Montceau – « Il avait un chapelet à la main gauche, un couteau à main droite »

Une scène incroyable dans un restaurant à l’heure du déjeuner et, pour finir, un homme interné dans un hôpital psychiatrique (lire par ailleurs).

Un témoin raconte ce qu’il a vécu et vu ce lundi midi dans établissement du centre-ville à Montceau-les-Mines.

« Je déjeune avec une collègue et arrive ce type entre 25/30 ans, habillé d’une doudoune blanche, d’un jean et un tee-shirt. Il se faufile entre les tables. Il reste debout un moment avant de s’asseoir à la table à côté de nous. De son sac à dos, il sort 5 ou 6 couteaux de cuisine dont une feuille de boucher et dépose le tout sur la table ».

Le témoin donne des précisions sur l’assiette que l’individu a apporté avec lui. « Ce n’était pas une assiette, c’était en bois entouré de céramique avec des inscriptions dessus. Puis le serveur arrive, de toute évidence, ils se connaissent. Il commande un steak et donne sa planche et un couteau au serveur. Honnêtement, je ne suis pas rassuré, je ne le lâche plus regard ».

Autre fait inquiétant, l’homme à la doudoune blanche a un chapelet à la main gauche et un couteau à la main droite. « Et là, machinalement, dans nos têtes, on se dit qu’il va peut-être falloir se planquer ».

L’individu commence à manger son steak « et soudainement, il plante son couteau dans la planche ».

« Je suis donc allé à l’accueil et demandé s’il pensait faire quelque chose. La jeune femme a alors appelé la police ».

La police est donc venue et a fait sortir « le représentant en coutellerie » du restaurant. « Mais il n’a pas été embarqué par les policiers. Eux sont remontés dans leur voiture et l’homme est parti de son côté », rapporte le témoin.

Effectivement, explique le commissaire de police, « il n’y a pas eu d’infraction ». C’est très peu de temps après que les policiers sont intervenus quand le personnel du restaurant a découvert les inscriptions sur la planche « considérées comme apologie du terrorisme ».

L’homme à la doudoune a été interpellé, placé en garde à vue et envoyé dans un hôpital psychiatrique. « Il n’est pas radicalisé » ajoutait hier la police. Détraqué, sûrement.

Jean Bernard

4 commentaires

  1. ils sont tous détraqués les radicalisés

  2. Si j’ai bien compris on peut se promener et sortir ses couteaux dans une assemblée sans impunité ??????(ce n’est pas une infraction!)

  3. Autrefois ils se prenaient pour Napoléon., un autre grand assassin.

    • Que Napoléon ait été un assassin ne nous concerne pas vraiment dans l’immédiat, d’ailleurs pour moi il fait partie de ses grands hommes qui ont fait la grandeur de la France… Ce qui nous intéresse sont ceux qui nous assassinent aujourd’hui !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *