Montceau – Il n’y a pas de malentendu entre les jeunes et la police

L’image de la police et de la gendarmerie est fluctuante. Célébrés comme des héros lors des attentats en novembre 2015, les forces de l’ordre sont méprisés au moment du mouvement des gilets jaunes. Depuis, l’uniforme, sans même parler de la loi mais seulement de respect, n’a plus vraiment de signification aux yeux de certains.

« Rapprocher la police de la population et notamment des jeunes est l’un de nos objectifs ». Ces paroles du sous-préfet d’Autun, Marc Makhouf, samedi après-midi prennent tout leur sens alors que se tient au quartier du Plessis à Montceau-les-Mines, le Prox’ Raid Aventure.

Au pied de la cité du Plessis, des policiers pas comme les autres. Pas d’uniforme mais une tenue plutôt sportive, décontractée. Avec les enfants, le courant passe tout de suite. Ils n’ont pas forcément l’intention de s’engager dans la police mais ce métier, quand on a entre 10 et 15 ans, fascine toujours. Les séries TV et les reportages en immersion n’y sont sans doute pas étrangers.

Peu importe, ce samedi après-midi, le Prox’ Raid Aventure a été intégré aux animations de l’Eté à Montceau et les enfants ne se sont pas privés de « jouer » aux policiers avec les conseils de vrais policiers.

Comprendre pourquoi les policiers agissent ainsi

Tous des bénévoles qui depuis peu, se rendent de ville en ville. « Lundi, nous reprenons notre travail », précise Marie Bernet, responsable de l’association. Elle-même bosse à la brigade des mineurs à Paris, « mais je suis du Creusot » indique-t-elle.

De tous les ateliers, c’est sans doute celui de la mise en situation, l’interpellation d’un individu auteur d’un méfait, qui a rencontré le plus de succès. Apprendre à passer les menottes, se défendre avec le tonfa (une matraque), une arme intermédiaire, se prendre pour un policier, a conquis les jeunes. Aussi, ont-ils compris la façon d’intervenir des policiers et pourquoi ils procédaient de la sorte.

Les enfants ont pu également se rendre compte qu’enfiler l’armature de protection par 38 degrés, se mouvoir avec, est aussi compliqué qu’un chevalier dans son armure.

Alors oui, le rapprochement police et population _ les parents accompagnaient les enfants et écoutaient attentivement les explications _ ne peut qu’améliorer les rapports de la vie de tous les jours.

Sauf que ce samedi, les enfants ont joué et ils aiment jouer alors que sur le terrain, les policiers, eux, ne jouent pas. Ils sont là pour faire appliquer la loi. Entre les deux, il manque une case, un suivi, parce qu’il n’y a pas de raison que « nous ne puissions pas vivre en société » souligne le sous-préfet. Sans se détester.

Jean Bernard

4 commentaires

  1. Thomas Desplanches

    Pour M. Gronfier et la suppléante pas de masque. Sûrement pas utile de protéger les autres quand on pense qu’à son confort personnel.

  2. Citoyenne de montceau

    C’est bien beau de faire de la morale (masque) mais il y a toujours un elu (Gronfier) qui n’en fait qu’à sa tête. Les élus ne doivent ils pas montrer l’exemple. Pensez aux autres monsieur…..

  3. Rien d’étonnant de la part de quelqu’un qui se dit de droite et qui copine avec Mme Gulame Naby d’en marche et La fille qui est du PS chez Hamon

  4. Où sont les masques ?! Allez, 135€! Non,?! Pourquoi ? Deux poids, deux mesures pff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *