Hôpital – Après la chirurgie, place à aux SSR

La chirurgie va fermer, ce sera effectif au plus tard au 2 mais 2018. La stérilisation aussi et l’affectation des personnels est en cours. La directrice du centre hospitalier Jean Bouveri apporte des précisions.

D’après le chirurgien dont nous ignorons toujours l’identité du centre hospitalier Jean Bouveri, la fermeture de la chirurgie est actée pour le 26 avril 2018. « Ce qui semble cohérent » indique tout simplement Marie-Claude Cavin de l’intersyndicale de l’hôpital Jean Bouveri.

La fermeture, en fin de compte, interviendra plus probablement le 1er voire 2 mai 2018, d’après la directrice du CH, Isabelle Tabyaoui. « C’est en cours et nous travaillons à trouver une place au  personnel, les chirurgiens et les infirmières des blocs opératoires ».

Vingt lits supplémentaires

Certains, notamment chez les chirurgiens, ont fait le choix de partir « dans des hôpitaux voisins, Paray-le-Monial ou Le Creusot » précise la directrice. D’autres iront rejoindre le centre pôle, l’hôpital de Chalon-sur-Saône, même si d’après Marie-Claude Jarrot, présidente du conseil de surveillance de Jean Bouveri et maire de Montceau-les-Mines, « Chalon ne joue pas le jeu ».

La chirurgie conventionnelle et ambulatoire ferment, comme va fermer le service de stérilisation, « il va à Chalon » précise Isabelle Tabyaoui. Sur un effectif de cinq personnes, une seule a demandé à partir, « les autres restent à Montceau » et sont intégrées dans d’autres services. « Nous avons pris en compte les demandes de chacun ».

Par quoi sera remplacer la chirurgie ? « Par les soins de suite et de réadaptation, les SSR » explique la directrice. « Nous avions 40 lits, nous en aurons 20 supplémentaires ».

Que sont les SSR? Sur le site du ministère des solidarités et de la santé, il est indiqué: Au sein des parcours de santé, les soins de suite et de réadaptation (SSR) trouvent naturellement leur place et contribuent à la fluidité de « l’après hôpital ». Cela, à travers 3 missions : la rééducation d’un organe lésé en vue de sa restitution intégrale ou optimale, la réadaptation du patient pour lui permettre de s’adapter au mieux à ses limitations et le recouvrement maximal des conditions de vie de ce patient avant son séjour hospitalier.

Et l’âge moyen d’un patient en SSR est de 70 ans. « Nous nous recentrons sur une activité de médecine » stipule Isabelle Tabyaoui.

Un chirurgien présent tous les jours

Quant aux urgences et le SMUR dont les maintiens sont assurés et malgré toutes les craintes de les voir disparaître un jour ou l’autre, parce que même pour le docteur Defauchy, praticien au CH Jean Bouveri _ pour un certain temps encore _ : « si la chirurgie ferme, les urgences seront perdues rapidement », la directrice se montre plus optimiste, « les urgences ont toute leur place à Montceau ».

La directrice se veut donc rassurante et déploie ses arguments. Elle précise: « Il y aura toujours un chirurgien, tous les jours à l’hôpital Jean Bouveri », ceux qui justement viendront de Chalon pour consulter. « En cas d’urgence, le chirurgien pourra intervenir ».

Enfin, dernier point évoqué, le mini-bloc opératoire. « Nous maintenons une salle de bloc opératoire qui fonctionnera un jour par semaine » notamment pour les chambres implantables en chimio, les pacemakers.

Et pourtant, le Codef, les politiques, les usagers, tous veulent conserver la chirurgie. Et personne ne les écoute.

Jean Bernard

 

5 commentaires

  1. Madame Jarrot actait la fermeture de la chirurgie contre un peux plus de 13 millions d’euros ! Sa défense est de dire  » J’ai hérité d’une dette de 18 millions d’euros !!  » Ma question est la suivante. Pourquoi ne pas se servir de ces 13 millions d’euros que l’état est prêt à donner pour rembourser une partie de cette dette ! Cela l’a ramènerai à 5 millions ! Ma conclusion est que cela ne vient pas de la dette mais bien d’une décision politique que madame jarrot approuve !

  2. C’est lamentable ! Je ressens qu’un profond dégoût en apprenant que la chirurgie va fermer le 2 mai 2018. Nous sommes au 21 ème siècle et la chirurgie de Galuzot va mettre la clef sous la porte. C’est un véritable scandale.

  3. Bonsoir Estebane. Preuve est faite que votre combat n’est pas l’hôpital mais bien Madame JARROT. Vous vous en défendiez pourtant il y a quelques lignes. Si effectivement nous pouvons regretter la fermeture de la chirurgie continuons le combat pour sauver le reste. Nous n’arriveront á rien en nous invectivant . Nous devons ensembles dépasser nos divergences et montrer à Paris que nous sommes solidaires dans le combat. Quelque soient nos sensibilités nous ne devons pas avoir pour objectif immédiat les municipales de 2020. Salutations.

  4. Bonsoir Beranger, je suis tout à fait d’accord avec vous ! Il faut défendre notre hôpital ensemble ! Mais dans ces conditions cela est impossible ! Il y a trop de haine déversé ! Moi je fais juste des constats et pose une question qui aurai pu être étudié. Sur le reste je suis au regret de vous dire que c’est la vérité puisque c’est elle même qui l’a dit. Je n’invente rien. Bonne soirée.

  5. Ce n’ est pas possible ! on manque de tout au niveau soins et hospitalisation, les malades vont aller se faire opérer ou ? – faire de pseudos économies sur la santé : c’est lamentable et criminel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *