Hôpital – Christine Ungerer, directrice du Groupement Hospitalier de Territoire, sur le départ

Christine Ungerer (à gauche) aux côtés de Marie-Claude Jarrot.

Christine Ungerer et Nicolas Roux.

La directrice du GHT aux voeux du CH de Montceau en janvier 2020.

Christine Ungerer, directrice du GHT (Groupement Hospitalier de Territoire Saône-et-Loire Bresse-Morvan) va prochainement quitter son poste. L’annonce n’est pas encore officielle mais l’avis de vacance d’emplois de direction de la fonction publique  hospitalière (emplois fonctionnels) a été publié le 17 septembre dernier.

Le départ de Christine Ungerer est à la fois une surprise sans en être une tant, depuis son arrivée à la tête du GHT le 15 janvier 2018, ce fut une succession de soubresauts et, d’une manière plus générale, d’un mécontentement continu des syndicats hospitaliers, d’une partie du personnel, du CODEF (les usagers de l’hôpital), le tout accompagné des élus concernés.

Christine Ungerer fait valoir ses droits à la retraire, nous dit-on dans son entourage. Ce que confirme, Marie-Claude Jarrot, maire de Montceau-les-Mines et présidente du conseil de surveillance du CH de Montceau. « Elle est en poste jusqu’à la fin de l’année » fait-on savoir.

En revanche, personne n’ose clairement évoquer les véritables raisons de son départ… à la retraite.

Ceci dit, dès ses premiers pas au GHT, Christine Ungerer a eu à gérer la difficile prise de décision du ministère de la Santé de fermer la chirurgie au centre hospitalier de Montceau. Que de remous provoqués et puis en mai 2018, la chirurgie cessait de fonctionner. A cette époque, l’ambition était alors de faire du CH de Montceau, un établissement référence en SSR (soins de suite et de réadaptation).

Par la suite, Christine Ungerer a connu bien des désagréments avec les nominations des directeurs délégués à Montceau. Isabelle Tabyaoui quittait son poste en juillet 2018. En septembre, lui succédait Nicolas Roux. Six mois plus tard, il rendait son tablier, victime, semble-t-il, d’un burn out.

Dans la foulée, Alexandre Leroux lui succède mais en pleine crise de la covid, il est débarqué. Dans le même temps, le directeur du pôle gériatrie jette l’éponge (rupture conventionnelle). C’est désormais Jean-Michel Suignard qui occupe le poste de directeur délégué. Il est toujours en place.

En mai 2019, la directrice du GHT doit faire face à la grève du personnel des urgences à Montceau ou encore réorganiser le service cardiologie sans que l’on sache vraiment si son coeur bat au bon rythme encore aujourd’hui.

Toujours dans l’entourage de Christine Ungerer, sans trop en dire, un mot d’ordre résume la situation : « Il faut de la stabilité à Montceau ».

Jean Bernard



Définition du poste à pouvoir       

CENTRES HOSPITALIERS DE CHÂLON-SUR-SAÔNE, D’AUTUN, DE CHAGNY, DE LA GUICHE-MONT-SAINT-VINCENT, DE MONTCEAU ET DE TOULON-SUR-ARROUX ET EHPAD DE COUCHES ET DE FOUGEROLLES D’EPINAC (SAÔNE-ET-LOIRE)
Directeur ou directrice

I. – Description de l’établissement :
Le Centre Hospitalier de Chalon-sur-Saône est composé d’un site principal accueillant les activités MCO / SSR (soit l’équivalent de 532 lits et places), d’un EHPAD de 270 lits et d’un IFSI-IFAS.
Il est l’établissement support du GHT Saône-et-Loire Bresse Morvan qui regroupe trois établissements MCO, un Centre Hospitalier Spécialisé et quatre établissements ex-hôpitaux locaux et couvre une population de 360 000 habitants. Les instances du GHT ont lancé la procédure de mise à jour du Projet médical et de soins partagé avec le concours d’un consultant, dont les travaux se dérouleront au cours du 1er semestre 2022
En matière de coopérations, le Centre Hospitalier de Chalon forme dans le cadre du GCS Cardiologie du Sillon Central Bourguignon avec le CHU de Dijon et le CH de Mâcon une filière de cardiologie visant notamment à développer une activité de cardiologie interventionnelle au CH de Chalon.
Dans un contexte de situation financière dégradée il est nécessaire de poursuivre la démarche d’analyse et d’amélioration de la performance des centres hospitaliers d’Autun, de Montceau-les-Mines et de Chalon, dans le cadre d’une méthodologie commune basée sur les filières de soins et l’optimisation des organisations.
Plusieurs projets sont à l’étude pour compléter l’offre de soins dans le territoire et mettre à niveau les plateaux techniques :

– extension du centre lourd de dialyse ;
– mise à niveau du Bloc Opératoire et poursuite du déploiement de la chirurgie robotisée ;
– réorganisation de la filière gériatrique territoriale : USLD, SSR et EHPAD ;
– organisation territoriale des soins palliatifs avec la création d’une unité de soins palliatifs.

Plusieurs audits territoriaux ont été réalisés pour optimiser des fonctions médico-techniques (biologie territoriale) et logistiques (blanchisserie et restauration) dont les conclusions sont en cours de mise en oeuvre.
Une coordination des 8 EHPAD de la direction commune fonctionne, centrée sur la qualité de vie des résidents.
II. – Description du poste :
Pilotage des 8 établissements (6 établissements de santé et 2 EHPAD) en lien avec le directeur délégué et l’équipe de direction de chaque établissement :

– stratégie : coordination de l’élaboration du projet d’établissement, mise en oeuvre des projets stratégique ;
– suivi financier et pilotage de la performance ;
– concertation avec les élus ;
– dialogue social ;
– supervision des recrutements médicaux ;
– relations avec les autorités de tutelle ;
– vigilance sur la qualité et la sécurité des soins ;
– suivi des dossiers sensibles ;
– dialogue de gestion dans les 3 établissements MCO ;
– communication interne et externe ;
– développement durable et innovation.

Pilotage de la direction commune :

– comité de direction avec les directeurs délégués et les directeurs métiers ;
– management de l’équipe de direction (8 directeurs délégués et 8 directeurs métiers) ;
– élaboration et suivi du programme de travail annuel ;
– harmonisation des pratiques entre les établissements ; mutualisation des innovations et des outils ;
– coordination de la crise sanitaire.

Pilotage des instances du GHT :

– présidence du comité stratégique et des autres instances du GHT ;
– suivi des pôles territoriaux et des filières de soin territoriales ;
– supervision de la politique territoriale sur les achats ;
– supervision de la politique territoriale sur les systèmes d’information ;
– coordination de la préparation à la certification.

Représentation des établissements et du GHT auprès de partenaires.
III. – Profil recherché :
L’emploi s’adresse à un cadre de haut niveau fonctionnaire, ou agent contractuel, avec une expérience minimale de six années d’activités professionnelles diversifiées en tant que cadre supérieur sur des fonctions de direction, d’encadrement ou d’expertise et ayant une excellente connaissance des politiques de santé.
Expérience professionnelle appréciée :

– direction d’établissement de santé ;
– gestion d’une structure médico-sociale ;
– élaboration d’un projet d’établissement ;
– animation des instances d’un établissement de santé et d’un GHT ;
– expérience de coopérations, notamment entre le public et le privé ;
– mise en œuvre de filières de soins territoriales ;
– conduite du dialogue social ;
– conduite du dialogue de gestion ;
– concertation avec les élus locaux ;
– gestion de crise.

Connaissances particulières requises / prévues : (en lien avec les spécificités du poste).
Connaissance approfondie des activités d’hospitalisation MCO et SSR, du régime des autorisations et des modèles de financement.
Connaissance des spécificités du secteur médico-social pour les personnes âgées.
Compétences professionnelles requises / prévues : (en lien avec les spécificités du poste).

– capacité à construire une vision stratégique de son établissement et de la coopération avec différents partenaires ;
– capacité à construire un dialogue social apaisé ;
– capacité à travailler avec les instances ;
– capacité à assoir l’établissement dans une stratégie territoriale (accès aux soins, relations hôpital-ville et hôpital médico-social…) ;
– capacité d’analyse de l’activité hospitalière et de la performance ;
– compétence de gestionnaire ;
– capacité à mener un projet de rapprochement entre établissements ;
– maîtrise du relationnel.

6 commentaires

  1. Par rapport à la DEFINITION DE POSTE pas étonnant que la personne recrutée aura quasiment aucune chance de plaire à l ensemble des protagonistes du monde hospitalier….!!!!tellement la liste des taches à effectuer est longue …celui où celle qui a pondu ce listing est un champion ou une championne…!!!! Pas étonnant que l hopital en général ne va plus…..

  2. Bon débarras. Stop à l’aval au dynamitage des services publics de proximité. Reste à savoir de quel acabit sera son successeur…

  3. Au prochain directeur : merci de faire du ménage au SSR et médecine polyvalente car les aides soignants (tes) ont plus de 50 ans, de ce fait elles sont aigries et parlent mal aux patients, en médecine polyvalente entre la fille qui appel son père pour avoir des nouvelles de son papa hospitalisé et qui entend les propos de l’aide soignante au téléphone «  elle nous fait chier celle-là » ou aussi « ben papy tu veux aller ou comme ça ! t’as fait un avc »
    Ben oui il essaie de reprendre de l’autonomie….elle se reconnaîtra (…)
    Bref vous êtes proche de la retraite et vous êtes blasés, si vous en avez marre de faire ce métier changez de taf car les patients n’en sont pas cause.
    Merci

    • Alexandra je confirme votre écrit, j’ai été hospitalisé 10 jours en médecine polyvalente, j’ai passé un séjour désagréable et irrespectueux, en effet, des soignants seniors, entre une qui est toujours sur son portable, une autre qui ne fait que de vous contredire sur tous les sujets et qui a la science infuse, et un qui vous dit « les patients sont à l’hôtel ici » « qu’ils n’ont rien à faire là s’ils ont mal au dos ce sont des problèmes psychologiques »
      Je ne captais pas la télé et là on me répond vous êtes là pour des soins, pas pour regarder la télé !!!
      En revanche des infirmières jeunes et dynamiques qui nous remontent le moral !

  4. Bon débarras n est pas très correct…..MMe Ungerer a certainement ni plus ni moins qu appliquer la politique de l ARS de Bourgogne etc est plutôt aux hauts fonctionnaires que jamais vous verrez où jamais que leur nom apparaisse .,avec de très gros en plus qu il faut jeter la pierre……comme je l ai indiqué dans mon message précédent quand vous lisez « LA DEFINITION DU POSTE » AVEC UN PEU DE REFLEXION VOUS AVEZ TOUT COMPRIS pourquoi l hopital va mal……

  5. Bon débarras s’adresse à Mme Ungerer mais également à tout ces carriéristes qui acceptent des postes à responsabilité car ils sont bien rémunérés et ceci au détriment du bien être général. Ils ont fait ce choix de « marcher dans le sens du vent », alors en ce qui me concerne je ne vais certainement pas leur trouver une quelconque excuse à leur collaboration de démantèlement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *