Gourdon – City stade et terrain de tennis peuvent-ils cohabiter ?

Un collectif à Gourdon « sauvons le terrain de tennis » tente de démontrer qu’il est possible à la fois de conserver le terrain de tennis et de construire un city stade, un projet de la municipalité.

A lire son communiqué ci-dessous.

 

Suite au dernier conseil municipal, la mairie a annoncé le projet de construire un citystade à Gourdon. Deux sites possibles ont été retenus, notamment en lieu et place du terrain de tennis actuel.

Suite à cette annonce, de nombreux Gourdonnais ont manifesté leur volonté de conserver ce terrain car la pratique du tennis ne peut se faire que sur ce lieu spécifique. Il n’y a  pas d’urgence à détruire le terrain de tennis qui est encore opérationnel. Le bon sens doit primé dans la réflexion, tous les arguments doivent être entendus. Toutes les cultures et pratiques ont leur place. L’émergence des sports urbains ne doit pas se faire au détriment des autres pratiquants. D’autant que les terrains susceptibles d’accueillir cette belle installation ne manquent pas dans notre village.

Pourquoi faut-il sauver le terrain de tennis ?

  • Pour maintenir la seule association sportive de Gourdon. Cette année, malgré le contexte de la crise sanitaire, le tennis club de la Beluze compte 9 familles adhérentes soit près de 40 pratiquants potentiels sans compter les joueurs accompagnants. Durant la saison estivale, cette installation est souvent occupée. Les adhérents et pratiquants sont majoritairement opposés à la destruction du terrain de tennis même si le bureau de l’association ne s’y est pas fermement opposé.

 

  • Pour favoriser la pratique sportive de tous les Gourdonnais. Il est important, alors que la sédentarité augmente, d’inciter à plus d’activités physiques. Conserver le terrain de tennis, en plus du citystade, c’est offrir 2 lieux de pratique différents pour que tout le monde puisse s’y retrouver, jeunes ou plus vieux, seul, à deux ou en groupe. Le tennis ne peut pas être pratiqué ailleurs que sur ce terrain alors que le citystade offrira la possibilité de sports plus collectifs avec ballon notamment. Nous sommes favorables, comme les enseignantes de l’école, à avoir deux installations sportives complémentaires.

 

  • Pour les enfants de l’école. Les maitresses préféreraient conserver le terrain de tennis afin d’avoir deux lieux de pratique distincts pour l’enseignement de l’éducation physique et sportive. En effet, l’augmentation du nombre de classe nécessite davantage de créneaux et de lieux de pratique. De plus, l’école a investi, cette année, dans du matériel de tennis. Deux lieux de pratique favoriseraient l’accueil de plus d’étudiants de l’UFRSTAPS et faciliterait la cohabitation de l’école avec les autres usagers sur ces installations.

 

  • Pour une utilisation sereine des installations.

. Comment gérer, sur un seul citystade, l’utilisation par l’école et par les Gourdonnais ?

. Comment les maîtresses vont-elles s’imposer face à un groupe qui serait déjà en train de jouer sur le city, même si l’école est prioritaire ?

. Comment les autres utilisateurs pourront prévoir un temps de pratique sans savoir si l’école envisage d’utiliser le citystade à ce moment-là ?

Il ne semble pas pertinent de condamner le citystade durant les horaires d’école car ce sont aussi les meilleurs moments de la journée pour aller y  jouer. Même si les enseignantes définissent des créneaux, elles devront souvent s’adapter aux rythmes de travail des enfants ainsi qu’aux conditions météorologiques. De plus,  prévoir un principe de réservation ne serait pas compatible avec l’esprit du sport « urbain » d’autant qu’un citystade est un espace ouvert et accessible à tous. D’ailleurs, l’emplacement de l’actuel terrain de tennis est trop près de la route pour en faire un lieu adapté aux sports de ballon pratiqués sur un citystade.

 

 

  • Parce qu’un citystade ne sera jamais adapté à la pratique du tennis. Un des arguments avancés par la municipalité, pour convaincre le bureau du tennis club, a été que le citystade serait aménagé pour permettre la pratique du tennis. Mais plusieurs points s’opposent à cette possibilité : le city ne sera pas réservable, le filet ne pourra pas rester en place et sera donc à récupérer à la mairie (ou ailleurs) et à installer, le nature du sol et les zones de recul ne seront pas adaptés. Au mieux, nous pourrons jouer au badminton !!

La mairie évoque des travaux à prévoir sur le terrain de tennis alors que globalement il est en bon état et permet sans souci une pratique de loisirs.

 

  • Pour ne pas faire de fausses économies. Installer le city en lieu et place du terrain de tennis, l’argument est bien entendu financier mais réutiliser la dalle ne permettrait de faire que de fausses économies :

Une dalle prête à recevoir un city stade coûte 20 000 euros (selon les renseignements pris à la mairie de Saint Berain sous Sanvignes) alors que la réalisation d’un tennis avec grillage coûte 60 000 euros. Ce qui fait une perte économique de 40 000 euros, sans compter les frais supplémentaires.

Construire du neuf sur du vieux n’est pas du tout judicieux quand on sait que la dalle du tennis est fissurée et que cette fissure perdure malgré les restaurations précédentes.

La garantie décennale sera-t-elle valide ? Le constructeur pourra-t-il offrir une garantie sur la structure?

De plus, y installer le city nécessiterait d’adapter cette dalle pour faire une piste et de démonter le grillage actuel pour faire les travaux et pour des questions de sécurité. (courir sur une piste d’athlétisme bordée d’un grillage pourrait être dangereux). L’enlèvement du grillage sera un surcoût non évalué à l’heure actuelle par la municipalité.

Enfin les travaux sur ce lieu dégraderaient les aménagements du parking qui sont neufs et encore une fois, engendrer une gêne importante pour l’accès et le stationnement à l’école.

 

Pour toutes ces raisons, nous sommes convaincus qu’il est préférable de conserver le terrain de tennis et de réaliser une structure complètement neuve pour le city. Les Gourdonnais méritent une politique sportive ambitieuse en proposant deux lieux qui auront des spécificités différentes.

 

Si vous partagez nos ambitions et si vous souhaitez être informés des actions futures, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante sauvonstennisgourdon@outlook.fr

 

Le collectif «sauvons le terrain de tennis de Gourdon »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.