Mines de talent – Noélie Ayuso : rendez-vous aux JO de Los Angeles en 2028

Noélie, absente, c’est le président de Montceau Gym et son papa, Damien Ayuso, qui est monté sur scène.

La charge de travail est énorme pour une jeune fille de 12 ans qui, depuis deux ans, a intégré le pôle France de gymnastique à Saint-Etienne. Déjà, à 9 ans, elle déclarait au Pouloux avant la fusion des clubs de gym à Montceau-les-Mines : « Je veux m’entraîner encore davantage ». Déjà aussi, elle se préparait à poursuivre son ascension vertigineuse d’une jeune prodige de la gymnastique.

Noélie Ayuso sait parfaitement où elle veut aller. Sa voix révèle une grande maturité. C’est même exceptionnel qu’à son âge, elle s’exprime avec autant de facilité et de conviction. Tout, chez cette jeune athlète transpire cette volonté d’atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés. Son engagement est total. Rien ne l’arrêtera. « Je suis à fond dans mon projet » dit-elle déterminée.

A Saint-Etienne, elle s’entraîne tous les jours sans oublier les cours, Noélie est en 4e. Voyez plutôt : 8h à 10h, cours; 10h à 13h, entraînement; 13h30 à15h, cours et 15h à 18h30, entraînement. Le mercredi, 8h à 13h, cours et 14h à 18h, entraînement.

Cette abnégation, qu’elle a choisie, lui procure déjà satisfaction. A ses premiers championnats de France Espoir, elle est sacrée championne de France en juin dernier et, en novembre, elle est appelée en équipe de France Espoir. Les Bleues décrochent la troisième place derrière la Belgique et l’Allemagne.

Ce titre de championne de France, Noélie ne l’envisageait pas vraiment. « Mon objectif était le podium ». C’est déjà du passé. Aujourd’hui elle se concentre sur la revue d’effectif le 18 décembre à Saint-Etienne pour les qualifications aux France en juin prochain.

Quand bien même reconnaît-elle, la fatigue se fait sentir, la famille lui manque, « mais je le gère plutôt bien » assume-t-elle, Noélie ne perd pas des yeux son objectif, « son rêve », aller aux Jeux Olympiques de Los Angeles en 2028 et « ramener une médaille ». Peut-être au sol, son exercice préféré ou au général. « Cela demande beaucoup de travail mais je le fais pour les JO. Même si c’est dur, je ne lâche pas ».

D’ici la consécration olympique, la gymnaste de Montceau Gym qui n’est pas présente à la cérémonie des Mines de Talents, savoure à distance la récompense, « ça fait plaisir ». Elle ajoute, « je n’oublie pas Montceau-les-Mines ».

Montceau est en admiration.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.