Marigny/Saint-Micaud – Un projet d’éoliennes commence à faire du bruit

Dany Poullet, Daniel Vachay et Patrick Girardon.

C’est la campagne, avec des hameaux ici et là. Nous sommes à environ 4 km du bourg de Marigny, à proximité de la commune de Saint-Micaud. Un lieu ô combien paisible avec pour seule tâche noire, ces imposants pylônes de ferraille avec deux lignes de 400 000 volts qui brouillent le paysage. « Ils sont là depuis au moins 70 ans » laisse entendre Daniel Vachay dont l’habitation à la Bomme est situé sur Saint-Micaud.

Sa crainte et il n’est pas le seul à en avoir, est de voir pousser dans les années qui viennent des éoliennes à cheval sur le territoire de Marigny et Saint-Micaud, plantées en plein milieu de son champ de vision.

Un projet d’implantation d’éoliennes sur Marigny et Gourdon prit naissance déjà en 2015 mais la DRAC (direction régionale des affaires culturelles) émit un avis défavorable notamment à cause du château de Marigny et l’idée s’envola. Pour mieux revenir.

« Nous avons eu vent du nouveau projet en juillet dernier quand des techniciens de SAB Energies sont venus poser des capteurs sonores » explique Patrick Girardon. « Nous avons appris que cette société franco-allemande effectuaient des démarches commerciales auprès de propriétaires de terrain et que les communes de Marigny et Saint-Micaud furent informées ».

Pas question alors de rester les bras croisés et attendre que des éoliennes montent dans le ciel sans réagir. Dernièrement une association a vu le jour, l’Association de Sauvegarde de l’Environnement, Marigny, Saint-Micaud et les communes environnantes (ASEM-StM) dont Patrick Girardon est président, Dany Poullet, vice-présidente, Jacqueline Bourdeaux, secrétaire et Daniel Vachay, trésorier.

Une réunion publique pour tout connaître du projet

Des éoliennes, ils n’en veulent pas, tout simplement. « Nous voulons que les communes de Marigny et Saint-Micaud nous soutiennent, qu’elles disent non tout de suite » fait savoir le président. De l’implantation exacte des mâts, l’association ne la connaît pas, « mais nous savons sur quelle zone ils pourraient prendre racine ». Il s’agirait d’un parc de 4 ou 5 éoliennes. Une si belle campagne défigurée par ces monstres d’acier, « ce n’est même pas imaginable » avance Dany Poullet.

Du côté de la mairie de Marigny, madame le maire admet avoir eu un contact avec avec SAB Energies il y a deux ans, que « cette société contacterait des propriétaires et qu’elle reviendrait vers nous. Depuis, nous étions sans nouvelles », précise-t-elle. Puis Paulette Matray a reçu un courrier de l’association le 16 septembre « qui souhaitait me rencontrer ».

Au prochain conseil municipal, vendredi soir, elle va proposer aux élus de donner leur accord « pour organiser une réunion publique avec SAB Energies où tout le monde sera convié » assure madame le maire. « Que la société expose son projet alors qu’elle n’a jamais demandé notre avis ».

Sur ce projet d’implantation d’éoliennes, « je suis très réservée » indique Paulette Matray. « Restons vigilants ». D’autres déjà le sont. Des banderoles ont fleuri au bourg de Marigny et à La Bomme.

Jean Bernard

31 commentaires

  1. Comme d’abitude on a affaire aux anti tout

    oui eux énergies renouvelables mais pas chez nous cheles autres……bravo! et vous proposes quoi?

    • bien d’accord avec vous Epicurien.
      De l’énergie propre mais on construit chez les autres ce qui peut être un atout sérieux pour la collectivité.
      Autrement dit de l’égoïsme à l’état pur.

  2. Comme d’habitude les naïfs sont prêts à s’aligner derrière les puissants, sans essayer d’abord d’analyser la problématique…
    Pourtant avec l’éolien on est loin, très loin de l’optimisation énergétique, mais près très prés du business magouilleur. (Quid de SAB Énergies ?)
    Les infos abondent sur le net…

  3. Pas d’éoliennes, pas de centrales nucléaires, pas de pylônes biens sur !!! Mais on veux tout le confort à commencer par l’électricité partout y compris pour la voiture.
    Je propose à toutes ces personnes de vivre au milieu des bois .et d’utiliser des bougies.
    Il y en a raz-le-bol de ces personnes complètement irresponsable, et juste Pour terminer Madame le Maire de Marigny n’est pas forcément contre ce projet .

    • Mais il est vraiment injuste de subir ce type de critique. C’est de bon ton de voir de l’égoïsme partout chez les autres, mais il faudrait d’abord comprendre ce dont on parle! L’éolien n’est pas comparable au nucléaire et ne sert pas à le remplacer… L’éolien à beaucoup d’aspects d’une grande arnaque technique et financière. Il nécessite des centrales de secours, charbon ou souvent gaz qd il n’y a pas de vent (en partie nucléaires aussi). En Europe c’est même un atout recherché des gros fournisseurs de gaz ! (Et une raison immédiate de la hausse des prix du gaz actuellement car pas de vent en Europe du Nord d’où énormes besoins de gaz en secours). Mais l’investisseur n’a pas à financer la centrale de secours quand il construit son parc éolien ! Et il est grassement payé à long terme quand il peut produire, par EDF obligée de lui acheter son énergie ! C’est donc l’investissement rêvé des faiseurs de fric assuré… et un boulet pour le système électrique, surenchérissement des coûts (donc hausse tarifaire pour vous, consommateur), déséquilibre des réseaux, nécessité d’assurer le secours.
      Corruption, pressions sur les communes et les propriétaires de terrains, une vraie activité de filous.

      • Absolument d accord. C’est scandaleux !

      • Bonjour
        Je regrette que vous teniez de tels propos sur l’éthique de notre profession
        Le dernier bilan de RTE qui gère le réseau électrique français pourra vous éclairer sur l’intégration des parcs éoliens français au réseau. Les enjeux climatiques et écologiques modernes appellent une transformation du système de consommation et de production de l’électricité. Dans le cas d’un renouvellement du parc nucléaire comme dans le cas d’un déploiement massif des EnR, des problèmes se posent. La construction de nouveaux réacteurs nucléaires exige en effet des coûts maîtrisés, et à une vitesse de production accélérée, accompagnée d’une durée de vie bien plus grande pour les réacteurs. De l’autre côté, le développement des énergies renouvelables demande le franchissement de certaines barrières technologiques. Ces différents scénarios établis par RTE posent, en vérité, un choix difficile. Celui-ci étant la relance du parc nucléaire français. Cette décision majeure représente un engagement sur un temps long. Que le parc nucléaire soit renouvelé ou non, il en découle de nombreuses implications aussi bien techniques, qu’économiques, écologiques ou sociétales. Sans compter que les réacteurs nucléaires français sont majoritairement de deuxième génération. Ils ont été construits et installés entre 1970 et 1990, et devront inévitablement être stoppés d’ici à 2060 pour des raisons industrielles.
        Par ailleurs non EDF n’est pas obligé de racheter l’électricité éolienne puisque nous sommes soumis à des appels d’offres organisés par la CRE.
        Nous restons à votre disposition pour échanger

  4. Bernadette Deleglise

    Une éolienne en face de vos fenêtres Ben moi je préfère la bougie et le fond des bois s il reste des arbres bien sur .? Résistez

  5. AH !!! Le vent c est vrai….il fait « tourner les tetes »…..

  6. Pierre Antoine VINCI

    Être « pour » ou « contre » l’éolien par idéologie « verte » ou par simple ignorance n’a strictement aucun sens !
    Il existe un nombre important de paramètres incompressibles à prendre en compte avant d’émettre un avis éclairé !
    Il faut se poser quelques questions !

    -) Quelle est la part de l’éolien dans la production d’électricité ?
    Dans le monde, la puissance potentielle installée est de 100GW (soit 2.5% de la puissance totale) mais l’énergie produite, 122 TWh/an, n’est que de 0,66% de la production mondiale compte tenu des caprices du vent.
    En Europe, sa part dans la puissance installée est aujourd’hui d’environ 4% (selon European Wind Energy Association).

    -) Comment se compare le prix du kWh éolien à celui des autres sources d’énergies ?
    Il coûte plus cher essentiellement pour 2 raisons : c’est une énergie diluée, il faut une roue de 80 mètres de diamètre pour produire la même puissance qu’une turbine hydraulique de 2 à 3 mètres ; c’est une énergie intermittente fortement variable selon la vitesse du vent, d’où une performance en équivalent pleine charge de 15 à 35% selon la localisation.
    D’où un prix de revient de 8 centimes d’euro par kW/h à terre et 15 centimes d’euro en mer, à comparer aux 3 centimes d’euro par KW/h pour le nucléaire et aux 4 à 5 centimes d’euros pour les combustibles fossiles.

    -) Quelles sont les conséquences de l’intermittence du vent ?
    L’éolien ne permet pas de garantir une puissance à chaque instant , ce qui est nécessaire pour la gestion d’un réseau.
    Il faut donc disposer de capacités de production mobilisables en cas d’absence ou d’excès de vent .
    La création de cette réserve renchérit le coût de l’électricité éolienne.

    -) L’éolien permet-il de réduire les émissions de gaz à effet de serre ?
    La réponse dépend du parc énergétique existant : s’il est essentiellement thermique et donc émetteur de CO2, comme en Allemagne, la réponse est positive.
    S’il est essentiellement nucléaire et hydraulique comme en France, la réponse est négative.
    Il semble donc infondé d’affirmer que l’éolien peut permettre de réduire significativement les émissions de CO2 en France. ( 85 % des rejets sont produits par les transports , l’industrie et l’agriculture)
    A noter également que le Danemark , pourtant « champion » de l’éolien en Europe , possède le taux de CO2 le plus élevé par habitant !

    -) Quelles conséquences en cas de perturbation du réseau ?
    Dans les conditions techniques actuelles de fonctionnement , il est impossible , à l’inverse des autres sources d’énergie , de contrôler la production .
    Cette « faiblesse » expose donc le réseau à subir des pannes importantes !
    De par leur intermittence de fonctionnement , les éoliennes fragilisent le réseau .

    -) Comment est déterminé le prix de vente du KW/h éolien ?
    Partout où il fonctionne l’éolien bénéficie d’aides diverses.
    En France , EDF a une obligation d’achat à un prix très élevé : 8,4 centimes d’euro le KW/h pour le terrestre et 13,3 centimes d’euro le KW/h pour le maritime , à comparer au prix de revient de sa propre production nucléaire de 2,8 centimes d’euro le kW/h !
    Pour compenser la perte induite par ce système , EDF est partiellement indemnisé grâce à la la CSPE (contribution au service public de l’électricité) , taxe payée par l’ensemble des consommateurs et contribuables !

    -) Quelles peuvent être les nuisances induites par les éoliennes ?
    En tournant , les pales produisent des vibrations dans l’air , qui se traduisent par des ondes sonores .
    On a pu mesurer qu’à 300 mètres de distance , elles pouvaient aller jusqu’à 45 décibels .
    Certes , cette mesure est inférieure de moitié au bruit d’un aspirateur , mais elle se ressent et se subit sur un temps beaucoup plus long !
    A cela , il faut ajouter les infrasons qui eux , sont absorbés par la structure des habitations proches des mâts .
    Parlons également du champ magnétique induit par les pales et qui selon son intensité , influe sur le bien-être général des riverains et peut aller jusqu’à perturber la bonne marche des instruments de navigation des petits avions de tourisme .
    Il peut aussi affecter grandement la diffusion des ondes de la TNT .

    Au delà de ces aspects « techniques » , il existe aussi des « subtilités » économiques auxquelles les élus doivent impérativement s’intéresser avant d’accepter ces dispositifs sur le territoire de leurs communes .
    Tout est basé sur un mécanisme financier « pervers » , mais tout à fait légal , qui permet des profits outranciers aux investisseurs et promet à coup sûr de lourdes difficultés à moyen terme pour les communes concernées !
    Les promoteurs revendent les parcs après avoir profité d’un amortissement accéléré sur 1 an grâce aux subventions de l’Etat .
    Une société financière rachète le parc jusqu’à 5 fois son prix .
    Elle émet des « titres verts » dans toute l’Europe avec des bénéfices considérables .
    Dans le même temps , elle met en place un exploitant déconnecté de tous liens avec la « société-mère » , prêt à faire faillite en toute impunité si le bilan n’est pas favorable (charges d’entretien , avaries sur le matériel … ) ou tout simplement si l’état décide de baisser le prix de rachat de l’électricité !
    Trois ans après leur mise en service , toutes les sociétés d’exploitation , sans exception, deviennent des sociétés par actions simplifiées ou des sociétés en nom collectif .
    Ce qui veut dire qu’en cas de faillite (volontaire ou non ) personne n’est responsable et personne ne peut être recherché en responsabilité pour démanteler le parc !
    Les sommes consignées pour le démantèlement étant largement insuffisantes , de nombreuses communes françaises risquent d’ici 10 à 15 ans de se retrouver avec des cimetières d’éoliennes sur les bras !
    Le risque étant d’autant plus grand si le site choisi est peu venté , et donc peu rentable au niveau de la production d’électricité !
    Ce qui , me semble t-il , est le cas sur le territoire Bourguignon !
    Les élus des petites communes , sont souvent des « proies » faciles pour les requins de la finance !
    Face aux investissements et aux coûts de fonctionnement induits par le besoin grandissant de structures aptes à satisfaire les exigences de la population et devant l’appauvrissement des aides de l’état , beaucoup de maires succombent au chant des « sirènes éoliennes » qui leur promettent la fin de leurs difficultés par l’apport de revenus substantiels et « soi-disant » pérennes !
    Selon leur appartenance politique , ils peuvent être également fortement influencés par certains membres de leurs conseils départementaux ou régionaux , eux mêmes soumis à la pression constante de lobbyistes féroces !
    Faire le choix de ces dispositifs n’est pas anodin .
    Sous couvert de leur apporter la « lumière » dans une magnifique salle des fêtes toute neuve , les élus peuvent aussi plonger leurs administrés et leurs villages dans « d’obscures » difficultés .
    Ils doivent donc s’efforcer d’engager une réflexion la plus objective possible .
    S’ils ne possèdent pas tous les éléments susceptibles de les aider à prendre une décision raisonnable , ils peuvent toujours se rapprocher des services de « l’Académie des Technologies » qui les aideront en toute objectivité et en toute indépendance !
    http://www.academie-technologies.fr/
    Ceci-dit , souvenons-nous que l’électricité qui ne coûte rien est celle qui n’est pas produite !
    Alors … plutôt que promouvoir à grands renforts de subventions publiques , des systèmes dont l’efficacité et la pertinence restent encore à prouver , ne serait-il pas plus judicieux d’engager des procédures adaptées dans le but d’enrayer l’important et éhonté « gaspillage » d’énergie que nous connaissons actuellement !

    • Merci de cet excellentissime exposé que j’ai lu en entier et que vous me permettez je l’espère de conserver.
      Voilà le genre de texte instructif que j’adore lire.
      J’en redemande sincèrement encore et encore dans tous les domaines de compétences à tous ceux qui voudront bien participer en ce sens.
      Sincèrement vôtre

      • + 1 Philo
        En matière de sources, je fais confiance à M. Jancovici qui fait des analyses très fouillées sur le sujet.
        Seul soucis pour moi, au stade où nous sommes arrivés, existe t’il encore une solution ?

        • À part réduire notre train de vie, c’est-à-dire faire des choix entre ce qui est vital et ce dont nous pouvons nous passer, je ne vois pas d’autres solutions. Ou alors, le jour où nous saurons utiliser l’énergie solaire et marémotrice en toute sobriété (pour le moment, ce n’est pas encore le cas, nous avons toujours besoin de matériaux rares pour construire les appareillages)
          Ah si, réorganiser entièrement nos sociétés pour que travail, habitats et loisirs se trouvent à proximité pour chacun d’entre nous histoire de réduire les besoins en transports, c’est-à-dire réduire la taille des grandes mégapoles et augmenter la taille des petites villes en tenant compte des besoins agricoles, ce qui rend la tâche très très complexe. L’économie est une histoire d’équilibre des besoins, pas de croissance.
          Un gros travail sur l’habitat peut cependant être réalisé immédiatement et facilement. Toutes les passoires thermiques doivent être urgemment repensées, nos ancêtres savaient gérer intelligemment les températures de leurs habitations sans appareil électronique, et avec les matériaux locaux (murs épais, puits canadiens, orientations des ouvertures, récupération de l’eau de pluie, végétalisation des toits, etc….) . Nous avons en plus cette chance de pouvoir aller chercher des matériaux plus loin. Il manque donc une sacré volonté politique (élus et électeurs, responsabilité partagée et principe de facilité ou de paresse).

    • Bonjour Monsieur
      Nous ne sommes pas surs de pouvoir répondre à l’ensble de vos propos tant le sujet n’est pas si simple ou vos exemples un peu hors contexte.
      Comparer la part de l’éolien dans la production électrique mondiale n’a que peu d’interet au fond.Il convient de s’interesser à l’impact de la production de chaque source d’énergie.
      Les derniers appels d’offres français se sont faits à 64 euros le MWh. C’est un niveau proche de celui de nos vieilles centrales nucléaires amorties depuis longtemps (62 euros selon un rapport de la Cour des comptes qui intègre le démantèlement des centrales), et il est déjà inférieur au mégawatt thermique – entre 70 et 80 euros – et bien inférieur à celui des futures centrales nucléaires EPR : 110 euros estimés pour Hinkley Point en Grande-Bretagne.
      Et non les obligations d’achat par EDF n’existent plus pour l’éolien.
      Vous êtes inquiets pour le démantelement mais rappellons que la loi fixe un cadre réglementaire très strict. L’exploitant doit constituer une garantie financière pour le démontage de chaque éolienne, au risque de se voir retirer son autorisation.
      Soulignons que 90 % d’une éolienne – l’acier, et le cuivre principalement – sont déjà recyclables. Le béton l’est aussi Concernant les pales, des recherches sont engagées pour recourir à de nouveaux matériaux composites.
      Quant aux effets sur la santé. Auncune étude aujourd’hui ne confirme l’effet de l’éolien sur la santé. Les sons de basses fréquences, inaudibles ne sont pas nuisibles selon l’Agence Nationale de sécurité sanitaire.
      Les paysages naturels sont déjà largement modifiés par l’urbanisation, les routes, les
      industries… Avant d’installer un parc éolien, nous étudions les particularités du territoire et menons des études poussées.
      La politique énergétique de la France n’est plus un débat mais une réalité. Il convient d’être objectif sur ce point effectivement.

      Nous vous rejoignons sur la nécessité incontestée de repenser notre consommation d’électricité (sans tomber dans la décroissance).
      Nous restons à votre disposition

  7. oui aux énergies renouvelables, mais avec un champs voltaÏque , pas d’éoliennes

  8. J’espère bien que Madame le Maire ne se laissera pas influencer par les anti-tout.
    Certes, elle doit s’entourer de certaines garanties mais refuser un tel projet serait rétrograde.
    Je préfère les éoliennes au nucléaire.
    Là au moins il n’y a pas de déchets très dangereux pour l’humanité pendant des milliers d’années à stocker sous terre.
    Une éolienne , on peut la démonter et c’est fini.
    Au niveau du paysage , je préfère avoir devant mes yeux une ou des éoliennes plutôt qu’un réacteur et un réfrigérant.
    Si un gros incident survient dans une centrale nucléaire les blessés ou pire peuvent se compter par centaines ou par milliers.
    Donc pour moi le choix est vite fait !

  9. Pour l éolien

    https://youtu.be/q3QHOp9BpLo

    Et pour ceux qui seraient tenté par le photovoltaïque :

    https://youtu.be/L7PwUTAghOo

    A voir pour y voir plus clair 😉

  10. Même si la priorité devrait être donnée aux économies d’énergie plutôt qu’à l’accroissement de la production, il est malheureusement nécessaire de construire des parcs éoliens et solaires comme des centrales nucléaires pour subvenir à nos besoins. Le parc nucléaire français est vieillissant pour la majeure partie. Tous les boomers qui affirment que nous n’avons pas besoin d’autres sources d’énergies ne semblent pas du tout intégrer le problème du démantèlement et accessoirement de la construction de nouveaux EPR (cf le grand carénage estimé à 100 Mds d’euros et le coût exorbitant des EPR comme Flamanville dont le cousin chinois a déjà rencontré de gros problèmes). Enfin, simplement pour la posture des opposants et leur égoïsme, il y en a tout simplement marre. Ils veulent garder leur paysage comme s’ils vivaient encore 2 siècles en arrière. Réveillez vous ! S’il y a une ligne électrique THT qui passe dans vos belles compagnes, c’est aussi pour que vous ayez de quoi vous éclairer. Ce genre de mentalités est consternant. Vous devriez avoir honte de passer autant de temps à constituer vos associations, à vous conforter dans vos discours d’opposition systématique plutôt qu’à faire des choses utiles pour la société. Ni l’éolien, ni les gens comme vous ne vont nous épargner l’effondrement climatique en marche !

    • Bravo Vibau ! je partage votre excellente analyse.
      Vous résumez très bien la situation.

    • Le « nouvelles énergies », Vibau, ne viennent elles pas alimenter des sociétés en expansion et prolonger l’agonie du système ?
      Doit on rester dans le « toujours plus ? » Ne devrait on pas privilégier la décroissance ?

    • Les divers sites et analyses (celle de Vinci est remarquable) montrent qu’à la sortie nous nous faisons des illusions, à part, peut être, pour les chauffe eau solaires.
      Il est nécessaire de produire plus uniquement pour rester dans un monde en expansion, non ?
      Existe t’il une autre solution que la décroissance ?

  11. Bonjour ,merci pour ce commentaire très instructif, je voudrais aussi
    rajouter quelques éléments qui prouvent que les parcs éoliens sont une grande mystification car nous n’avons jamais vu que ces investisseurs sont du genre (tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ).
    Ils ne sont là que pour faire du profit (…) et lorsque cela ne
    rapporte plus ,ils abandonnent tout sur place et cela à la charge des
    communes à cause du cout exorbitant de l’entretien .Devons nous continuer à enrichir ces gens là au travers de la taxe CSPE (contribution au service public de l’électricité )qui ne cesse d’augmenter à cause de ces politiques qui nous font croire qu’ils sont investis d’une mission de sauvegarde de la planète alors qu’ils sont soumis aux lobbyistes .Que deviendront nos factures maintenant que les prix de l’énergie sont libérés par la pression de l’Europe.(ex: prix du gaz actuellement). Et l’ un des volets important des nuisances des éoliennes est répercuté sur la faune,c’est un réel danger pour les oiseaux et sur les animaux terrestres,du au champ magnétique induit.
    (vaches mortes sans explications) .
    Pour les adorateurs des éoliennes chez les autres que chez soi, je leur propose donc de s’inscrire auprès de la SAB énergie afin de s’en faire installer une dans leur cour.

    • Bonjour
      Nous regrettons votre position sur le sujet et les inexactitudes de vos propos.
      La Commission de Régulation de l’Energie, indépendante, exerce un contrôle
      sur la rentabilité des installations et les dispositifs de soutien français doivent
      faire l’objet d’une validation systématique de la Commission européenne sur
      les mêmes critères.
      En France, la règlementation précise, dans un article du Code de l’environnement, que l’exploitant est responsable de la remise en état du site.
      Nous restons à votre disposition pour échanger sur le sujet si vous le souhaitez

  12. C’est tellement mieux de savoir de quoi on parle !
    Merci Monsieur Vinci .

  13. Il me semble que c’est à Saint Micaud que la Présidente ou ex Présidente de cette association anti Linky et anti 5 G et anti tout dont nous attendons beaucoup parlé, habite non ?

    Elle aura de quoi s’occuper !

    Ceci dit, ce bout de Bourgogne entre Marigny et Saint Micaud, reste un de mes endroits préféré de la région ! J’imagine difficilement des éoliennes à Torcheville ou dans la côte de la Galoche …. il y a déjà le TGV ….. Il faut réouvrir la centrale de Lucy !

    LOL

  14. Bon courage aux opposants, il faut agir vite.
    Prenez contact avec d’autres associations, elles sont nombreuses.
    A Ozenay, le projet a été abandonné.
    Ce film récent pourrait également vous aider :
    https://eoliennes-lefilm.com/

  15. Je suis pour le projet

  16. Bonjour, à l’attention de SAB Enr, au sujet de l’impact sur les oiseaux ,la France avec son parc éolien de 8 000 mats tue chaque année 56 000 oiseaux dont beaucoup sont des espèces protégées.On retrouve aux
    pieds des éoliennes des milans noirs, des faucons crécerelles , des alouettes ,des martinets, des roitelets, des chauves souris et même dans certaines régions quelques vautours fauve. En plus de la mortalité directe avec les pales ,il y a aussi le dérangement (effet épouvantail et la perte de l’habitat,les oiseaux fuient).
    Pour de plus amples informations ,allez consulter sur le site de la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) .
    Comme vous avez l’air d’avoir beaucoup de certitudes sur la réglementation Européenne, sur la construction et la gestion des
    parcs éoliens ,rien ne vous empêche d’assister aux réunions de
    l’association « Vent de Sottise ».

    • Bonjour
      Je vous remercie de vos suggestions.
      Au délà d’affirmation globale sur l’éolien je vous confirme que chaque projet fait l’objet d’une évaluation au cas par cas. La LPO n’est d’ailleurs pas contre l’éolien mais demande que soit observer une implantation hors des zones Natura 2000.
      Tout est donc une question d’équilibre et de mesure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *