Montceau – Je suis normal donc pas comme vous

Faut-il aimer tout le monde ? Etre débile au point de penser que dans ce monde tout va bien. Que l’homme blanc a autant de valeur qu’un homme noir. Qu’un petit homme, même de deux centimètres a tout d’un grand, à moins d’apprécier une certaine marque automobile. Que deux femmes s’embrassent dans leur voiture avec leur enfant à l’arrière et trouver ça normal. Qu’une femme est faite pour rester à la maison, s’occuper du ménage, du foyer et pondre des gosses.

Dans « Les pas comme nous » par la compagnie Golmus, jouée et interprétée par les comédiennes _ toutes des femmes _  sauf le pianiste chauve, les textes arrivent avec force jusqu’à nos neurones. Et même si nous sommes dimanche après-midi, à l’heure de la sieste aux Ateliers du jour à Montceau-les-Mines, difficile de fermer l’oeil.

Les mots accrochent. Ils sont corrosifs, même explosifs. Les pas comme nous donnent du fil à retordre sur la bonne attitude à adapter devant des personnes qui ne sont pas comme nous. En quoi sont-ils si différents, par rapport à quoi, par rapport à qui ?

Pourquoi la femme serait-elle l’avenir de l’homme et pas l’inverse ? Eric Zemmour, l’homme fatal de ces dames, dit fatalement et écrit sa pensée d’homme qui remonte de l’homo sapin, un « hêtre » sans « charme » apparent et qui voit des « érables » partout qui ont horreur du « boulot ».

Les comédiennes égrènent une à une des situations de notre vie de tous les jours. On plonge en eau trouble, une eau polluée de ces misérables sarcasmes à longueur de journée. Maintenir les mots à flot est presque un exploit.

Et si les gens normaux n’étaient pas ceux qu’on pense.

On replonge.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *