Législatives 2022 – La CGT 71 donne son point de vue

Communiqué de la CGT Saône-et-Loire.

Après le résultat des élections présidentielles élisant Emmanuel Macron comme président de la république pour les cinq prochaines années, les 12 et 19 juin 2022 vous aurez à vous prononcer pour élire vos cinq députés de Saône et Loire. Nombreux d’entre vous sont loin d’être satisfaits de cette situation et ne voient pas comment leur situation va s’améliorer au cours de ce quinquennat.
Une chose est sûre, avec la mise en place du « nouveau » gouvernement Borne qui essaie de nous faire croire qu’ils ont l’intention de faire autrement avec les mêmes mais à différents postes, le ton est donné pour le prochain mandat. Rien ne sera social !
Pour certains d’entre vous, la question se pose de ne pas reproduire l’erreur des élections présidentielles qui a portées Emmanuel Macron comme président malgré près de 70% des Français et Françaises qui ne le souhaitaient pas.
Depuis des années et plus particulièrement depuis Sarkozy, les partis politiques libéraux jusqu’aux extrêmes droites ont mis à mal le monde du travail et n’ont cessé d’opposer les uns aux autres, tantôt en opposant les fonctionnaires aux citoyens tantôt en stigmatisant les immigrés (Sarkozy 2012 « il fallait dégraisser le mammouth » et « nettoyer les banlieues au karcher » mais pour quel résultat ? Des services publics détruits, des hôpitaux à l’agonie, des écoles qui ferment, des plateformes téléphoniques pour remplacer les services des impôts, les allocations familiales etc, où il est plus que compliqué de trouver un interlocuteur pour répondre à nos besoins.
Les attaques du Code du travail (loi El Khomri, loi Macron…), les réformes portant sur les retraites (réforme Touraine, départ à la retraite à 62 ans…), la répartition des richesses de plus en plus inégalitaire, le saccage et la privatisation rampante des services publics favorisent la division et servent de tremplin aux idées xénophobes, nationalistes et sexistes de l’extrême droite française.

Aucune voix pour les libéraux et les extrêmes droites.

Après avoir détruit les services publics, il semblerait au dire des extrêmes droites que le problème dans notre pays serait l’immigration, mais de quoi parlons-nous ?
Le chiffre officiel dans notre pays est de 230 000 migrants par an, dont 120 000 (chiffre constant) sont des travailleurs détachés comme par exemple des routiers ou des travailleurs du bâtiment quand dans le même temps 500 000 Français travaillent à l’étranger dans des mines d’uranium pour alimenter nos centrales nucléaires, dans des mines de fer, sur des puits de pétrole ou encore plus près dans les pays limitrophes comme la Suisse, au Luxembourg, en Belgique ou l’Allemagne. Sur ces 230 000, 80 000 sont des étudiants qui passent par nos écoles bien souvent en fin d’étude pour perfectionner leur français, pendant que des Français partent en Angleterre dans le même but. Il n’est pas besoin d’avoir fait de grandes études pour comprendre que nous parlons de 30 000 migrants qui rejoignent la France chaque année dont certains ne font que passer pour rejoindre l’Angleterre.
Ne commettez pas l’erreur de confondre migration et étranger avec des personnes qui sont nées dans nos maternités locales comme leurs parents et parfois même leurs grands-parents.
La CGT revendique et exige de mieux partager le travail et les richesses. Le droit au travail inscrit dans la Constitution stipule que « Chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi ».
Pour combattre les effets de la crise actuelle supportés par les salariés, la CGT propose une série de mesures immédiates :
– Blocage des prix des produits de première nécessité et de l’énergie
– Blocage des loyers
– Interdiction de tout licenciement économique
Des propositions pour vivre dignement de son travail :
– La CGT revendique le passage à la semaine de 32 heures pour travailler moins, travailler mieux et travailler toutes et tous.
– La CGT revendique une hausse du SMIC à 2000 euros brut/mois, une augmentation générale des salaires, des pensions et minimas sociaux. Le contexte économique actuel avec une inflation à plus de 5% met en évidence l’urgence de cette
revendication.
– La CGT revendique le droit à la retraite pour toutes et tous à 60 ans et l’abrogation de la réforme Touraine portant sur la durée de cotisation.
– La CGT, attachée au salaire socialisé condition nécessaire à l’existence et au financement de notre Sécurité sociale
– La CGT revendique la fin des exonérations de cotisations sociales patronales qui mettent en danger la protection sociale.
– La CGT revendique une véritable politique industrielle, secteur porteur de création d’emplois directs et induits. La CGT dans les territoires est porteuse de projets de filières dites courtes, garantissant la souveraineté industrielle et la prise en compte
des enjeux écologiques. La CGT se bat également pour redonner la priorité au fret ferroviaire qui aiderait à la relance industrielle.

 

Pour la CGT, nous devons nous préoccuper des vrais sujets, augmentation du SMIC et des salaires, retraite à 60 ans, maintien du pouvoir d’achat, diminuer le temps de travail pour un meilleur partage avec ceux qui n’en ont pas, défendre notre sécurité sociale et les services publics etc.

Les 12 et 19 juin toutes et tous aux urnes pour
améliorer notre quotidien et pour le progrès social

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.