Femmes Solidaires – Après la mort de trois gendarmes

Assassinat de trois gendarmes

dans l’exercice de leur fonction.

Communiqué – Cet acte gratuit est innommable. Nous ne pouvons pas restées indifférentes et nous tenons à exprimer notre soutien aux familles des victimes et à leurs collègues.

Combien de fois les femmes font appel légitimement aux services de la gendarmerie pour se parer contre les violences de leurs époux, compagnons, fiancés. Chaque année, près de 150 femmes décèdent suite aux coups portés par leur partenaire: C’est trop, et les services de l’état savent mettre tout en oeuvre, pour protéger les femmes.

Aujourd’hui à Saint-Just (63), une femme, en complète détresse, ne veut surtout pas encore être sacrifiée. Elle demande de l’aide, la plus proche d’elle et la plus accessible: la gendarmerie. Les gendarmes se rendent sur les lieux où un homme fou menace sa partenaire, il est muni d’armes de toutes sortes. Et pour ces sauveurs, la vie bascule. Ils rencontrent la mort sous le tir, geste inexcusable d’un violent.

Nous refusons de tels actes que ce soit envers les femmes, et envers ceux et celles qui portent assistance aux hommes et aux femmes en détresse. Nous savons combien la présence et l’intervention des gendarmes sont importantes dans la protection des hommes, des femmes et des enfants.

Nous sommes dans le désarroi complet face à ces actes de barbarie. Nous voulons crier notre soutien à toute une corporation qui, nous le savons, mettent tout en oeuvre pour venir au secours des victimes de violences.

Ne nous laissons pas faire, jugeons avec rigueur et sévérité, les tueurs, les violeurs, les barbares.

Sincères condoléances à leurs familles, à leurs collègues, à la corporation.

Nous souhaitons prompt rétablissement à leur collègue blessé ce jour.

Rédaction le 23/12/2020 par le comité départemental « Femmes Solidaires »

3 commentaires :

  1. Bizarre, on parle pas violences contre les forces de l’ ordre, ou sont les partis politiques et les syndicats!!! » Absents, muets ou entre nous content, comme disait un journaliste, il y a quelques années,  » enfin une bonne nouvelle, un flic est mort, un de moins!!!! Je pense à ces familles de gendarmes, brisées par un  » debile » et leur présente mes sincères condoléances.

    • Désolant. Franchement je te plains. Qui peut se réjouir, à part un imbécile de la mort de qui que ce soit ? Qui peut l’exploiter à des fins politiques associatives ou syndicales ? Pas les militants de base. STP place dans un premier temps à la tristesse sincère et au recueillement…

  2. Tout d’abord, je tiens à présenter mes sincères condoléances aux familles des 3 gendarmes décédés. J’ai, en temps que père de famille, une pensée toute particulière pour les enfants des victimes qui seront privés de l’amour paternel. Il parait que le détraqué qui a sévi était catholique intégriste. En tant que chrétien, je ne m’exprimerai pas sur ce sujet parce que pour moi, ce geste n’a rien à voir avec la religion. Pour moi les extrémistes de tout poil capables de tuer au nom de Dieu sont juste des déséquilibrés pour qui la religion n’est qu’un prétexte pour assouvir leurs pulsions criminelles.
    Pour en revenir aux violences faites aux femmes, je voudrais souligner qu’on n’a guère avancé en 1/2 siècle. Dans les années 70, un de mes amis d’enfance était inspecteur de police au commissariat de Montceau et il me disait que l’essentiel de son travail résidait à intervenir dans les violences conjugales physiques et/ou morales.
    Plus largement nous devons nous interroger sur la valeur d’une société qui suscite ou entretient autant de violences y compris envers soi-même (suicides). On peut aussi se questionner sur un modèle économique qui mettant au centre du système la valeur argent détruit des vies et des familles en utilisant les licenciements comme variable d’ajustement des profits.
    Je vous laisse réfléchir la dessus pour éviter que de tels faits divers dramatiques ne se renouvellent. Toute vie mérite le respect.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.