•  

Montceau – Carte scolaire et pourquoi pas un référendum…

Hélène Touillon.

Céline Plasson.

De toute évidence, une vaste concertation va être nécessaire dans la réorganisation de la carte scolaire sur Montceau-les-Mines. Et la question qui se pose aujourd’hui, est de savoir s’il est encore opportun de maintenir la liberté de choix de l’école aux parents d’élèves décidée en 2014, décision actée par la nouvelle municipalité et Marie-Claude Jarrot en tête.

Aujourd’hui, cette liberté de choisir l’école pour son enfant, sans tenir compte justement de la sectorisation, revient dans le débat au conseil municipal. Elle avait été soulevée le 10 mars dernier, elle s’est invitée à nouveau ce mardi soir au Syndicat des mineurs.

Sans remettre en question le maintien de la semaine à quatre jours, validée par le conseil municipal pour une période trois ans à partir de la rentrée 2021/2022, la sectorisation  a été abordée par Hélène Touillon (Energies Citoyennes) qui devient donc une préoccupation majeure.

Céline Plasson, déléguée à l’éducation, le reconnaît et précise, « nous sommes prêts à y réfléchir » mais cite néanmoins en exemple, l’école Suzanne Valadon au Bois Roulot, »sur les 34 enfants, 17 sont seulement du quartier ». D’autant plus que cette école maternelle doit perdre une classe à la rentrée prochaine. Avec la sectorisation, elle aurait déjà été condamnée.

A l’inverse, l’école Jean Jaurès, au centre-ville, est très fréquentée et demandée.

Sans compter qu’il s’agit aussi de prendre en compte la baisse démographique selon les chiffres de l’INSEE qui se traduit, hélas, par des fermetures de classes à la rentrée prochaine comme à Rostand-Schumann et même par le projet de la fermer carrément. Ce qui, aux dires de Laurent Selvez, « n’est pas un mauvais projet mais nous devons en discuter ». De discuter de toute la réorganisation en tenant compte déjà de la disparition de quatre écoles. Une année ne sera pas de trop, « c’est pourquoi je demande au DASEN  directeur académique des services de l’Éducation nationale), de geler les fermetures » ajuste le leader de l’opposition PS.

« Alors est-ce le moment de revenir sur la carte scolaire ? » s’interroge madame le maire. « Sans doute devons-nous rééquilibrer des choses et observer les mouvements d’une école à l’autre. Et avoir recours au référendum, si cela est possible, sur la carte scolaire ».

Le chantier ne fait que commencer.

Autre sujet, toujours amené par Hélène Touillon, la sécurité aux abords des écoles à l’entrée et la sortie des classes. « Nous y travaillons » lui répond Céline Plasson.

J.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *