Montceau – Loi sécurité globale : la pluie arrête même les manifestants

Ils étaient une trentaine, jusqu’à trente-cinq peut-être en comptant quelques passants égarés sur le parvis de l’hôtel de ville de Montceau-les-Mines. L’appel au rassemblement ce samedi matin à 10h, quand bien même émanait-il d’une quinzaine d’organisations et, en premier lieu, la CGT local, a bu le bouillon.

Ce matin, en effet, après un café bien chaud, bon nombre de « candidats » à manifester ont sans doute préféré garder les charentaises aux pieds que d’enfiler les bottes de pluie. C’est la liberté de chacun de venir ou ne pas venir et la pluie de tomber ou pas.

Les irréductibles étaient là, qu’il vente, qu’il neige, qu’il pleuve, fidèles au poste avec pour message de continuer le combat et se donner rendez-vous le 4 février devant l’usine Michelin à Blanzy à 10h puisque la direction générale à Clermont-Ferrand, vient de lancer un plan de 2300 suppressions d’emplois sur trois ans.

J.B.

8 commentaires :

  1. Les organisations syndicales ont plus de poids? Si chaque organisatrice avait amené 10 adhérents le nombre des participants aurait été plus important Donc la question reste en suspend

  2. Vous avez dit manifestation ? Mais celle ci est de l’entre soit ! Vous rêviez d’attirer les foules mais comme Jacky le disait dans un précédent commentaire les dinosaures sont en voie d’extinction.
    La moyenne d’âge des personnes présentent à ce rassemblement est d’environ 70ans la jeunesse n’adhère plus. Vos rêves de révolution bercé par l’international sur fond de portait de Lénine a vécu et vous êtes une poignée à ne pas le voir.
    Il est à noter que les minorités que vous défendez à longueur d’année ne vous soutiennent jamais et c’est là que vous avez perdu votre âme et votre crédibilité.
    Sans vouloir faire offense à l’informateur de Bourgogne qui fait son travail de journaliste j’ai remarqué que vous en aviez fait vôtre Pravda car pas une semaine ne passe sans que vous vous fendiez de plusieurs articles , vides de sens pour la plupart mais dont vous êtes les seuls à êtres convaincus de leur vérité.
    Quand je vous voient fourbus dans le froid à agiter vos drapeaux faute de vent j’ai quelque part un peu de peine pour vous.
    Mais je suis malheureusement persuadé que vous y croyez encore fermement en pensant à une large adhésion à votre idéologie obsolète dans votre bule marxiste déconnecté du monde d’aujourd’hui.

  3. « L’appel au rassemblement ce samedi matin à 10h, quand bien même émanait-il d’une quinzaine d’organisations et, en premier lieu, la CGT local, a bu le bouillon. »…..
    Soit Jean Bernard a bien choisi ses photos, soit il manque les drapeaux des « dis locaux »….. Ah oui, c’est vrai, ils les préparent pour jeudi….

  4. Quand je vois ces personnes faire référence à une période de l’histoire de France bien plus douloureuse que celle que nous vivons, actuellement je me dit qu’ils sont complétement à l’ouest ces gens la.
    Faire référence à l’occupation nazi alors que leurs ancêtres politiques ont collaboré avec les nazis jusqu’à ce qu’Hitler rompe le pacte germano soviétique en juin 1941, je trouve cela vraiment fort !
    Heureusement que le ridicule ne tue pas !

  5. Où sont les donneurs de leçon de la CGT qui appelaient au grand soir et reprochaient à qui veut l’entendre de ne pas prendre sa bagnole pour aller manifester ?

  6. Personnellement, j’avoue que je suis un peu déçu par la teneur des commentaires. On a l’impression que l’échec de cet appel fait plaisir à ceux qui postent.
    Pour moi, Il n’y a aucune raison de se réjouir de l’abstentionnisme qu’il soit de nature électorale ou comme c’est le cas dans cet article lors de manifestations.
    Je ne pense pas d’ailleurs que ce soit le cas des Pauline et consorts.
    Personne ne peux rester indifférent en regardant les entreprises, commerces où ont travaillé ses parents, grands-parents, frères et sœurs, enfants etc. fermer les uns après les autres comme c’est la cas depuis des années dans le 71 et plus généralement dans toute la France. Je pense plutôt qu’ils sont comme nous tous désolés de cet état de fait ne serait-ce que, même pour les plus égoïstes, une entreprise en moins, c’est à l’avenir plus d’impôts locaux pour tous ceux et celles qui restent sur le bassin minier.
    Oui, le malaise est grand et quand on n’est pas bien la tentation est grande de trouver un bouc émissaire de préférence dans l’incapacité de se défendre. En l’occurrence, ce sont les syndicats qui font les frais des commentaires et plus particulièrement la CGT qui est sans doute le plus emblématique d’entre eux.
    Qu’on soit déçu des faibles résultats concrets obtenus par les syndicats dans leurs luttes pour préserver le tissu industriel Français est une chose que je peux comprendre. Ignorer la part de responsabilité de nos gouvernants qui depuis des décennies ne nous proposent qu’austérité et de s’en remettre à la loi du libre marché pour diriger l’économie, j’ai déjà beaucoup plus de difficultés à l’admettre.
    Mais qu’à travers les travers (vrais ou supposés) d’une organisation telle que la CGT, on se moque dans certains commentaires des militants de base dont certains ont consacré une partie de leur vie à défendre la cause de leurs collègues. Cela me semble difficilement acceptable. Si ces gens qui les critiquent ont quelque chose d’autre à proposer pour préserver l’emploi sur le bassin minier. Je pense que les syndicalistes de terrain ainsi que bon nombre d’associations seront preneurs. Je les remercie par avance pour leur future participation active…

  7. pour les pro-cgt et pcf…..je repose pour la enième fois mes questions /
    Que gagne les dirigeants de ces organisations?
    Que proposent ils et avec quels dirigeants?
    Que pensent ils de leur modèle : la Russie?

    Je ne suis qu’un ex entrepreneur ayant fait travailler pas mal de personnes fier de cela et heureux retraité même pas fortuné mais vrai épicurien

    • Bon, on a au moins un point commun. Nous sommes tous les des ex travailleurs indépendants à la retraite.
      De la à être « fier d’avoir fait travailler pas mal de personnes », il y a un pas que je ne franchirai pas.
      Disons que je suis content, à postériori, de notre réussite commune et que leur suis reconnaissant pour leur implication dans leur travail comme ils me sont encore reconnaissants de ma gestion qui leur a permis de jouir d’avantages bien au delà convention collective (mutuelle payée intégralement par l’entreprise, prime qualité, 35 heures au lieu de 39 par exemple).
      Moi aussi je suis heureux retraité même si, je l’avoue, j’ai souvent la nostalgie du temps où mes décisions d’entrepreneur impactaient mon avenir et celui de mes salariés. A présent, j’attends bêtement que ma pension soit versée. Ce n’est guère valorisant…
      Pour en revenir aux syndicats :
      1° Je suis certain (à quelques exceptions près) que leur modèle n’est pas l’ex-union soviétique. Pour moi, ta remarque est juste de la provoc stérile.
      2° Je peux admettre qu’on critique le mode de fonctionnement de la CGT, de l’État, des services publics, que sais-je encore ? Néanmoins, faut-il que la critique soit constructive et qu’on propose autre chose.
      3° Avant d’éreinter les syndicats, Il faut aussi considérer que le contexte socio-économique actuel, ainsi que la morosité ambiante ne sont guère favorables aux mobilisations de masse. De plus, la crise sanitaire n’arrange rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.