Ecuisses – ViIla Perrusson : l’envers du décor

Le marché des producteurs à Ecuisses a bien failli tourner au vinaigre. Le millier de visiteurs ne s’est aperçu de rien, il a profité au maximum à la fois du marché et des animations à la villa Perrusson.

La villa Perrusson, joyau de l’écomusée Creusot-Montceau est justement au coeur du problème. La villa d’un côté avec l’écomusée, le marché des producteurs de l’autre organisé par l’office du tourisme de la communauté urbaine. Ecomusée et office du tourisme, c’est la même maison, celle de la CUCM et au milieu les producteurs. On ne mélange pas. Chacun à sa place.

Alors certes, il était précisé que le marché des producteurs se tiendrait sur le parking de la villa Perrusson sauf que la majorité des producteurs avaient néanmoins compris que leur place se trouvait dans le jardin de la villa. Imaginez une équipe de football prestigieuse, des tribunes pleines et on annonce aux joueurs qu’ils vont jouer sur le terrain d’entraînement… Le choc !

Pour toute réponse nous avons eu: « Il n’y a pas la place dans le jardin pour les producteurs et cela aurait posé des problèmes d’alimentation électrique ».

L’électricité, parlons-en justement, les producteurs ont attendu près de deux heures pour être alimentés non pas sur le parking mais sur l’allée qui y conduit, un moindre mal quand on connaît les lieux. Drôle d’endroit pour une rencontre et notamment y partager un repas. On se saurait cru sur une aire d’autoroute pendant un chassé-croisé à l’heure des vacances.

Pour à la fois profiter des deux concerts _ dans le jardin _, des illuminations de la villa _ sublimes _ et déguster les produits proposés par les producteurs, l’idéal aurait été que tout se passe dans l’enceinte de la villa Perrusson.

« On peut faire mieux » admettait Hervé Mazurek, vice-président de la CUCM chargé du tourisme et de reconnaître, « ça aurait été mieux à l’intérieur ».

Les contraintes des uns, les envies des autres, cette première édition du mixte villa Perrusson et marché des producteurs, a essuyé les plâtres.

Cela dit, le millier de visiteurs a quitté les lieux ravi de sa soirée et les producteurs furent enchantés de les accueillir.

Une tempête dans un verre d’eau ? Laissons le mot de la fin à madame le maire d’Ecuisses, Edith Calderon: « Reste à savoir si vous regardez le verre à moitié vide ou a moitié plein… »

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *