Gerald Philibert

    Et c est quoi son programme à ce monsieur ? Parce que à part dénigrer l équipe actuelle, ça tout le monde peut le faire… on aimerait des choses plus concrètes et qui donnent envie de voter pour lui…d ici l an prochain il aura peut être changer d avis ou de liste…qui sait?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *