Manufacture Gerbe – Sauvée en juin, condamnée à disparaître en septembre

Miracle ou mirage ? Le 18 juin dernier, le tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône remettait la manufacture Gerbe sur les rails et redonnait les rênes à l’actionnaire chinois le groupe hôtelier chinois, Chogqing Tianci Hot Spring qui apportait les garanties nécessaire pour relancer l’activité.

Le tribunal de commerce avait jugé irrecevable les offres de Peyrache et Kindy aux vues des éléments apportés et a donc levé le redressement judiciaire puis approuvé le plan de redressement proposé par l’actionnaire M. Yang.

Aujourd’hui, c’est la douche froide, le tribunal de commerce a placé Gerbe en liquidation judiciaire. La manufacture n’a pas les fonds indispensables pour assurer notamment les salaires. « Gerbe est en cessation de paiement, l’actionnaire chinois n’a pas remis d’argent » explique Audrey Ramage, représentante du personnel.

Le plan de reprise portait pour beaucoup sur un accord négocié avec des sites marchands de tout premier ordre en Chine. Le marché est immense, sauf que « le contrat a été rompu » indique Audrey Ramage.

La manufacture Gerbe n’est plus viable financièrement même si la marque de luxe basée à Saint-Vallier a gardé toute la confiance de « ces dames ». Insuffisant, nettement insuffisant.

Et pourtant, l’actionnaire chinois en cinq ans « a investi 8 M€. Cette fois-ci, il jette l’éponge. Pour de bon.

« Mais pourquoi est-il revenu en juin pour en arriver-là » s’interroge la représentante du personnel avec le dossier Gerbe sous le bras.

Alors quel avenir pour Gerbe ? Déjà le mandataire est attendu dans la journée sur le site valloirien. La manufacture est donc à vendre et les 33 emplois du moment, vont disparaître. Qui, cette fois-ci, pourrait être intéressé ?

« C’est un joyaux bourguignon qui va disparaître » lance, fataliste Audrey Ramage.

Jean Bernard

12 commentaires

  1. Bonjour à toutes et à tous.
    Les repreneurs étrangers ( chinois, finlandais ou autre) d’entreprises françaises n’ont qu’une idée en tête : récupérer le savoir-faire, les carnets de commande et embarquer les machines pour fabriquer ailleurs.
    Comment peut-on encore croire les promesses de groupes étrangers dont leur seul intérêt est le profit, comment la municipalité a-t-elle pu se laisser berner à ce point, est-ce que c’est le fait que la proposition venait d’un pays ami du communisme ?
    Il est grand temps d’agir pour les travailleurs français, il est grand temps de mettre la main sur l’outil de travail, il est grand temps de chasser tous ces requins du capitalisme, il est grand temps d’entrer en résistance !

  2. Lili,
    vous donnez des axes de travail, vous dites ce qu’il faut faire, je vous cite :
     » Il est grand temps d’agir pour les travailleurs français, il est grand temps de mettre la main sur l’outil de travail, il est grand temps de chasser tous ces requins du capitalisme, il est grand temps d’entrer en résistance !  »
    Une question:
    Comment vous faites ? pourriez vous être explicite et rentrer dans le détail.?
    Merci

  3. Souvenez- vous :
    “Avec mon équipe nous travaillons sur ce dossier de reprise de Gerbe depuis le début du confinement…”
    Alain Philibert, maire de Saint-Vallier : « un travail qui devrait payer »… Et déjà des projets de développement au cas où…
    (…)

  4. Scandaleux !La leçon du COVID ne changera rien …Les rapaces attendent patiemment …En faisant semblant d’investir dans la relance de Gerbe ,le groupe chinois a vu l’action remonter ,a fait son beurre ,s’est remboursé largement et puis bye ,bye . Croire que c’est une affaire de complicité avec le communisme de faveur ,c’est vraiment de la naïveté sur ce qu’est devenu le communisme chinois .De plus ,St Vallier n’est pas sur « la route de la soie » à moins que l’on trouve un document de Marco Polo prouvant le contraire! Et alors, le nouveau plan de relance du GVT Macron , la fameuse RE-localisation de notre économie post -COVID , la RE-régionalisation voulue par le nouveau Premier Ministre ?.Il s’agit de mettre le politique face à ses blas,blas sympathiques et pleins de bonne volonté ..De la colère en vue, encore une fois bien provoquée et des femmes qui doivent retourner à la maison ,entre autres, une cousine et 2 autres femmes concernées par cette fermeture.
    Chantal professeure retraitée d’hist et de géo originaire de la région et solidaire .

  5. Comment peut- on laisser partir machines et savoir faire à l’étranger ???
    Pourquoi cette magnifique entreprise reconnu par des grandes marques n’est pas défendu par le maire de St Vallier et Mme le maire de Montceau.
    Je ne suis pas montcelienne mais je trouve inadmissible qu’on laisse faire sans rien dire!!!

  6. Je suis triste en prenant connaissance de cette nouvelle. Encore un joyau du savoir faire français qui disparaît.

    Que va t il rester en FRANCE ?

    c’est le résultat de tant d’années sans protectionniste du savoir faire français.Nos différents gouvernements ont fait preuve d’une grande passivité, voir de l’indifférence envers nos entreprises made in France.

    Je m’interroge sur le devenir de l’économie de la France. D’ailleurs peut on parler encore de France ?

    La société Gerbe disparaît sans aucune réaction des politiques locaux. Pourtant quand il faut se mettre en évidence pour une photo avec les dirigeants chinois par de souci ils sont tous là.

    Nulle n’est prophète dans son pays.

  7. Que ce soit pour Konecranes, Eolane ou Gerbe, une seule solution, il faut que le peuple, aidé des élus du Bassin minier, s’empare des outils du travail, sans exclure la force !
    Il faut refuser la fermeture de toutes ces usines, il faut vraiment se rebeller, l’heure n’est plus à l’attentisme, un peu de courage, mesdames, messieurs les élus, tous les candidats qui voulaient apporter des solutions miracles, messieurs les syndicalistes toujours aussi frileux quand il faut vraiment faire une opposition, il faut entamer une révolution !
    Rendez-vous pour les prochaines manifs !
    Notre force, ce ne peut être que le nombre, le pouvoir a tremblé en décembre 2018, soyons persévérant, nous finirons par le déboulonner.
    Changer pour des jour heureux !

  8. Quand on a tué la poule aux oeufs d’or il n’y a plus ni poule ni oeufs ! Reste à aller chercher fortune ailleurs !
    Depuis le temps que les gouvernements successifs laissent déshabiller le pays aux profits juteux de quelques uns , acceptant de perdre nos savoir-faire et la mise au chômage de notre population ! Les profits ne sont pas partagés mais les conséquences oui , et les charges sociales sont payées par tous !
    Et vous nous dites ? : « Je continue » … la braderie !
    L’effeuillage se termine quand on arrive à la feuille de vigne !

  9. La fin de l’industrie GERBE fabrication de bas et collants.
    Quelles femmes aujourd’hui portent elles encore des bas ou collants ?
    La plupart sont en jeans ou pantalons ou bien encore en mini jupe sans bas ou avec un calçons. Il n’y a que les miss, miss France, ou quelques Dames de la Haute qui en portent occasionnellement. On en trouve aussi beaucoup portés par les filles et femmes des pays de l’Est car elles n’ont pas à s’épiler les « pattes » mais ce ne sont pas des bas Gerbes beaucoup, beaucoup trop chers.
    L’industrie du bas, c’est comme l’industrie du chapeau à plumes, c’est fini

  10. Lili comme beaucoup oublie le bé à ba du commerce , rien ne sert de produir si on a pas de clients . Est ce qu’elle en achète des collants Gerbe ?
    Tout ceci n’est que le résultat du grand mensonge socialiste des années 80 lorsqu’on a laissé s’installer l’idée que l’apprentissage et les CAP et BEP étaient la voix de garage pour les enfants en echec scolaire et qu’il fallait enmener tout le monde au BAC minimum car le mot ouvrier était devenu un mot honteux . Résultat aujourd hui l’industrie est allemande et le pas cher asiatique.

  11. Une fermeture d’usine supplémentaire …….Montceau s’enfonce encore un peu plus dans la crise ..ce n’est pas ça qui va enrayer la baisse démographique !

  12. beaucoup de personnes laissant un commentaire ont semble t’il perdu de vue que l’objectif numéro 1 d’une entreprise est de faire du profit . Sans faire de profit une entreprise fait faillite ( quand ce n’est pas une start-up de la « nouvelle économie »). Le chiffre d’affaires de la société Gerbe n’était pas suffisant pour payer les coûts fixes . Point à la ligne .
    On peut certes le regretter , mais il ne faut pas élucubrer sur le vol du savoir-faire. le savoir-faire réside chez les individus qui y travaillent , et à notre connaissance aucun salarié de l’entreprise n’a été emmené en Chine.
    Et par ailleurs , il faut souligner que les entreprises françaises ont acheté de très nombreuses sociétés à l’étranger. Ont-elles volé le savoir faire dans ces pays ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *