Montceau – Au chevet du lavoir des Chavannes

Ils ne sont pas fous, ne marchent pas sur la tête et ont bien les pieds sur terre. Jean-François Gagne, président de l’association La sauvegarde du lavoir des Chavannes et son équipe, n’ont pas l’intention à coup de millions d’euros de réhabiliter ce monument des houillères.

L’objectif est de permettre l’accès du public au lavoir en toute sécurité, d’abord dans son périmètre et l’exploiter pour organiser des manifestations, des concerts ou des festivals, l’illuminer et même le sonoriser.

Le travail commencé voici une bonne année par ces bénévoles, la plupart d’anciens laveurs, a reçu le soutien de l’école nationale supérieure d’architecture de Lyon.

A la première assemblée générale qui s’est tenue à la salle des fêtes du Bois du Verne en présence d’une soixantaine de personnes, l’association a annoncé la création prochaine d’une page Facebook et d’un site internet. Toujours avec le précieux concours des architectes, le lavoir des Chavannes participera à la journée du patrimoine.

Refaire vivre le lavoir prendra du temps et de la sueur. Il s’agit d’avoir une vision à quinze ans. Déjà on se prend à rêver, arriver dans le bassin en péniche au départ du port de Montceau et découvrir ce bâtiment exceptionnel.

Nécessairement, de l’argent, il en faudra, « c’est le nerf de la guerre » rappelle Jean-François Gagne. Des subventions existent auprès notamment de la Région, de l’Etat et même de l’Europe. La pêche ne fait que commencer car les idées fleurissent aussi vite que le lavoir traitait le charbon, c’est-à-dire, des tonnes.

J.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *