Michelin – Baisse d’activité sur le site de Blanzy selon la CGT

Produire et investir en France et en Europe de l’ouest pour la Cgt c’est possible.

Communiqué de la CGT – La direction Michelin met les usines dans le rouge, pour faire passer une politique anti-sociale dans les mois à venir. Baisse d’activité sur les sites, au Puy, Blanzy, Troyes, Roanne, Clermont, Vannes,…. sauf à Cholet et Bourges mais ces usines sont aussi dans le rouge par manque de personnel (problématique d’embauche due aux salaires trop bas). Chômage partiel dans le très haut de gamme, pourtant avec un marché porteur et très rémunérateur. Clermont fd, délocalisation des bureaux des méthodes, avec pour conséquence la fin de l’industrialisation des produits en France.

Gel des projets d’investissements.

C’est bien la recherche des marges de plus en plus élevées (15% visé pour 2020), alors que d’autres entreprises se contentent de bien moins, qui menace nos emplois.

Le nouveau patron continue la politique de casse des emplois et des fermetures d’usines ou de services. Les productions glissent de plus en plus dans les pays d’Asie, et d’Europe de l’est.

Cela pour continuer l’enrichissement des actionnaires (500 millions d’euros de rachat d’action), au détriment de l’emploi et des productions dont nous avons besoin pour notre marché. Pourtant avec 135.5 millions d’euros de CICE, l’emploi et les productions auraient du être maintenus, voir développés en France.
Auquel il faut ajouter les autres réductions d’impôts, aides diverses et variées, le crédit impôts recherche etc.

En 2018 dans un marché du Poids Lourds en hausse de 8 à 9% en Europe, Michelin n’en profite pas au détriment des autres manufacturiers européens qui gagnent tous des parts de marché.
Un exemple qui illustre la recherche de toujours plus de profits au détriment de l’avenir de l’emploi en France et en Europe de l’ouest. Le royaume uni étant déjà rayé de la carte des productions Michelin.

Actuellement un groupe de travail, deux personnes par OS, opère dans le dos des salariés à la restructuration en France.

La Cgt ne participe pas :
– 1 à cause d’une clause de confidentialité qui interdit de communiquer auprès des salariés et de partager l’information.
– 2 la direction veut faire avaliser ses propositions et orientations par les organisations syndicales et avoir leurs soutiens.

La Cgt ne peut cautionner ce type de dialogue social ! Et décider en catimini de l’avenir des salariés.
Le but étant de répondre aux exigences de la direction de réductions des coûts et de mise en oeuvre de la politique décidée par la gérance.

La cgt a d’autres propositions à faire valoir différentes de celle de la direction.
Réduction de la marge, investir en France dans les produits consommés sur le sol nationale. Augmenter les salaires, réduire le temps de travail (32h /semaine).

6 commentaires

  1. Aïe bcp de Petites entreprises vont en souffrir ….si Michelin Blanzy disparaît …

  2. Vive le nouvel ordre mondial,saletés de politicards corrompus à la moelle,mondialisation= aberration…..

  3. Bonjour
    De toute façon en france la CGT est systématiquement contre tout et se met en grève pour rien.
    Comment voulez vous investir chez nous avec ces personnes.
    Cordialement.

    • Vous avez toujours le même discours bêtifiant contre la CGT. Un discours à l’emporte-pièce sans aucune argumentation.
      À Belfort, la CGT ne s’opposait pas à la création des 1000 emplois promis par General Electric. Aujourd’hui nous voyons le résultat, 1000 licenciements sans compter les pertes d’emplois collatéraux (sous-traitants, commerces, etc.), soit un déficit de 2000 emplois. Si on ajoute les prévisions de Conforama pour 1900 licenciements, nous sommes à près de 4000 emplois perdus pour seulement 2 entreprises qui ne sont même pas en difficulté.
      Vous comptez mettre ces 4000 licenciements au crédit de la CGT ?

  4. Bonjour
    Vous n’êtes pas sérieux la , vous en êtes encore au discours  »c est la faute des syndicats »? Vous avez des problèmes de lecture économique et il faudrait peut être ouvrir les yeux .
    Allez demander a la roche , a l usine …ils ont tout accepté , pas de grève , perdu de l’argent , et l’usine est au plus mal.
    C est assez honteux d’avoir cette mentalité de croire que sous prétexte que l’on est syndiqué ,on est des faignasses pathologiques et que l’on ne travaille pas.
    Ma classe sociale a obtenu des syndicats et des sympathisants , non pas de gens qui ciraient aveuglément les bottes des patrons .
    Je vous laisse a vos opinions formatées et stériles , quand les entreprises auront toutes fermées ,votre discours sur les syndicats vous le ressortirez aux chômeurs ….qui vont expliqueront la logique des actionnaires qui veulent du rendement a court terme.

  5. Monsieur jacques, déjà avec tout le respect que je vous doit j’aimerai bien savoir dans quel branche vous travaillez mais le discour que vous tenez est pour moi un discour à deux balle allez dire ça à des boîtes comme good years, Arcelor mital, et toute les autre boîtes qui fermes à tour de bras ça n’a pas toujour été le cas pour la cgt de tout refuser il y a eu aussi des conssecions et qui ont quand même abouti à des fermetures d’usines avec ou sans la cgt alors c’est facile de toute accepter mais tout ça c’est des stratégies de haut financier et surtout de gros actionnaires à qui le profit doit toujour être croissant voilà c’est mon point de vue je précise que je vais être un futur retraité au 1 /09/2019 et 42 ans passer dans une usine de pneumatiques alors des stratégies j’en ais connus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *