Konecranes – Parti communiste : une fermeture inacceptable pour les salariés

 

   membre du Parti de la Gauche Européenne section Bassin minier.

 

Konecranes : Solidarité

avec les salariés et leurs familles

 

La section du parti Communiste Français du bassin montcellien,  veut témoigner de sa solidarité avec les travailleurs de Konecranes et les féliciter pour leur 14 jours de lutte, unis au sein de l’ intersyndicale.

 

Comme ils le disaient sur leur banderole « notre virus n’est pas le Covid, mais KoneCranes ». Ils ont bien compris que c’est la recherche d’une rentabilité toujours plus grande qui remettait en cause leurs emplois, comme hier elle a conduit à la fermeture de l’unité de Vernouillet et de celle de Lentigione en Italie.

 

En acceptant le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE)  – drôle de nom pour un plan qui supprime 116 emplois sur 142 emplois !!! – les salariés ont mis fin à 14 jours de grève.

L’entreprise n’a pas pu être sauvée, mais ce n’était pas la volonté du groupe finlandais qui voulait par dessus tout produire dans un pays à bas coût, On peut comprendre aussi qu’après 14 jours de lutte, les salariés aient choisi de valider le plan social amélioré grâce à la lutte.

 

Le PCF refuse les logiques de court-termisme et de rentabilité financière,  tout comme le renoncement industriel de la France. Quand le président de la république appelle à relocaliser les activités industrielles , la volonté de fermeture de cette entreprise est inacceptable pour les salariés, leurs familles, mais aussi pour l’avenir industriel de la France et contraire aux impératifs environnementaux dont la planète à besoin.

Malgré les annonces, le gouvernement a été une nouvelle fois incapable d’empêcher un tel gâchis. Le faux bon du député Gauvain ce lundi, montre le mépris de cette majorité pour les travailleurs (NDLR : la CGT n’a pas souhaité la visite du député ce lundi matin. Raphaël Gauvain est toutefois venu sur le site à 18 heures).

 

Grâce à votre travail, à vos compétences, à votre savoir-faire, à l’innovation industrielle, de l’ouvrier à l’ingénieur, du technicien au cadre, vous avez permis à votre entreprise d’afficher des résultats florissants.

 

Cet argent aurait du être investit dans la recherche, la formation, dans les salaires, dans la relocalisation d’activités. Ça aurait été bon pour l’emploi, bon pour les sous-traitants, bon pour les collectivités et la nation.

 

Toutes les pistes doivent maintenant être envisagées pour la relance de ce site de production qui ne doit pas devenir une nouvelle friche industrielle. Sinon quel avenir pour ceux qui vont perdre leur emploi, quel avenir pour la jeunesse, quel avenir pour notre bassin ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.