Ecuisses – Villa Perrusson, superbe à l’extérieur, ravissante à l’intérieur

C’est la perle de l’écomusée Creusot Montceau. La villa Perrusson à Ecuisses se réincarne en cette bâtisse qui, jadis, fin du 19e siècle, a magnifié la céramique en Bourgogne et le long du canal du Centre. Aujourd’hui, elle est devenue un véritable catalogue dont la rénovation se poursuit à l’intérieur. Vivement 2022 !

David Marti (au centre), président de la communauté urbaine Creusot Montceau, Cyril Gomet (à gauche), vice-président de la communauté urbaine en charge du patrimoine et Frédéric Didier, architecte en chef des monuments historiques.

Rénovation intérieure de la villa Perrusson :

point d’avancement

La villa Perrusson, site de l’Ecomusée Creusot Montceau qui a ouvert les portes de son parc au public en 2016, poursuit sa métamorphose. Engagés en 2019, les travaux de l’intérieur s’achèvent laissant place à des opérations plus fines.

Rappel des opérations réalisées :

De 2015 à 2017 : restauration du clos-couvert de la villa, rénovation du café et aménagement du parc.

En 2017 et 2018 : réalisation des études pour la rénovation intérieure.

Eté 2019 : travaux d’ampleur de « rénovation » portant sur autant de gros œuvre que de finitions.

En 2020 :

  • les nouveaux planchers ont été terminés au printemps ;

  • les réseaux (chauffage, ventilation, sanitaires, électricité…) ont été interrompus pour cause du 1er confinement ;

  • en septembre, reprise du chantier avec des opérations de second œuvre : cloisons, plâtrerie, menuiserie, ascenseur, carrelage et parquet. Parallèlement, des opérations propres au monument historique ont été réalisées : staff, moulures et corniches, restaurations de peinture et de céramique.

Opérations en cours et à venir :

En 2021 : malgré les conséquences de la crise sanitaire, la restauration des intérieurs de la demeure va aboutir à la fin du premier semestre. Réalisée en l’espace de 2 ans, elle précède les aménagements muséographiques vouées à délivrer les clés de lecture de la maison-catalogue et de la vallée de la céramique développée le long du canal du Centre.

A l’horizon de juin 2022 :

  • le pavillon Desfontaines proposera une reconstitution historique de la maison-catalogue associée à un espace d’interprétation

  • le pavillon Perrusson sera aménagé d’un espace muséographique avec des espaces d’expositions permanente évolutive sur les industries céramiques du canal du Centre, temporaires et d’un espace d’ateliers pédagogiques.

 

En 2023 : l’Ecomusée proposera une exposition temporaire consacrée à la restauration de la villa Perrusson à travers les savoir-faire, les partis-pris de restauration et les découvertes de ce chantier d’envergure.

Coût

Le montant des travaux de restauration intérieure s’élève à 1,5 million d’euros dont plus de 800 000 financés par le Département, la Région et l’Etat et dans le cadre du contrat métropolitain.

Le budget prévisionnel de l’ensemble des aménagements muséographiques après restauration est estimé à 400 000 €.

4 commentaires

  1. Bonjour à tous,
    Si je compte bien, il restera 700 000 € à la charge de la CCM, uniquement pour les aménagement intérieurs, plus 400 000 € pour les aménagements muséographiques, plus … € ? déjà dépensés pour les aménagements extérieurs !
    Tout ceci sur le dos des contribuables de la CCM, peut-être avec le nouvel impôt sur les propriétaires.
    Pour moi, cette villa, où je n’y mettrai pas les pieds, est le symbole de la bourgeoisie industrielle du 19ème siècle, de l’exploitation des ouvriers et de l’enrichissement d’un nombre très restreint de privilégiés.
    Alors que des projets plus importants ont été laissés de côté, par exemple la construction d’un hôpital communautaire, ou plus proche de la nature : développement d’une réelle voie verte, aménagement des abords du lac de la Sorme, véritable joyau complètement délaissé par nos élus qui misent tout sur le passé industriel, époque révolue, sans comprendre les enjeux du 21ème siècle.

  2. si ,il faut le faire ,mais sur plus de temps ,il en faudrait pour les autres :voies vertes du canal , four a chaux de Blanzy ,lavoir des chavannes mais çà c’est pas dans les environs du Creusot

  3. si il n’y a qu’ici on peut mettre de l’argent c’est bien que la ccm est riche (mème très) simplement pour faire plaisir à une certaine personne qui a toujours défendu se projet alors si on veut sauver le patrimoine (ça ne s’arrète pas a la région creusotine) pourquoi ne pas soutenir le musé de la mine à blanzy ? si cela ne fait pas parti du patrimoine du bassin minier (donc ccm) alors faut m’esxpliquer et comme dit lili c’est un endroit ou je ne mettrai pas les pieds

  4. Pour Gilbert je suis complètement d’accord avec vous sauf sur un point le l’avoir des chavannes pour faire quelques choses il y en a pour des dizaines d’années alors vous pensez bien que les générations suivantes n’en ont rien à faire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *