Le fait du jour – Les soldes débutent aujourd’hui, une bonne affaire ?

Ce mercredi 20 janvier sonne le départ des soldes chez les commerçants pour une durée de quatre semaines. C’est déjà, en premier lieu, l’occasion de rompre avec la monotonie ambiante qui règne dans les rues, pour les commerçants de rentrer de la trésorerie et pour les clients, retrouver le chemin des boutiques avec l’ambition de réaliser de bonnes affaires.

Sur le papier, cette façon de voir les choses est presque idyllique car sur le terrain, même si les commerçants espèrent une embellie, la réalité est nettement moins emballante.

A Montceau-les-Mines, un petit tour d’horizon permet de planter le décor. Il ressort que le décalage des dates _ les soldes étaient initialement prévues à partir du 4 janvier mais à cause toujours de la pandémie, elles ont été repoussées _ , a mis un coup de frein aux achats, alors que le mois de décembre s’est avéré, pour beaucoup, exceptionnelle. Depuis, en revanche, c’est le trou noir. Et ouvrir les soldes un 20 du mois, période où les porte-monnaie connaissent une faiblesse naturelle, n’apparaît pas comme une bonne idée aux yeux des commerçants.

Bien des commerces, notamment les chaînes, proposent déjà des promos ou des ventes privées. Autant dire que les soldes, sauf important rabais, ne vont pas, cette année encore, révolutionner l’acte d’achat des acheteurs.

Quel regard les commerçants portent-t-ils sur les soldes ?

Keep Coll : Brigitte Voisin est la présidente de Montceau commerces et attend de voir. « C’est le suspense, je ne sais pas ce que les soldes donneront. Le début de l’année est très calme alors c’est peut-être le moment d’animer nos commerces ».

Il était une soie : « A partir d’aujourd’hui, c’est – 30%, – 50%. Les clients se sont lâchés pour Noël, aujourd’hui ils sont à nouveau plus frileux ».

Victor : Nicolas Deloche vend de la chaussure depuis 21 ans rue Carnot : « J’ai déjà des promos depuis le début du mois alors avec les soldes, j’espère déstocker de la marchandise et finir correctement la saison qui est quand même bizarre. Décaler les soldes n’est pas une bonne chose ».

Secret de mariée : pas de soldes, « je ne travaille pas comme le prêt à porter » explique Nathalie, la spécialiste des robes de mariée qui a dû gérer les annulations et les mariages repoussés avec la crise sanitaire. « Les futurs mariés sont optimistes pour cet été. En attendant, les clients n’ont pas le moral, nus n’avons plus de vie sociale ».

Mon coin déco : « Mais pourquoi avoir décalé la date des soldes, ça fait 15 jours que c’est mort. Ceux qui rentrent dans le magasin font du repérage. Nous proposons jusqu’à – 50%. Il faut faire de la place pour les nouveaux articles qui vont arriver ».

La Chamade : là encore la date des soldes fait débat. « Je fais – 40% sur tous les vêtements. Je souffre un peu de la solitude dans la rue où à part la pharmacie et le tabac, tout est fermé. Mais je garde le moral, cela fait 30 ans que je suis ici, rue des Oiseaux » précise Jacqueline Lepage.

Armande couture : Depuis les fêtes, je propose – 50% et c’est bien parti. Pour les soldes, c’est la même chose. Pour moi, l’important est de déstocker et faire rentrer de la trésorerie ».

Au caïman : « C’est l’incertitude. Les clients se sont fait plaisir à Noël, aujourd’hui ils sont dans la retenue. Je propose des promos depuis une semaine mais ce mois de janvier ne ressemble aux autres mois de janvier. L’euphorie des soldes d’antan est passée. ON prend comme ça vient ».

Atelier de Fanny : « Oui je fais les soldes et j’ouvre même dimanche ici au quai de Moulins ».

King Jouet : le marchand de jouets solde également, – 30% et – 50% « sur certains articles » précise le patron qui lui perd du chiffre d’affaires avec le couvre-feu à 18h. « C’était la dernière vague, les parents venaient récupérer les enfants à la garderie et passaient chez nous. Avec les soldes, nous espérons faire mieux ».

Jean Bernard

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.