Gilets jaunes – Un jour, la chance va tourner

Quelle gabegie ! Ce samedi 29 décembre 2018, le mouvement populaire des gilets jaunes du Magny a atteint ses limites. Une bande d’inconscients a été à l’origine d’une mise en danger de la vie d’autrui sur la RCEA une fois la nuit tombée (lire par ailleurs).

Et pourtant, la veille, au centre nautique de Montceau-les-Mines une réunion de travail organisée _  par on ne sait qui, « surtout vous ne mettez plus mon nom » a-t-il été signifié _ a remis de l’ordre dans le désordre ambiant. De l’ordre, peut-être mais avec quelle once de responsabilité ?

Qui organise ? Personne.

Qui décide ? Personne.

Mon nom est personne.

Depuis le début, ce mouvement au Magny se gère à main levée. Vous êtes d’accord ? On fait. Vous êtes contre, on ne fait pas. Mais vous faites comme vous voulez.

Avant 17h ce samedi 29 décembre 2018, acte VII, rien de particulier à déclarer. Filtrage aux deux sorties de l’échangeur de la RCEA au Magny. A 16h, comme prévu, la circulation reprend normalement.

Un petit groupe de gilets jaunes s’en va alors discuter avec le sous-préfet. La journée s’est bien passée. Eric Boucourt rappelle néanmoins qu’il serait judicieux de déclarer à l’avenir la manifestation sans même obligatoirement coucher le nom d’un responsable. « Mettez gilets jaunes » précise-t-il. « Quant au camp, ajoute-t-il, il ne restera pas indéfiniment ».

Une heure plus tard, le drame est évité de justesse. Un jour de chance. Le préfet a immédiatement réagi (lire également par ailleurs).

Demain, la chance pourrait bien changer de camp. A main levée ou pas.

Jean Bernard

Jusqu’à 17h, tout allait plutôt bien

8 commentaires

  1. Bravo et merci pour cet article et sa conclusion.

    Il va falloir s’organiser si nous voulons que ce mouvement perdure.

    À quand la prochaine AG ?

  2. l’inconscience a l’état pure, peut ètre le vin était trop chaud? et pourquoi certains gj se cachent sous des foulards ? et puis je vois que les bloqueurs sont quand mème des nantis car ils on les moyens de se payer un feu d’artifice franchement je me demande si se mouvement n’est pas pour certains l’occasion de s’amuser et faire la fète et puis quand donc ses personnes vont travailler ? a part comme on voit sur certain média des gens en arrèt maladie

  3. a Octave
    si le feux d artifice a couté 100e , si il y a 100 GJ , cela fait 1e par personne!!!
    pas besoin d etre nanti

  4. Je renouvelle mon message posté sur un autre article et qui, curieusement, n’a provoqué aucune réaction. Peut-être avait-il plus sa place ici :

    À mes amis Gilets jaunes… et accessoirement à nos adversaires.

    Cet événement a une apparence que certains ont déjà utilisée et utiliseront encore contre nous et notre mouvement. Cette apparence se nomme inconscience, irresponsabilité… les mots ne manquent jamais à ceux qui considèrent qu’il est urgent de ne rien faire… puisque d’autres se battent pour eux. Mais cela, tous les militants rompus à la revendication y sont habitués. La plupart ont été vaccinés dès qu’ils sont entrés dans l’action, certains comme moi, depuis des décennies.
    Cet événement a aussi une réalité. Un accident grave a été évité de peu ; c’est la conséquence du manque de gouvernance de notre mouvement. C’est plus qu’une évidence, c’est un souhait, une volonté déterminée dès le début du mouvement par ses pionniers.
    Moi-même, aujourd’hui, je ne sais à qui m’adresser pour exprimer ma volonté en dehors de ma participation au groupe de travail que j’ai choisi. C’est la raison pour laquelle je le fais ici.

    Si nous voulons continuer, il va bien falloir que nous nous organisions autrement que jusqu’à présent, que nous agissions selon une ligne approuvée par la majorité d’entre nous, que nous décidions des actions à mener et que nous les menions telles qu’elles ont été décidées.
    En résumé, il faut écrire ce que l’on doit faire et faire ce que l’on a écrit, tout ce qui a été écrit, mais seulement ce qui a été écrit. Et si une situation imprévue survient, il nous reste le bon sens dont chacun est censé être pourvu. Ceux qui n’en ont pas n’ont rien à faire avec nous.
    Ceux qui ne respecteraient pas cette règle devraient être exclus du mouvement, quand bien même ils adopteraient notre reconnaissance vestimentaire, et le nom « Gilet jaune ».
    C’est mon point de vue.

    Un dernier mot pour vous encourager face à l’adversité :
    Face à la bêtise
    Je n’ai qu’une devise
    Ne rien faire
    et laisser braire.

    En espérant être entendu, je vous adresse mes amitiés revendicatives et vous souhaite une belle fin d’année.

    • Marcuse a raison.
      On discute, on decide, et on respecte à la lettre les decisions prises à la majorité.
      On ne peut pas se permettre que certains mettent en péril et discréditent tout le groupe.

  5. Je soutiens votre mouvement mais pas la présence de certaines personnes qui sont là pour mettre le désordre et donner une mauvaise image des gilets jaunes (…) Attention aux faux gilets jaunes qui nuisent aux vrais.Je sais que le mouvement des gilets jaunes accueil tout le monde mais même ceux qui profite du système ???? Ceux qui appellent les autres des cas sociaux???? Un grand ménage serait-il pas nécessaire pour éviter perturbateurs .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *