Montceau – Les mousquetaires de la chimie

Maeva, Alric et Martijn du lycée Parriat ont participé aux olympiades de chimie avec des résultats remarquables dont une troisième place en finale nationale à Paris.

Maeva, Martijn, Alric et Jérôme Blondeau

A les voir, rien ne les distingue des autres. Elèves de terminale S au lycée Parriat à Montceau-les-Mines, ils ont pourtant fait preuve d’une belle alchimie en appliquant une citation fort célèbre d’un certain Antoine Lavoisier: « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », le père de la chimie moderne.

Maeva Vautrin, Alric Henchoz, Martijn Visser, ont fait preuve d’une aisance intellectuelle, disons-le, au-dessus de la moyenne en participant aux olympiades de chimie au plan national puisque leurs résultats ont largement dépassé le cadre d’une participation anecdotique.

Au départ ils sont six, encadrés par leurs professeurs de physique chimie, Jérôme Blondeau et Paule Reiner à se lancer dans l’aventure lors d’une épreuve locale. Trois, Maeva, Alric et Martijn sont sélectionnés pour l’épreuve académique. Déjà un formidable résultat là où d’autres lycées ne présentent qu’un seul candidat.

La sélection est sévère et seul Martijn Visser se qualifie pour la finale nationale à Paris qui s’est déroulée sur trois jours en avril. Ils sont 36 à briguer le titre suprême ou une place sur le podium. Deux jours d’épreuves, une autre pour profiter du charme de la capitale notamment la visite du palais de la découverte et, à l’arrivée, une très belle troisième place pour Martijn.

Maeva, Alric et Martijn ont porté haut les couleurs du lycée Parriat, « les résultats obtenus sont une reconnaissance de leur travail et nous, les enseignants, nous sommes fiers d’eux » souligne Jérôme Blondeau. « C’est à la fois un exploit collectif et individuel » ajoutait le proviseur Eric Fournier.

Les trois mousquetaires de chimie, même si le bac arrive puis les vacances, ont déjà le regard tourné vers leur avenir qui s’annonce sous les meilleurs auspices.

A la rentrée, Maeva intègrera l’INSA (institut national des sciences appliquées) à Rouen et souhaite s’orienter ensuite dans les énergies renouvelables. Pour Alric, il est déjà pris à l’INSA à Toulouse mais préfère Lyon et veut se diriger dans la robotique dans l’intention de mettre son savoir dans les prothèses pour handicapés.

Quant à Martijn et une ligne supplémentaire sur son CV avec sa médaille de bronze aux olympiades, il va déjà passer par la fac de chimie à Strasbourg avant de se diriger  vers la synthèse de médicament ou la conception de matériau vert.

Pour une première participation aux olympiades de chimie, Parriat a fait fort.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.