Gilets jaunes – Alain Schleich : « Ravi enfin que ça arrive »

Alain Schleich, c’est l’homme qui a permis avec l’aide des salariés d’Eolane de maintenir le site et les emplois de cette entreprise en place en décembre dernier. Désormais, le délégué du personnel compte prendre le temps de souffler. Il s’intéresse néanmoins de près à ce mouvement inédit des gilets jaunes et en particulier du Magny où, à deux reprises, il a assisté à l’assemblée générale et vient aussi échanger avec eux sur le camp.

« Je suis ravi qu’enfin ça arrive. J’ai beaucoup d’estime pour le mouvement. Je leur souhaite de permettre à la société de changer » indique Alain Schleich. Un mouvement dans lequel il aurait bien aimé s’impliquer, mais « après quatorze mois de lutte (chez Eolane), j’ai besoin de me reposer. Mais je suis l’actualité ».

Avec son oeil aguerri, lui qui a mener son combat sans violence et avec résultats, il n’apprécie pas justement « ces gens qui font de la violence gratuite, ces perturbateurs volontaires qui discréditent le mouvement ». Après, il fait la différence avec ceux qui ont des réactions spontanées, « c’est leur forme d’expression orale avec laquelle ils sont à l’aise car ils ont besoin de s’exprimer ».

L’expérience d’Alain Schleich lui fait ajouter aussi qu’il faut savoir se limiter, « avoir de la mesure, se retenir pour ne jamais aller à la nuisance ». Il ajoute: « Il faut avoir ce frein ». Car dans ce mouvement, il reconnaît que la grande masse des gilets jaunes est volontaire et bienveillante, « elle mérite tout mon respect ».

La violence ne mène à rien, donc « il faut être vu et entendu et nuire le moins possible », précise-t-il. « Je suis plus réservé à l’idée de bloquer, ralentir la circulation sur la RCEA ».

Alain Schleich estime également que le mouvement du Magny doit évoluer notamment dans les actions. « Une marche sur Paris par étapes amplifiée avec d’autres marches qui partent de toute la France avec un point de ralliement dans la Capitale. Des groupes qui arriveraient chacun leur tour pour faire durer l’événement médiatiquement ».

Les gilets jaunes du Magny lancent la marche des femmes. Les prémices. C’est pour dimanche 6 janvier 2019 (lire par ailleurs).

Jean Bernard

 

3 commentaires

  1. Un engagement auprès des travailleurs et de ceux qui luttent, un militant qui incarne la justice sociale, un exemple à suivre.

    Ma considération et mon respect vous sont acquis Monsieur.

  2. Ou un covoiturage pour les personnes à mobilité réduite.
    « Nous partîmes 500 et par un prompt renfort nous nous vîmes 5000 en arrivant au port »… 🙂

  3. Le 3& décembre j’ai proposé de faire une marche au départ du Magny et de toutes les villes de France avec une convergence sur Paris.. Je suis contre la violence et il faut être nombreux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *