Gilets jaunes – Les « Pas contents » font chou blanc devant Leclerc

6 h – Ils veulent que ça bouge, marre de planter les deux pieds dans la paille noire et humide au camp du Magny autour du feu à se regarder dans le blanc des yeux et attendre une éventuelle action.

Il est 4h45 ce jeudi 6 décembre 2018. Quelques heures plu tôt à la réunion des gilets jaunes à la salle des fêtes du Magny _ils étaient plus de 400 réunis _  (lire par ailleurs), l’un d’eux prévient qu’une action va avoir lieu. Mais chut, on garde le secret du lieu et de l’heure.

La réunion se termine et Michel passe de groupe en groupe et annonce: « Rendez-vous à 4h45, on va bloquer l’entrée des camions au centre Leclerc ». Voilà de l’action qui n’est pas pour déplaire aux « Pas contents », ceux qui justement se sentent brimés, ceux qui aimeraient donner au mouvement populaire ce mouvement de terrain.

4h45 devant le parking Leclerc. Un camion déjà est en attente. Ils sont deux gilets jaunes, sous la pluie, plantés devant le distributeur de pizza. Du mouvement, il y a en a, des voitures arrivent, des gens en sortent. Ce sont les employés de la grande surface, ces lève-tôt de la grande distribution.

5h, la pluie est toujours bien présente, les gilets jaunes beaucoup moins. Au final ils sont sept, sept « Pas contents ». Ils misaient au moins sur une vingtaine minimum pour bloquer l’entrée des camions. Ils restent là à attendre, discutent avec la journaliste du Monde.

Un coup d’épée dans l’eau.

Les langues se délient, ils font part de leur exaspération, de cette routine qui s’installe au camp du Magny. « C’est comme au taf, on se lève et on sait ce qu’on va faire, rien. C’est le petit quotidien ». De l’ironie, oui bien sûr. Une certaine désillusion aussi. « Si pendant la guerre nos ancêtres avaient fait comme nous, attendez il pleut, on reste au chaud… »

Les sept mercenaires ont tenté, ils ont échoué. Ils sont retournés chez eux. Debout les gars réveillez-vous, il va falloir en mettre un coup. Pas ce coup-ci.

5h  du mat’ j’ai pas de frisson, je claque des dents et je baisse d’un ton.

Jean Bernard

Un commentaire

  1. ERH OUI LES LEVE TOT DE LA DISTTRIB. ON LES AS VU CE. MATIN. TROP COOL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *