•  

Montceau – D’une rive à l’autre de la rue Carnot

La rue Carnot, rue piétonne, rue commerçante par excellence à Montceau-les-Mines. Le poumon économique en quelque sorte du centre-ville. Même les Creusotins nous l’envient  mais surtout ne le répétez pas, gardez-le pour vous.

Nombreux pourtant se plaignent de son manque d’attractivité. Certes elle n’a rien de rock’n roll, il lui manque peut-être ce supplément d’âme pour lui apporter de la valeur ajoutée. Quoi qu’il en soit, ce vendredi soir, pratiquement à l’heure du baisser de rideau, deux événements sont venus apporter une dose de dynamisme bienvenue.

Deux commerces diamétralement opposés ont connu une belle effervescence et furent même salués par les critiques gastronomiques en petits fours. L’accueil des invités est tout aussi primordial que peut l’être la renommée de la boutique. Surtout ne rien négliger !

Petit tour d’une rive à l’autre de la rue Carnot

IMAGE DE SOI, IMAGE DES AUTRES

I nnover. Voilà le maître mot qui colle à la peau de Céline au 12 rue Carnot. A l’étage, on coiffe, on coupe, on rase de près et on s’expose sur les murs. L’idée frise la perfection au masculin comme au féminin. Celle de coiffer des modèles et les lâcher dans la rue où Charlène se charge de les schooter. Clic clac, c’est dans la boîte. Un an de travail au fil du temps « pour mettre en avant le travail de Céline et de Biyagui » avance la photographe, élégante à souhait en ce jour de vernissage. Près d’une centaine de clichés s’affichent aux murs, des gens de tout âge. On reconnaît la patte ciselée de Charlène, une adepte de l’urbex et la qualité des angles de coupe… de cheveux.

Charlène photographie en parallèle de son métier _ madame est banquière _ sous le matricule CBLDS ( à retrouver sur Facebook). Une image de soi qui transforme l’image des autres. Une coupe, une pose, une expo.

LA MARIEE SE DEVOILE SECRETEMENT

On file au 35 rue Carnot dans la fraîcheur de cet fin d’été et on s’engouffre dans l’antre de la mariée. Bigre, il est sans doute plus facile de choisir une robe que de trouver un mari (réflexion toute personnelle). C’est un lieu secret où la mariée se sentira chez elle, sans être épiée par son prince charmant.

Nathalie Malo revient donc à ses premières amours, comme pour conquérir son trône dans la rue Carnot. Cette rue, elle connaît mais l’a quittée, elle y revient après 8 ans rue du Plessis. « C’est un retour aux sources » dit-elle à ses invités. La boutique Secret de mariée livre les siens. Deux mois de travaux pour aménager ce local « et c’est mon mari qui a tout fait ». Nathalie Malo est aux anges et les futurs mariées et mariés aussi beaux qu’un archange.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *