Coronavirus – Infirmières à l’hôpital Jean Bouveri : « Nos proches s’inquiètent pour nous »

Que se passe-t-il au sein de l’hôpital Jean Bouveri avec l’arrivée de la pandémie du coronavirus ? Difficile de savoir, très compliqué d’avoir des informations. Par différents mails adressés au personnel du centre hospitalier, nous sommes parvenus à compiler des questions et des réponses. La vie à l’hôpital de Montceau comme si vous y étiez…

A quel moment l’hôpital (la direction) a pris la mesure du coronavirus ? 

« Je n’ai pas de date précise. Mais l’organisation s’est faite avec l’évolution de la maladie. Tout n’as pas pu se faire immédiatement. Les premières mesures ont été l’interdiction des visites puis tout s’est enchaîné assez rapidement. Les équipes soignantes sont très réactives et engagées face à cette maladie et font tout pour améliorer les conditions de travail et la prise en charge des patients ».  

Quelles ont été les mesures prises ?

« Les services de l’hôpital ont été réorganisés. Des services se sont regroupés afin de mettre en place un service attitré COVID.  Les équipes mobiles (soins palliatifs, chirurgie…) ont cessé leur activité temporairement et les soignants sont en renfort dans les équipes soignantes. 

Les formateurs de l’IFSI (Institut de Formation en Soins Infirmiers) et les étudiants sont en renfort dans les équipes soignantes.

Aux urgences, nous avons organisé les locaux afin d’avoir deux circuits distincts : urgences COVID, urgences non COVID. Le « tri » se fait avant même de rentrer dans la salle d’attente en fonction des symptômes et pathologies. Et  de même pour tous les patients amenés via les pompiers ou ambulances ».  

Avez-vous eu du renfort dans votre service ? 

« Comme nous travaillons maintenant avec deux services d’urgences, nous avons effectivement  aménagé nos horaires de travail et notre effectif journalier. Nous avons aussi une secrétaire H24 afin de faire les entrées administratives la nuit ».  

Avez-vous suffisamment de matériel (gants, masques, combinaisons…) ? 

« Nous ne connaissons pas l’état du stock de gants et masques de la pharmacie. Nous avons fait appel à des dons extérieurs et nous remercions tout le monde. 

Les masques chirurgicaux, FFP2 sont réservés en priorité aux urgences, au service COVID, et aux soins continus ». 

Comment se déroule votre journée ? Combien d’heures, combien de jours travaillés ?

« Nous travaillons comme d’habitude en poste de 12h (jour ou nuit), trois postes maximum consécutifs et maximum quatre postes dans la semaine. Le rythme de travail est inchangé ».  

Moralement et physiquement, comment le vivez-vous ?

« Pour le moment nous gérons au mieux. C’est vrai que cette nouvelle organisation est déstabilisante mais nous nous adaptons. Le côté  COVID demande une concentration maximale, nous devons prévoir tout le matériel dont nous allons avoir besoin avant de rentrer dans le box. L’habillage et le déshabillage sont chronophages et doivent être rigoureux.

Mais nous savons qu’avec le temps, la fatigue va arriver. Nous le voyons avec les équipes soignantes du grand Est ou en Italie qui ont quelques jours sur l’avancée de l’épidémie. Sans compter la contamination des soignants qui va mener à des arrêts maladie… » 

Avez-vous levé votre mouvement de grève ?

« La grève…. cela fait un an que nous sommes en grève, un an que nous travaillons normalement… un an que nous essayons de faire constater nos conditions de travail, notre salaire… un an qu’on parle du manque de lits lié à la fermeture des services…. Aujourd’hui, face à cette épidémie dramatique, plus que jamais nous sommes sur le front, plus que jamais on se mobilise. Oui nous avons du matériel supplémentaire (qu’on demandait depuis longtemps), oui on parle enfin de nous soignants, oui Mr Macron a parlé de revoir nos grilles de salaire… mais il est bien triste d’être a 1300 morts pour être enfin entendus, reconnus et remerciés ». 

La solidarité entre services se ressent encore davantage ?

« Nous sommes tous très mobilisés et concernés. La décision de réorganiser le service a été prise lors d’une réunion, nous sommes tous restés à la fin pour faire ce déménagement. Un groupe whattsap a été créé afin que tout le service soit au courant des derniers changements, protocoles pendant nos jours de repos, propositions d’amélioration… «  

Quel est le moment le plus difficile à vivre ? Au travail, quand vous rentrez chez vous ?  

« Contrairement à la majorité de la population française, nous conservons notre activité professionnelle. Nous avons donc le même rythme. Les modes de garde d’enfants ont été arrangés pour nous permettre au mieux d’aller travailler même si c’est pas aussi simple que prévu… 

Mais étant face à cette maladie, nos proches s’inquiètent pour nous. Les enfants ont peur de nous voir partir travailler. 

Quand nous sommes en repos, nous sommes comme les autres en respectant rigoureusement les règles de confinement. Et nous appelons la population à les appliquer  au maximum. 

Je voulais aussi rajouter que toute l’équipe des urgences remercie sincèrement tous les commerçants qui pensent à nous en nous offrant à manger pour nous donner des forces et du courage ». 

Propos recueillis par Jean Bernard

7 commentaires :

  1. Soutien total à tous . On ne sait pas comment remercier reconnaître etc…BRAVO

  2. Un grand MERCI à vous tous ….

  3. Bravo à votre conscience et votre courage !
    Aux lecteurs, essayez de mieux comprendre la controverse entre le prof Raoult et ses détracteurs, en lisant cet article pondéré et éclairant…
    http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/18/covid-19-fin-de-partie-305096.html

  4. un grand MERCI à tout le personnel soignant qui expose sa santé et même sa vie pour protéger la notre. RESPECT.

  5. avons nous un gouvernement responsable ? c’est pas sur. Heureusement on peut compter sur le professionnalisme et l’abnégation du personnel soignant Merci à eux et que cette épidémie quoique malheureusement meurtrière serve à faire prendre conscience de la nécessité de service hospitaliers modernes puisque apparemment subitement on distribue des milliards comme des petits pains. Souhaitons qu’ils soient utilisés intelligemment

  6. Bravo et Merci a tous et COURAGE a tous et toutes soignants et professions parallèles……..ambulanciers pompiers …..
    Quand aux gouvernements successifs HONTE a eux !!!!
    En 2009 Mme BACHELOT s était fait incendier mais avait laisse une situation saine en terme de matériel et de personnel
    Situation que les gouvernements successifs ont anéantie pour arriver a celle que l on connait aujourd’hui hui et mettre les français dans la M…E
    Ou est passe le matériel ? le personnel réduit a peau de chagrin, les hôpitaux fermes
    IL Y AURA DES COMPTES A RENDRE

  7. Un grand merci à tout les soignants de tout cœur avec vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.