Incendies – Réunion de crise avec les quatre maires

Samedi soir au vernissage à l’Embarcadère, Marie-Claude Jarrot a avoué que « la situation est difficile ».

Ce samedi soir , après les événements de la nuit dernière à Sanvignes et à Montceau-les-Mines, les quatre maires de Blanzy, Montceau-les-Mines, Sanvignes et Saint-Vallier se sont réunis vers 18h à la salle André Frenaud à l’Embarcadère à Montceau, juste avant le vernissage de l’exposition sur le centenaire de la Grande Guerre.

Marie-Claude Jarrot, Jean-Claude Lagrange, Hervé Mazurek et Alain Philibert ainsi que les adjoints montcelliens Gérard Gronfier et Lionel Duparay se sont parlé pendant plus de trente minutes. Aucun n’a souhaité faire de déclaration à l’issue de cette réunion de crise. « Nous publierons un communiqué (sans doute aujourd’hui dimanche) » a juste lâché madame le maire de Montceau.

Toutefois, Marie-Claude Jarrot a avoué que « la situation est difficile. Il est important de se serrer les coudes. Les maires, nous sommes parfaitement unis sur ces événements ». Comment pourrait-il en être autrement alors que les quatre villes du Bassin minier sont touchées.

Au vernissage, aucune voix ne s’est élevée contrairement à l’épisode de samedi midi lorsque madame le maire est arrivée sur le parvis de l’hôtel de ville où la BMW, cause du grabuge, témoignait aux yeux de tous de ce sentiment d’insécurité qui plane depuis plusieurs mois sur la région. Des habitants qui attendent du concret et pas seulement de belles paroles.

« Mais c’est justement ensemble, reprenait Marie-Claude Jarrot à l’Embarcadère, que nous pourrons enrayer tout ça ». Elle insistait encore une fois comme au cours de la réunion de quartier à la Sablière, « dès que vous voyez quelque chose de suspect, prenez des photos, appelez le 17 (la police) parce que nous ne pouvons pas mettre un policier derrière chaque poubelle et que les caméras de surveillance ne régleront pas tout ».

Le climat ambiant sur le Bassin minier est délétère, nuisible « avec cette fachosphère qui inonde les réseaux sociaux » déplorait-elle. « Personne ne détient la bonne solution. Si quelqu’un l’a, qu’il vienne nous le dire. Hurler avec les loups, ça ne sert à rien ».

Exaspérée, la population l’est. « Un jour, ça va mal finir » a-t-on entendu samedi midi devant la mairie.

Jean Bernard

POUR RAPPEL: un des occupants de la BMW (le passager), blessé à la tête s’est rendu dans la nuit de vendredi à samedi aux urgences à l’hôpital de Montceau. Le médecin a averti la police qui s’est rendue sur place pour interpeller le blessé. Aux dernières nouvelles, il a quitté le CH de Montceau pour être conduit dans un autre hôpital.

3 commentaires

  1. Ce n’ai pas grave. Ce sont juste des incivilités ! C’est bien ce qui était dit ?

  2. Je propose un rassemblement devant l’hôpital pour faire comprendre à l’individu en question qu’on en a marre des couillons dans son genre.

    D’ailleurs, je lui conseillerais de déménager dès sa sortie…

  3. Babasse, vous m’avez devancé ! Il faudra attendre un mort pour que le mot « crime » soit reconnu ?

    Déjà, 1ere urgence, rétablir, pendant l’hiver, la lumière dans tous les villes. Mais là aussi, les maires vous diront que cela n’a rien à voir ! Enfin en politique, ils ont du bagou mais pour le reste…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *