Coronavirus – Département : de la téléconsultation aux tests du covid-19

LA TÉLÉCONSULTATION DÉPLOYÉE DANS LE CENTRE DE SANTÉ DÉPARTEMENTAL.

Dans le contexte actuel de crise épidémique, le recours à la télémédecine est fortement encouragé. Grâce à la demande du président du Département de Saône-et-Loire André Accary auprès de l’Agence régionale de santé (ARS), la télémédecine, dont le déploiement dans les structures du centre de santé départemental était prévu initialement au cours du deuxième semestre 2020, est effectif depuis jeudi dans les 5 centres de santé départementaux.
L’objectif étant ainsi de pouvoir assurer la sécurité et la continuité des soins des patients et des soignants. Priorité sera donnée aux patients possiblement atteints du Covid-19 (primo consultation et suivi).

Prise de rendez-vous : une organisation adaptée pour une sécurisation maximale
Prise de RDV à partir du numéro unique : 03 85 34 71 00 ;
Suspension des prises de rendez-vous en ligne ;
Mise en place d’une régulation spécifique pour orienter les patients. Après un premier échange avec le personnel administratif, en cas de besoin d’avis médical, un médecin régulateur prend le relais et oriente les patients sur les plages horaires réservées aux consultations Covid-19 qui ont été organisées en fin de journée dans les différentes structures du centre de santé départemental.
Consignes sanitaires appliquées au centre de santé départemental
Pas d’accès au public ne nécessitant pas de soins, à l’exception des personnes accompagnant des patients non autonomes ;
Le personnel d’accueil et soignant porte un masque et une blouse ;
Un nettoyage est effectué chaque demi-journée dans les lieux communs ;
Un nettoyage est effectué sur le matériel nécessaire à la consultation après chaque patient ;
Un nettoyage de l’ensemble du bâtiment est effectué chaque soir ;
1 salle d’attente dédiée aux patients qui ne viennent pas pour une suspicion de Covid-19 ;
Lavage de mains obligatoire avant d’entrer en salle d’attente
Les patients qui toussent mettent obligatoirement un masque en arrivant.

 

 

« C’EST ENSEMBLE QUE NOUS GAGNERONS CETTE BATAILLE. »

ENTRETIEN AVEC PASCALE ROLLIN
Directrice médicale
du Centre de santé départemental
Bio express
Diplômée de la Fac de médecine de Lyon
Docteur en médecine libérale pendant 15 ans
Docteur en médecine du travail pendant 13 ans

Pouvez-vous tout d’abord nous présenter le centre de santé départemental, dont vous assurez la direction médicale ?
Pour faire face à la baisse continue de médecins généralistes en Saône-et-Loire et la perspective de nombreux départs à la retraite non remplacés, le Département de Saône-et-Loire a créé en 2018 le premier centre de santé départemental de France.
Ce projet innovant visait à assurer dans les bassins de vie, au plus près des habitants, la présence de médecins généralistes. Pour les habitants, c’est la garantie de pouvoir consulter un médecin dans les plus brefs délais au plus près de leur domicile.
En 24 mois, le centre de santé s’est déployé de manière rapide dans l’ensemble du territoire départemental avec désormais 5 centres de santé territoriaux (Digoin, Autun, Montceau-les-Mines, Chalon-sur-Saône et Mâcon) et 19 antennes médicales associées, soit 24 sites opérationnels. 52 médecins ont également été recrutés.

Depuis quand le centre de santé est-il mobilisé pour faire face à l’épidémie de Covid-19 ?
Nos équipes observent une veille sanitaire permanente et sont mobilisées depuis l’émergence du virus. Dès le 20 février dernier, nous avons renforcé l’information et la sensibilisation de nos publics.
Nous avons également mis en place une procédure spécifique pour les patients en provenance d’une zone à risque (NDLR : à l’époque Chine, Corée-du-Sud, Singapour ou régions de Lombardie et de Vénétie en Italie).

Quelle organisation avez-vous déployé pour protéger les patients et le personnel médical ?
Nos médecins et le personnel chargé de l’accueil sont équipés de masques, blouses et gel hydro alcoolique. Nous avons anticipé l’arrivée de cette crise et pouvons donc proposer les équipements recommandés.
Pour ce qui concerne les patients, notre objectif est double. En premier lieu, maintenir une continuité des soins les plus divers pendant cette période de crise, car le traitement des pathologies, autres que celle liée au Covid-19, doit être assuré. En second lieu, organiser nos centres et antennes de manière à garantir des soins sécurisés pour tous.
D’ailleurs, le déploiement de la téléconsultation dans les cinq centres de santé territoriaux, décidé ce mercredi 25 mars par André Accary, président du Département de Saône-et-Loire, participe entre autre à la sécurité des soins en cette période en évitant que les patients se déplacent.

Justement, comment les locaux sont-ils organisés ?
Nous avons dédié des lieux de consultation spécifiques pour séparer les patients suspects Covid-19 des patients non suspects. Deux cas de figure sont possibles : soit nous consacrons sur un bassin de vie une antenne médicale à l’accueil des patients Covid-19 et une autre au traitement des autres pathologies, soit comme c’est le cas à Digoin, après concertation avec les médecins libéraux de la ville, nous organisons des consultations à tour de rôles pour les patients avec des symptômes du Covid-19 dans des locaux spécifiques (NDLR : Maison départementale des solidarités (MDS) de Digoin).

Quel rôle joue le centre de santé dans cette crise dans la relation avec les hôpitaux et les médecins libéraux ?
Le centre de santé départemental joue un rôle de renfort vis-à-vis des hôpitaux. Comme les médecins libéraux, nous prenons en charge directement les patients afin de désengorger les urgences. Un lien très fort a été créé. Nous sommes tenus informés très régulièrement du nombre de lits encore disponibles dans les services de réanimation. Nous sommes chaque jour en contact avec les établissements hospitaliers et l’Ordre des médecins. Nous travaillons également de concert avec la médecine libérale pour trouver ensemble des solutions de prise en charge sécurisée des patients. Cette crise risque de durer longtemps. Nous devons tous respecter les consignes du gouvernement. Tous nos médecins sont mobilisés et c’est ensemble que nous gagnerons cette bataille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.