Le parti communiste au chevet des hôpitaux et des EHPAD

  membre du Parti de la gauche européenne – Section Bassin minier.

Un plan d’urgence pour les hôpitaux publics et les Ehpad

Alors que le gouvernement Macron, ses ministres et experts en tout genre, ont fait preuve de non anticipation, d’incurie et de gestion calamiteuse de la grave crise sanitaire qui percute notre pays et sa population, les personnels soignants, médicaux et non médicaux des hôpitaux, des Ehpad et des soins ambulatoires ont fait face avec responsabilité, compétences et créativité.

Pendant des mois, elles et ils n’ont eu de cesse de manifester, réclamer haut et fort des lits, des emplois, une reconnaissance salariale. Le PCF les a entendu·e·s avec un premier plan d’urgence et un projet de loi déposé par ses parlementaires, en novembre 2019.

Des mesures doivent être prises, notamment : 

Un plan de création de 100 000 emplois et de titularisation de tou·te·s les contractuel·le·s dans les hôpitaux. Un plan de création de 100 000 emplois dès cette année dans les Ehpad pour aller vers un·e salarié·e pour un·e résident·e, soit 300 000 postes à créer en 3 ans.
Une augmentation de 65 points d’indice pour la fonction publique, pour un équivalent de 300 € net à l’indice moyen.
Une augmentation de tous les quotas de formation pour cette rentrée 2020 et un recrutement de 12 000 étudiant·e·s en médecine par an, dès cette année.

Un moratoire sur toutes les fermetures et restructurations au sein des groupements hospitaliers de territoire (GHT). Réinstallation des lits réquisitionnés pour le Covid-19 à leur finalité d’origine et des personnels afférant. Maintien des unités de réanimation créées et répartition selon les besoins des territoires.

Il faut en finir avec les « plans de retour à l’équilibre financier » (PREF), et avec la dette des hôpitaux. Reprise de la totalité des 30 milliards de dette hospitalière par la CDC et refinancée auprès de la Banque centrale européenne.

Reconstitution des réserves hospitalières sous l’autorité des équipes soignantes
et reconstitution des filières industrielles pour préserver l’accès en toute autonomie à des biens de santé aussi essentiels que des masques et des appareils respiratoires.

Création d’un pôle public du médicament. En lien avec les recherches engagées autour des traitements et du vaccin du Covid-19, il y a urgence à les soustraire à la loi du profit.

 

Un commentaire

  1. Bonjour,
    Vous parlez augmentation pour la fonction publique, qu’en est-il pour le privé dont le personnel souffre bien autant , sinon plus avec des salaires de misères.
    Quant à la création de postes en EHPAD, je dis oui, oui, oui.
    Les prises en charge actuelles, au vu des tarifs pratiqués sont indignes pour nos aînés.
    La maltraitance, non voulue bien sûr, n’est cependant pas loin.
    Le travail à la chaîne que l’ on impose au personnel soignant en EHPAD est robotisé et dénué d ‘humanité.
    La prise en charge d’un résident en EHPAD se résume dans beaucoup d’établissements aux soins de nursing.
    Qu’en est-il de l’écoute, de la présence, de la bienveillance ?
    Ces critères n’entrent tout simplement pas du tout dans la prise en charge de la personne âgée.
    Messieurs les technocrates, revoyez vos copies et laissez aux gens de terrain un peu plus de place dans les prises de décisions.
    La santé, la vieillesse c’est de l’ humain ……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *