Coronavirus – Christophe Prudhomme, médecin urgentiste en colère

Capture écran.

Communiqué du CODEF.

Au cas où vous n’auriez pas vu Christophe Prudhomme* la semaine dernière en début d’après-midi au magazine de la santé sur France 5, son coup de colère rétabli quelques vérités :

« Osez dire que le gouvernement actuel n’est pas responsable de la pénurie de masques et autres matériels dans les hôpitaux est un énorme mensonge !
En effet qui a décidé de ne pas débloquer les crédits pour maintenir la réserve datant de la grippe H1N1 : Bercy. Et qui était à Bercy à l’époque : Emmanuel Macron ! Ils sont pitoyables à ce jeu du « c’est pas moi qui suis responsable mais c’est mon prédécesseur ».
Mon constat est simple : la dégradation des services publics et des hôpitaux a débuté avec le tournant libéral initié par Thatcher et Reagan aux Etats-Unis et en France avec Bérégovoy relayés par les guignols médiatiques Tapie et Montand.
Depuis, que les gouvernements aient été de « droite » ou de « gauche », la même politique libérale nous a été imposée avec la fermeture massive de lits et d’hôpitaux. Aujourd’hui nous manquons de lits de réanimation mais qui a validé par exemple le Projet régional de santé de la région PACA qui prévoit la fermeture de 13 réanimations !
Qui a fermé, il y a un an, la réanimation de l’hôpital Jean Verdier à Bondy dans mon département, que nous avons pu rouvrir heureusement la semaine dernière car le matériel et le personnels était encore présent ? Les ministres de la santé qui se sont succédé, servilement assistés par une partie des directeurs et des médecins en postes de responsabilité.
Et aujourd’hui, ils viennent pleurer dans les médias, comme le premier de la classe, Martin Hirsch, pour faire appel à la générosité publique pour acheter du matériel et aux retraités pour venir aider le personnel en nombre insuffisant.
Manque de lits et de personnels, ce sont les revendications qui motivent notre grève depuis plus d’un an. Un de ceux qui nous a envoyé paître lorsqu’il était rapporteur du budget de la Sécurité sociale, c’est Olivier Véran qui aujourd’hui essaye de se dédouaner dans ses interventions en tant que Ministre de la santé.
Aujourd’hui nous faisons notre boulot pour assister au mieux nos patients avec des moyens insuffisants. Mais après la crise, il faudra que ces « braves » gens passent à la caisse pour payer car leur responsabilité est clairement établie. »
Et pour notre hôpital, le Covid-19 permettra-t-il d’enterrer le plan d’économie de 3 millions d’€ présenté au Copermo qui devait se réunir ces jours-ci ? Plan dans lequel 15 Equivalents Temps Plein étaient sacrifié-e-s. Où attendent-ils sagement la fin de la crise pour repartir de plus belle, pour en rajouter une couche si le plan est retoqué. Une pensée particulière à tous ces
technocrates qui doivent leur promotion à leur contribution et leur participation à la casse de notre l’hôpital et de la santé en général.
Le Codef réaffirme son soutien à tous ceux qui luttent, depuis des mois, contre la destruction de notre système de santé, et au delà à l’existence même du service public tout entier. Le Codef partage leur colère, leur désespoir et les espoirs qu’ils expriment dans leurs manifestations.

* porte-parole de l’Association des Médecins Urgentistes de France et (NDLR : syndiqué CGT)

4 commentaires

  1. J espère que les élus locaux aussi devront répondre.
    Eux qui ont laissé partir les services au nom d un hôpital communautaire factice. Eux qui on posé la première pierre non pas d un hôpital mais d un monument funéraire !!
    Trop facile de venir l écharpe en bandoulière en se cachant derrière les gouvernements successifs.
    (…)

  2. Pierre Antoine VINCI

    « Aaaaaah … bon dieu … mais c’est bien sûr » !!
    (M’écriais-je en me frappant la paume de la main gauche du poing droit !
    C’est bien lui … pas d’erreur …

    C’est bien lui qui dès le 06 Mars dernier , juste après l’allocution du président dans un EHPAD parisien , fanfaronnait sur LCI en ne tarissant pas d’éloges sur la gestion du problème par nos « amis chinois » , en minimisant le risque de pandémie et en allant même jusqu’à dire que « Macron » en « faisait trop » !!

    Aaaaaah … la CGT … peu importe la véracité du discours … occuper le terrain … « coûte que coûte » …

    Affligeant !!

  3. Incroyable gel de la cervelle, je ne sais si c’est celle de M. Prudhomme ou de ceux qui ont choisi ce seul extrait de son intervention. Ce qui est aujourd’hui public en tout cas, c’est que l’association AMUF (assoc. des médecins urgentistes de France), s’est très clairement prononcée pour que le protocole du Dr Raoult soit proposé dans tous les hôpitaux de France :
    « L’AMUF encourage les professionnels et le ministère de la Santé à utiliser les recommandations thérapeutiques et de stratégies de santé de l’équipe de l’APHM du Pr Raoult. Même si toutes les conditions modernes de validité d’étude ne sont pas remplies, l’urgence et le pragmatisme doivent nous inciter à évaluer le plus rapidement possible le traitement par la hydroxychloroquine tout en le prescrivant pour sauver des malades. Aucune des thérapeutiques médicamenteuses permettant la progression des malades ne doit être exclue » (intervention de presse de Patrick Pelloux).
    Il est invraisemblable que ni le Codef, ni la CGT qui s’expriment beaucoup sur le sujet des hopitaux, n’osent poser cette revendication à Montceau ! Quel fil ont-ils à la patte ?

    OUI, les Montcelliens doivent pouvoir bénéficier de tests et du seul traitement existant (et inoffensif) quand ils sont détectés positifs…

  4. Voir vidéo de ce personnage le 6 mars……pathétique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *