Journées du patrimoine – Alain Prost, ferronnier d’art, le magicien du feu et du fer

Voici au moins un lieu insolite qui s’inscrit dans le cadre des journées européennes du patrimoine qui vont avoir lieu samedi 17 et dimanche 18 septembre 2022.  Un lieu où le patrimoine a été façonné par la main de l’homme, avec l’âme d’un forgeron et le talent de l’artiste.

Alain Prost parle de son métier, de sa passion, avec encore beaucoup trop de modestie. C’est pourtant un orfèvre dans son domaine, un joyau de la couronne montcellienne. Encore fallait-il le dénicher, trouver son atelier au 8a de la rue Monchevrier au Bois Roulot. Autant dire que ces journées du patrimoine tombent à point mais sans doute eut il été perspicace de découvrir cette homme avant qu’il ne cesse son activité en 2007. Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Alain Prost est ferronnier d’art et le restera jusqu’à son dernier souffle. Dans son atelier, tout est encore en place, rien ne manque. On pourrait presque penser qu’hier encore, notre « Fangio » de la ferronnerie activait encore son marteau pilon et chauffait le fer dans la forge.

Quand il vous raconte avec quelle minutie, le temps qu’il lui a fallu pour façonner le portait d’entrée du château de Pommard, vous n’osez pas l’interrompre. L’objet d’art pèse 1.5 tonne, mesure 3.5 m de largeur et 5 m de hauteur et a nécessité onze mois de travail. Un vrai chef-d’oeuvre.

Alain Prost, un patrimoine vivant

Il n’existe pas d’école pour les génies, encore moins pour les ferronniers d’art comme Alain Prost. « J’ai commencé en apprentissage à l’âge de 14 ans. D’ailleurs dites bien aux politiques que commencer l’apprentissage à 16 ans, c’est trop tard. J’ai appris mon métier encadré par les compagnons et notamment monsieur Lavignes, ferronnier d’art à Montceau-les-Mines ».

Dans son atelier, Alain Prost aimait travailler seul. Il avait besoin de s’inspirer de la matière pour mieux la transformer, lui donner vie guidé par son esprit.

Alors quand on est un artiste comme lui, qu’il a fréquenté les expositions et les salons les plus prestigieux en France, en Italie, en Suisse, le nom d’Alain Prost s’est imposé comme une signature au fer rouge. A Fribourg (Suisse), il a réalisé l’enseigne de la librairie Saint-Paul avec une chouette de 80 cm de hauteur dorée à la feuille d’or 22 carats. A Nîmes, il a signé un portait ouvragé avec de la vigne et oiseaux et papillons (couleur polychrome et feuille d’or 22 carats). Un an de travail.

Samedi 17 et dimanche 18 septembre, l’artiste se fera un honneur à vous accueillir dans son atelier où Josiane Buchalik, conseillère municipale déléguée au patrimoine, a exposé ces journées du patrimoine à Montceau-les-Mines (voir programme ci-dessous). « Nous avons trouvé une pépite dans cet atelier, Alain Prost est un patrimoine vivant » indique-t-elle.

C’est lui qui a fait don à la ville de son marteau pilon d’environ 5 tonnes. « Je suis fier qu’il trône à l’entrée des Grands Parcs », dit-il. D’ailleurs toutes ses machines qu’il détient dans son atelier, ont plus de 100 ans pour la plupart.

Aujourd’hui, pour son plaisir, il travaille le bois. Pour ne pas rouiller.

Il est grand temps de découvrir ce lieu insolite.

Jean Bernard

Alain Prost, ferronnier d’art

8a rue de Monchevrier au Bois Roulot à Montceau-les-Mines

Visites, samedi 17 septembre de 10h à 13h et 14h à 18h; dimanche 18 septembre de 14h à 18h 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.