Hôpital – A force de tirer sur la corde… la CGT tire le signal d’alarme

C’était le 30 juin 2020, à l’hôpital de Montceau. Les blouses blanches jetaient leurs blouses blanches.

Faut-il s’en étonner ? Pas vraiment, c’est même l’inverse à savoir que la CGT a été très patiente avant de manifester au grand jour et montrer son mécontentement à propos de l’austérité dont est victime l’hôpital dans son ensemble.

Evidemment, avec la crise sanitaire qui dure depuis bientôt un an, difficile de mettre en péril les unités de soins mais il arrive un moment où trop, c’est trop.

Le citoyen va dire : « encore une manifestation de la CGT ». Certes mais qui va dire que l’hôpital et pas seulement celui de Montceau, est malade dans la conception même du travail des personnels soignants ? Les hôpitaux manquent de moyens, financiers et humains même si à Jean Bouveri il semble que le porte monnaie est moins percé au moins pour le matériel.

Mais il manque l’essentiel, le personnel et celui qui est là, malgré le « merci » toujours agréable à attendre, n’a pas toujours la reconnaissance du travail effectué.

C’est pourquoi, la CGT organise une journée d’action de la santé et de l’action sociale.

Elle précise : « Continuons à montrer que nous avons besoin de moyens :

  • Pour travailler humainement
  • Pour vivre dignement
  • Pour être reconnus socialement, professionnellement et économiquement »

 

3 commentaires :

  1. je ne suis pas cégétiste, mais il est scandaleux que le système de santé ai été négligé depuis une trentaine d’années; personnels non formé, médecins au compte goutte, locaux vétustes et sans rénovation, tout ceci au profit des CAC 40 alors voilà si une crise sanitaire survient et bien comme les possibilités d’accueil des patients sont faibles, on se retourne vers le confinement de toute une population. Merci messieurs les politiques pour votre clairvoyance

  2. Le CAC 40, ah, ah, ah …… la solution de facilité. Forcément. C’est tellement facile !
    Mais jamais bien sur, les carences de la fonction publique hospitalière et de tous les organismes publiques qui sont liés à la santé ne sont abordées.
    On voit comment aujourd’hui par exemple, les ARS gèrent la campagne de vaccination. L’inertie est hallucinante.
    A un moment, il faudrait aussi que le monde de la santé se remette en question par lui même et fasse son autocritique. Il serait peut être bon d’aller voir comment font les allemands et les israéliens, puisque qu’en France on est incapable de le faire dans de bonnes conditions.
    Il est un peu facile d’aller chercher des responsabilités dans les commentaires démagogiques de la CGT et consort.
    Vous vous dites non cégétiste, mais vous en adoptez parfaitement la rhétorique.
    Et comme l’on dit, aujourd’hui, les patients ne sont pas satisfait de leur hôpital car les personnels courent dans tous les sens. Il y a 40 ans, ils n’étaient pas satisfait parce que les personnels passaient leur temps en salle de repose à prendre le café (ceux qui ont été hospitalisés à l’ancien hôpital me comprendront). Au final, rien n’a changé pour le patient, et ce n’était pas mieux avant, voir même pire …..

    • Pourquoi le CAC40? Parce que lorsqu’on tire tous les fils pour détricoter le schmilbick, selon l’adage « Follow the money », curieusement, où arrive-t-on?
      Les bonnes vieilles recettes (j’ironise) : moins d’État, moins d’Impôts, tout marché auto-régulé…..
      Résultat : « Where is the money? » – « In which pockets? »
      Tirons aussi les fils de ceux qui rédigent les lois et les amendements concernant l’économie, de « belles » surprises nous attendent……
      Pour savoir et s’exprimer sur des faits, il faut d’abord chercher comme vous l’avez si bien fait pour la loi sécurité (je n’ironise pas, je salue votre travail ou celui de votre confrère (je ne me souviens plus à l’instant, excusez-moi) d’être allé lire le texte).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.