Municipales 2020 – En projet, le retour du garde champêtre à Saint-Vallier

Une présentation de liste et une ébauche de projets. La soirée, jeudi, a été riche à la salle Mandela aux Gautherets à Saint-Vallier pour l’équipe de Denis Beaudot (lire par ailleurs).

Avant toute chose, le candidat à la mairie a tenu à réaffirmer la ligne de conduite de « Saint-Vallier, un nouveau souffle, une nouvelle ère », celle de placer l’humain au centre de ses préoccupations. Parler, échanger, écouter, rendre compte, « ne pas dire oui-oui et ne rien faire, mais toujours essayer d’apporter une réponse, une solution ». Etre au plus près des habitants, « les accueillir à la mairie, leur maison ».

Ainsi, Denis Beaudot envisage de remettre au goût du jour, la fonction de garde champêtre, « un agent toujours à l’écoute des Valloiriens et chargé de faire remonter les informations. Nous mettrons également un numéro d’appel, allô service ».

Quant à la sûreté et non la sécurité, déjà « nous remettrons l’éclairage public la nuit mais un éclairage intelligent comme à Blanzy ».

De sûreté, il passe alors à la vigilance, « notamment défendre à Saint-Vallier la laïcité » sans se voiler la face.

Parmi les projets, le candidat évoque aussi une maison des associations, « un pôle associatif qui regrouperait toute cette vie associative, ce poumon qui insuffle la vie de la commune ».

L’équipe travaille déjà sur un gros dossier qui mettra sans doute du temps à se finaliser, doter la commune d’une cuisine scolaire couplée à un jardin pédagogique dont les récoltes alimenteront les assiettes des écoliers. « Nous ne voulons plus des plats qui arrivent de Chalon-sur-Saône ».

Circuits cours d’un côté, aménagement d’un parc de l’autre, « un jardin des senteurs avec accès aux handicapés et des jeux adaptés aux enfants. Un lieu de promenade ».

Toujours en direction des enfants, Denis Beaudot souhaite relancer le centre de loisirs des Mazilles, l’ouvrir en particulier le mercredi après-midi, revoir l’offre à la crèche, probablement en créer une aux Gautherets, redynamiser le commerce et pas seulement au centre-bourg.

« Il nous faudra avant tout connaître la capacité financière de la ville quand nous serons à la mairie, avant de finaliser les projets, car il y en a d’autres » précise Denis Beaudot. « Nous savons que nous devrons faire mieux avec moins ».

Mais une chose est sûre, « il n’y aura pas d’augmentation des impôts locaux pendant six ans ».

Jean Bernard

Un commentaire

  1. Mr BEAUDOT, vous devriez savoir en tant que conseiller municipal à ce jour, que le Centre des Mazilles est ouvert tous les mercredis après midis depuis la rentrée scolaire de septembre 2019.
    Il serait tant que vous vous renseigniez avant d’établir votre programme. Si vous nous proposez des choses qui existent déjà, vous ne nous apporterez rien de plus en tant que maire.
    Si votre programme est à cette image, je doute fort de votre élection.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *