•  

Conseil communautaire – Entre voeux, désirs et réalité

Pour ceux qui ont eu l’opportunité de suivre la retransmission du conseil communautaire qui se déroulait ce jeudi à l’Embarcadère à Montceau-les-Mines, même un épisode de l’inspecteur Derrick est plus enlevé, au moins la recherche de l’auteur du crime tient en haleine même le chat de la maison.

Ainsi est faite la vie politique, pas toujours rose, pas toujours drôle mais indispensable à la bonne marche de nos institutions. Il est vrai aussi que l’ordre du jour n’offrait pratiquement aucun os à ronger à l’opposition.

Un sujet toutefois à fait naître un semblant de débat quand il a fallu voter l’aide aux loyers accordée par la CUCM aux commerçants et artisans de 0 à 10 salariés (lire par ailleurs).

Invariablement comme à chaque fois, c’est toujours Charles Landre qui s’y colle même si lui-même le reconnaît, « ce dispositif va faire du bien aux commerçants ». Mais…

D’après Charles Landré, des élus s’interrogent sur les mesures à prendre après la pandémie même si on ne sait pas ce que nous réserve l’avenir, « c’est à la communauté urbaine de trouver des solutions concrètes pour l’après » souligne-t-il.

Déjà estime-t-il, la CUCM aurait déjà dû penser à la digitalisation, « aux plateformes d’achats » notamment. Voter des aides aux loyers, même si certains en ont besoin et d’autres peut-être moins, si rien d’autre n’est proposé, alors « nous allons voter le même mécanisme dans trois mois, six mois » fait-il remarquer.

La voix de Charles Landre manquera au moment du vote.

D’autres en revanche, comme Guy Souvigny, vice-président au tourisme et par ailleurs adjoint au commerce et à l’économie à Montceau-les-Mines, salue l’initiative de la communauté urbaine, au même titre qu’Alain Ballot, vice-président au commerce qui rappelle combien « nous avons été très réactifs après avoir avoir réuni les commerçants du Creusot et de Montceau pour connaître leurs priorités ».

C’est précisément sur cet aspect que le président David Marti a répondu à Charles Landre. « Nous avons entendu les principaux intéressés et leur attente concernait le loyer. Nous avons répondu à l’urgence. Ainsi, les bars et restaurants sont couverts jusqu’à décembre (le dispositif est renouvelable une fois) ».

Quant à l’offre digitale, « elle est prévue également » ajoute le président.

Et Derrick, il en est où dans son enquête ?

Il est probable qu’il n’a pas écouté le voeu émis en fin de séance du conseil communautaire au sujet d’Eolane Montceau. D’autant qu’un voeu reste un voeu, sans plus mais il a le mérite d’exister.

Ainsi la communauté urbaine condamne avec la plus grande fermeté la décision du groupe Eolane de fermer Eolane Montceau et appelle les services de l’Etat à la plus grande vigilance dans la mise en oeuvre du Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE). De quoi donner des sueurs froides à Henri Juin, P.-D.G. du groupe Eolane (lire par ailleurs).

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *