L’Andouille Nostalgique

Mark E. Smith est décédé mercredi dernier à l’âge de 60 ans. Porté par ce colérique leader, le groupe britannique The Fall avait marqué le mouvement post-punk à la fin des années 70.
En 1975, il travaillait sur les docks de Manchester, c’est après avoir assisté à un concert des Sex Pistols que l’artiste né à Broughton avait fondé The Fall, en 1976. Repetition, leur premier simple, était sorti un an plus tard.
La grande histoire du rock’n’roll tient parfois à peu de choses.
Le jour où les Sex Pistols ont joué pour la première fois en 1975, la légende raconte que la soirée se termina en baston générale. Rien, en cette année ne laissait présager le tournant important qui allait s’opérer. En France nous étions en plein drame national suite au suicide de Mike Brandt et personne n’avait vu venir l’événement majeur qui allait tout chambouler.
Le mouvement punk venait de naître et avec lui une génération de musiciens cloutés qui exprimait la révolte de toute une jeunesse qui découvrait la crise économique. Cette contre-culture s’attaquait à l’ordre social.
Pour exemple en 1977, quelques jours après la sortie du single, le groupe Sex Pistols descend la Tamise à bord d’une péniche et crache son « God Save the Queen »…. devant le Parlement britannique en plein jubilé de la reine. Un doigt d’honneur à la reine sous ses fenêtres. De sa voix de vipère, Johnny Rotten crache son venin : « Que Dieu sauve la reine/Son régime fasciste », « Elle n’est pas un être humain/Le rêve de l’Angleterre n’a pas d’avenir », rugit-il en détournant les paroles de l’hymne britannique avant de se retrouver tous au ballon.
Bien qu’une grande part du public les détestait, il se formait un noyau de fidèles, fasciné par l’énergie du groupe. Dès leur premier concert, les rangs de leurs fans comptait déjà d’autres futurs acteurs de ce qu’on appellera le mouvement Punk, comme Joe Strummer qui ira fonder les Clash, Chrissie Hynde bientôt leader des Pretenders ou encore Steve Severin et Siouxsie Sioux qui deviendront Siouxie And The Banshees et bien sûr Mark E. Smith et The Fall.
Bien que la crise économique soit toujours là, les temps ont bien changé et les goûts musicaux aussi.
Eh oui, à chaque génération son combat, sa lutte, sa musique…
Terminé la bière, la baston , les dents pourries de Johnny Roten et le coup de pied au cul de la jeunesse à la société, à présent, place aux méga productions mainstream issues des industries musicales de masse que sont Universal, Sony et Warner.
Forcement, dorénavant, les goûts musicaux seront systématiquement liés à ces méga industries.
Créativité zéro, artistes en bois massif, grosses voitures, belles pin up, « Chemise ouverte et chaînes en or qui brillent… »
Eh oui c’est ca la vie… la révolution c’est « sur la plage… coco » !

Reposez en paix Mark, Sid et compagnie, la culture punk est au musée ! Mais de l’ombre des caves et des greniers, osons espérer que nous percevrons encore longtemps le son de la créativité musicale qui est et sera toujours l’un des moyens d’expression privilégiés des innovateurs, des iconoclastes et des révolutionnaires en rupture avec l’ordre social.
Parole d’Andouille

 

Pour les nostalgiques , l’association étudiante « les Initi’arts » du Creusot organise la projection du film « Sid § Nancy » jeudi 1er février à 17h à la médiathèque du Creusot, s’en suivra le premier tremplin Punk régional « Punk Ulture » le 28 février ou trois groupes de Punk partagerons la scène de l’ Arc.
+ d’ info Facebook : Punk’ulture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *