Montceau – Laurent Selvez (PS), à la fois très inquiet et rasséréné

Même s’il n’a pas été élu maire, Laurent Selvez est un homme de gauche et du parti socialiste revigoré. Bien que toujours dans l’opposition, il estime être encore davantage légitime, d’autant dit-il, que « le bilan de Jarrot a été largement désavoué aux élections ». Le maire de l’opposition, c’est lui. Car n’a-t-il pas aussi, contre toute attente, battu son adversaire de la gauche-écolo, Eric Commeau. Une satisfaction personnelle.

Ce jeudi soir, au local du PS, Laurent Selvez accompagné de ses deux colistiers élus au conseil municipal, Isabelle Louis et Stéphane Brun, a tenu à dresser un état des lieux, sur la situation nationale et locale avant d’aborder d’autres thèmes.

Un gouvernement qui navigue à vue

Laurent Selvez est très inquiet. La situation est pesante avec l’assassinat du professeur Samuel Paty. La Nation est en danger avec pour enjeu, notamment, « la rentrée scolaire prochaine où nous devrons reprendre contact avec les élèves », dit-il.

Inquiet encore sur la crise persistante du coronavirus et l’annonce ce jeudi après-midi, du couvre-feu en Saône-et-Loire. « La situation covid se détériore avec un gouvernement qui navigue à vue, qui n’a pas anticipé la deuxième vague ».

Entre l’urgence de soutenir également la crise économique et « le gouvernement qui promet beaucoup sans mener les actions nécessaires », une culture en rade, avoir oublié les hôpitaux, les EHPAD « alors qu’il aurait fallu former pendant l’été des aides-soignantes pour aider aujourd’hui les infirmières, oublié aussi les services de proximité, Laurent Selvez est même en colère.

Les projets de la majorité à l’arrêt

La transition avec la situation à Montceau est facile, « elle n’est pas meilleure » assure-t-il. L’opposant à Marie-Claude Jarrot s’étonne du sommeil prolongé de l’équipe de la majorité qui « après cinq conseils municipaux, ne présente aucun projet ».

L’opération coeur de ville : rien. « Il est difficile d’accéder aux informations » souligne Stéphane Brun.

Le projet du multiplexe, « aucune info ».

Le déploiement de la wifi gratuite au centre-ville, « rien ».

La rénovation de l’éclairage public, « pas mieux pour un projet de 4 M€ sur lequel la population aurait son mot à dire. Par exemple faut-il éteindre l’éclairage la nuit ? Est-ce un élément d’insécurité ? Qu’en pensent les Montcelliens » mentionne Stéphane Brun.

Le projet Jardiland, « même l’adjoint chargé de l’économie n’est pas au courant de l’évolution du dossier » assène Laurent Selvez. « Alors, y a-t-il un pilot dans l’avion ? » s’interroge-t-il.

Et pourtant, il l’assure, « nous voulons travailler avec la majorité car je note des éléments positifs pendant les commissions. Jouons le rassemblement même si nous rassembler ne veut pas dire que nous sommes d’accord sur tout ». Comme avec Eric Commeau où « chacun cultive ses différences mais le travail de l’opposition se fait ensemble » tient à préciser Laurent Selvez.

Pas de réponse du tribunal, un point positif

Voilà pour l’inquiétude, place maintenant à la satisfaction du jour et elle concerne le recours déposé par Laurent Selvez après la victoire de Marie-Claude Jarrot aux municipales. Le tribunal n’a toujours pas répondu après trois mois. « C’est plutôt bon signe pour nous, sans quoi il aurait donné un avis négatif. Signe aussi que nous avons présenté des éléments importants dans le dossier ».

Un dossier qui, logiquement, devrait « basculer directement en Conseil d’Etat, sachant que sa décision est définitive » explique le socialiste. Il attend aussi l’avis de la commission des comptes de campagne. « D’ailleurs madame le maire a reconnu avoir fait de la publicité sur Facebook, ce qui est interdit, et qu’elle a pu avoir un impact sur le résultat de l’élection ».

En attente également, la plainte déposée après les incidents au dernier jour de campagne pour agression et jet d’un appareil photo dans le canal. « J’attends toujours des explications » souligne Laurent Selvez.

Départementales, Laurent Selvez y pense fort

Des élections, il en sera encore question en mars 2021 avec les départementales et les régionales. « Mais je suis partisan d’un report car j’estime qu’on doit faire campagne pour que ces élections ressemblent à des élections pas comme aux municipales », manifeste-t-il.

En attendant un très probable report, Laurent Selvez pourrait-il être candidat aux départementales ? De toute évidence oui. « La question se pose, l’envie est là. Si j’y vais, c’est pour gagner. Si je peux être utile à mon camp, alors j’irais ». Au nom d’une gauche unie. Enfin, sans doute pas avant le second tour.

Jean Bernard

5 commentaires :

  1. de quelle opposition parle t-on

    entre M Selvez et Mme Jarrot les différences sont de l ‘ordre de l’épaisseur d’un papier à cigarette et les électeurs en ont encore redemandé

  2. Vous commenciez à nous manquer monsieur Selvez, vous qui êtes un grand spécialiste de la critique.
    Encore 6 ans……. ça va être long !!!!!!!

  3. et comme dab quid de ses co listiers notamment ECM ! y aurait-il déjà fracture à gauche ?!

  4. Comme toujours la gauche sait critiquer mais c’est tout. En ce qui concerne les évènements tragiques du professeur, il me semble qu’à une certaine époque la droite parlait de charters , mais qui était contre , je pose la question?

  5. il me semblait que dans l’opposition municipale mr commeau était élu ? dans l’article pourquoi n’est il pas présent ? il est vrai que seul ses voix comptaient pour le deuxième tour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.