Montceau- Les amis de Jamal réclament justice

C’est un rassemblement spontané, pacifique que les amis de Jamal, ce Montcellien de 38 ans qui est mort dans la nuit de samedi à dimanche dans la cour d’un maison rue Titus Bartoli à Saint-Vallier, ont organisé en milieu d’après-midi devant le commissariat de police à Montceau-les-Mines.

Des amis qui ne comprennent pas qu’après  « 10 heures de garde à vue » l’auteur de l’homicide involontaire ait été remis en liberté sous contrôle judiciaire.

« C’est incompréhensible », « la décision de la justice est choquante » entend-on dans la foule massée devant le poste de police. « Un homme peut se faire massacrer et le lendemain, l’auteur être remis en liberté, ça nous révolte ».

« Nous sommes venus demander des explications » assure M (il souhaite rester anonyme). « Jamal était vulnérable, il a été battu à mort et que son meurtrier soit relâché est un scandale » ajoute-t-il devant le commandant Berthelon venu écouter cette foule.

« Que la justice soit faite pour le fils de Sarkozy comme pour le fils d’une famille montcellienne » lance Abdelkader.

La décision hier en fin de journée du juge d’instruction de remettre en liberté l’homme mis en examen pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner, a déclenché un véritable ressentiment de suspicion. « Pour un vol de sac, un an de prison derrière ».

M. demande alors au commandant d’appeler le procureur de la république et de lui demander pourquoi cette personne (auteur des coups) est en liberté. « Il y a une justice à deux visages ».

« Donnez-nous une explication

pour qu’on puisse partir ! »

Le commandant Berthelon rappelle qu’il ne peut pas parler à la place de l’autorité judiciaire qui a pris la décision, que la famille de Jamal a été reçue ce matin (mardi). « Elle avait peur que de libérer l’auteur de l’homicide involontaire arrête l’affaire. Nous l’avons rassurée ».

Ce matin justement, le procureur de Chalon indiquait que le parquet faisait appel de la décision du juge de libérer sous contrôle judiciaire l’auteur de l’homicide involontaire. C’est justement cette remise en liberté que les amis de Jamal ne peuvent accepter.

Finalement, ils sont trois accompagnés de la témoin qui a vu la bagarre (elle n’a toujours pas été entendue par les enquêteurs) à monter dans les bureaux et s’entretenir avec le procureur au téléphone.

De retour devant les amis de Jamal, Jean-Michel Medjoubi donne le résultat de la conversation. « Le procureur demande un délai de 15 jours maximum pour pouvoir oui ou non mettre l’auteur en détention. Peut-être 3, 4 jours ».

La foule grogne. « J’ai la haine autant que vous, mais ce soir, si une voiture brûle, tous nos efforts seront réduits à néant. Je vous demande d’attendre 15 jours. Nous accompagnerons la famille dans le deuil. Le procureur a qualifié l’homicide involontaire de crime ».

Et avant de lancer « rentrez chez vous » et éventuellement revenir dans 15 jours, Jean-Michel Medjoubi parle avec son coeur. « Il est temps que Jamal parte au Maroc où il sera enterré. Mais c’est beaucoup de frais, la famille est modeste, alors celui qui veut donner un billet… »

Jean Bernard

 

3 commentaires

  1. (…) en France il y a des lois, une police et des procureurs, ce n’est pas à eux de dicter la loi

  2. Il y a des gens qui ne sont pas vraiment légitime dans leur demande… Et on aurait aussi aimé les voir faire la même manifestation quand-il frappait sa compagne et qu’elle contactait la police et les pompiers pour se sauver des griffes de son agresseur !

  3. Leur demande d’explication est totalement légitime! Cette décision de remise en liberté est révoltante.
    Un exemple : 5ans ferme pour un homme qui, étant alcoolisé, a tué une personne lors d’un accident de voiture. Il n’y avait pas « mort avec intention de tuer », ???
    À suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *