Municipales 2020 – Montceau : les premiers colistiers de Laurent Selvez

Inutile d’en remettre une couche mais vous l’aurez compris, entre Laurent Selvez et Eric Commeau, ce n’est pas le grand amour. Ceci dit, mercredi matin à la salle des fêtes du Bois du Verne, il a aussi été question de la présentation des premiers colistiers de la liste Montceau 2020 La Gauche Unie (voir ci-dessous) et de sujets qui vont alimenter le programme de la campagne électorale.

Laurent Selvez annonce « un projet réaliste et réalisable pendant la durée du mandat ». Et la première urgence, ajoute-t-il, « c’est l’action coeur de ville. Il manque des projets concrets et des projets tout simplement. Nous devrons mettre les bouchées doubles ».

La tête de liste de Montceau 2020 La Gauche Unie réaffirme la volonté d’être au plus près des besoins et des attentes des Montcelliens. « Nous avons 200 propositions » précise-t-il.

Loin de tous les citer, Laurent Selvez met l’accent sur la constitution de conseils d’habitants au nombre de sept, composés « de personnes tirées au sort et de bénévoles (une quinzaine au total), de deux sages, deux membres du conseil municipal jeune et de cinq élus y compris de l’opposition ». Un conseil d’habitants qui aura à gérer une enveloppe de 10 000 € et le rendre décisionnaire sur des sujets de voirie et de sécurité. « Aux habitants d’organiser les priorités ».

Le centre-ville, Laurent Selvez y revient. Un thème récurrent et important qui concerne, dit-il « des commerçants dynamiques », l’essentiel étant de faire travailler l’ensemble et ensemble les partenaires économiques.

C’est mettre en place une boutique des producteurs, des boutiques à l’essai en plus des boutiques éphémères, améliorer le cadre de vie des Montcelliens avec des lieux de rencontre, proposer davantage de services à la population comme une une aide aux demandes administratives, de permettre aux associations d’actionner leurs démarches au plus proche des habitants…

Quant à la sécurité, là encore un dossier plus que brûlant, avant même de déployer une vidéo-surveillance, d’augmenter les effectifs de la police municipale _ « formons déjà les équipes en place » estime le candidat _ « c’est surtout à l’Etat de jouer son rôle et de mettre le nombre de policiers suffisant pour assurer les tâches de sécurité ».

Plus de détails le jeudi 30 janvier 2020 à la salle des fêtes du BDV à partir de 19h15.

Jean Bernard



PRESENTATION DES CANDIDATS (document Montceau 2020 La Gauche Unie):

Nous avons souhaité rassembler des personnes qui aiment leur ville, et qui l’affirment quotidiennement dans leur engagement professionnel et associatif. Fier d’être Montcelliens ! C’est le sens de notre engagement pour ces élections municipales. Nous sommes collectivement convaincus que notre tissu industriel, nos commerces, la richesse de notre vie associative, notre situation géographique, sont autant d’atouts pour favoriser son développement.

David BIGOT (40 ans) : Originaire de la cité HLM du Bois du Verne (l’un de ses grands-pères Roger LACOUDRAS était mineur), David a quitté Montceau pour suivre ses parents à Toulon-sur-Arroux. Titulaire d’un Bac Pro d’ébénisterie, David travaille aujourd’hui à Industeel au Creusot. Il habite aujourd’hui le quartier du Val de Sorme, dont il est membre de l’amicale.

Stéphane BRUN (49 ans) : Stéphane est né au Creusot. Diplômé du Conservatoire National des Arts et Métiers, il est ingénieur dans l’industrie automobile à Lyon. Il est particulièrement sensible à l’écologie, aux nouvelles technologies et au développement de la démocratie participative. Papa de deux enfants, il s’est installé sur Montceau en 2011, pour profiter d’un cadre de vie plus agréable que celui des métropoles.

Gilles DESNOIX (68 ans) : Fils d’ouvriers (Son père était sidérurgiste et sa mère femme de ménage), Gilles a commencé de travailler à l’âge de 15 ans comme chaudronnier, avant de reprendre des études de droits à la faculté de Dijon. Directeur Territorial, il a été au service du public et des collectivités territoriales pendant 38 ans. Retraité, il exerce ses qualités d’homme de plumes dans la presse internet, dans l’écriture de romans, de poésies et de nouvelles. Il habite le quartier de Salengro.

Leticia DOUDOU (34 ans) : Petite fille de mineur, Laeticia a grandi dans le quartier de La Sablière. Maman d’une petite fille âgée de 8 ans, elle habite aujourd’hui le centre-ville. Après ses études au lycée Haigneré, Leticia a commencé sa carrière professionnelle chez Eolane. Puis à la fin de son contrat, elle a choisi de reprendre ses études pour une formation à l’accompagnement des enfants en situation de handicap. Elle est aujourd’hui auxiliaire de vie scolaire dans une école montcellienne.

Marie JOURDIEU (33 ans) : née à Saint-Vallier. Marie est la petite fille de Camille VAILLOT, surnommé « Le Dus », mineur, résistant et syndicaliste engagé, bien connu sur Montceau.

Marie a grandi dans le quartier de La Bruyère. Diplômée de l’école d’infirmière de Montceau, elle a travaillé auprès des personnes âgées en EHPAD jusqu’en 2018. Aujourd’hui auto-entrepreneuse, elle est professeur de yoga. Créatrice avec Sacha LEEMANS en 2017 du club de roller derby du bassin minier. Marie est également engagée dans l’organisation de concerts sur le bassin minier. Mariée, Marie est maman de deux enfants.

Sébastien LATINO (48 ans) : né à Galuzot, marié et père de deux enfants. Sébastien a passé son enfance dans le quartier de la Saule. Licencié au CS Orion, et à La Montcellienne, Sébastien s’est ensuite investi dans la plongée au club Thalassa. Il en a été l’un des vice-présidents et a dirigé de nombreuses années l’encadrement de la nage avec palmes et la plongée en bouteilles. Sébastien est agent de maîtrise sur le site Framatome du Creusot.

Laurent SELVEZ (49 ans) : Né à Saint-Vallier, Laurent a passé son enfance au Parc Salengro. Ecoles de La Lande, Collège Jean Moulin, il obtient son bac en 1988. Après une classe préparatoire au Lycée Niepce, il intègre l’Ecole Normale Supérieure de Cachan où il obtient son agrégation de génie civil. Professeur au lycée Bonaparte d’Autun, puis à René Cassin de Macon. Laurent rejoint l’équipe municipale de Didier MATHUS en 2005. Adjoint à L’Education, l’enfance et la petite enfance de 2008 à 2014, conseiller général de 2011 à 2015, il est depuis cette date, conseiller municipal et à ce titre le principal opposant à la majorité actuelle. Président de l’association Solidarité Services, il est également vice-président de la CUCM chargé de l’insertion et de l’économie sociale et solidaire. Laurent et sa compagne résident depuis 18 ans sur le quartier de La Sainte.

Laure THERY (44 ans) : Née au Creusot, Laure a passé son enfance à Blanzy. Etudes supérieures de droit à Dijon, puis Lyon. Elle habite depuis 20 ans maintenant sur le quartier de Bellevue avec son mari et ses trois enfants. Laure a travaillé dans différentes structures de l’insertion professionnelle et sociale sur des postes de chef de service et d’adjointe de direction. Impliquée dans plusieurs associations, elle siège comme parent d’élèves au conseil d’administration du lycée Henri Parriat.

Djamela ZERROUKI (52 ans) : Originaire de Gueugnon, titulaire d’un diplôme d’aide soignante, Djamila à exercée dans plusieurs hôpitaux avant d’arrêter sa carrière professionnelle pour élever ses trois enfants. Elle habite le quartier du Plessis. Parent d’élèves à l’école Jacques Prévert, Djamila est également engagée dans le milieu associatif. Elle est également pompier volontaire à la caserne de Montceau.

3 commentaires

  1. N’appartenant à aucun parti politique, la lecture des différents articles relatifs aux municipales m’amène à quelques constats :
    Certains points de programme sont ,sur la forme bien sûr identiques chez les 2 candidats de gauche.
    On notera que la France Insoumise qui après examen des programmes, vote « démocratique » devait faire un choix…..
    De belles paroles !
    Un constat, M. Selvez a été, conseiller départemental, conseiller municipal, adjoint au maire, 1er adjoint (j’ai pu lire qu’il avait été sur ce poste en charge de la sécurité) vice président à la Communauté Urbaine…
    Une défaite cuisante en 2014, idem pour les départementales.
    Un appel à voter Macron aux présidentielles, comme beaucoup..mais qui a coûté cher au PS
    Aucune remise en question… d’où mon interrogation ?
    Quant à M. Commeau absent des photos, on ne peut le contester, mais il serait intéressant de faire un bilan comparatif au niveau des projets réalisés ainsi que des dossiers traités, mais là c’est une autre histoire…..

  2. Sacré brochette de gagnants 👍👍👍😁😁😁

  3. Mr Jo,
    Juste une brochette représentative des habitants du bassin minier, humble et respectueuse… Est ce une tare ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *