Conseil communautaire – Bimby ou bisbille ?

L’introduction du rapport consacré jeudi soir au conseil communautaire sur le dispositif Bimby est dithyrambique (voir tableaux ci-dessous): « Suite au succès rencontré par l’expérimentation menée au Creusot et à Saint-Vallier, le dispositif Bimby s’étend à sept nouvelles communes du territoire  communautaire :  Blanzy, Le Breuil, Génelard, Montceau-les-Mines, Montchanin, Sanvignes et Torcy ».

Pour rappel le concept Bimby (construire dans son jardin) vise à favoriser la création de logements sans étalement urbain, sur des parcelles déjà bâties, sans démolition des habitations existantes, à l’initiative de l’habitant.

Avec les sept nouvelles communes, l’objectif est d’atteindre sur trois ans, trois cents logements Bimby avec un budget de 1.27 M€ (15% du laboratoire In Vivo, 85% de la CUCM avec la possibilité de bénéficier d’une subvention de 400 000 € de la Région).

Une opposition pas convaincue et pas cohérente

Pas de quoi enflammer Charles Landre (opposition), qui déjà en 2016 se montrait peu enthousiaste. « 372 projets dont 200 en hibernation donc très peu de projets menés à terme. Une première enveloppe de 120 000 € et aujourd’hui 900 000 € de la CUCM. C’est un coût extrêmement cher pour peu de résultats. Nous aurions pu le faire nous-mêmes, ou passer un contrat avec des étudiants en urbanisme. Je n’ai pas trouvé une collectivité qui tire un bilan clair depuis 2011. Même les Echos (journal financier) en décembre 2018, indiquait que ce type de démarche ne rencontre pas le succès escompté. Nous réitérons nos vives réserves. Nous ne voterons pas la délibération ». Lionel Duparay partage le même avis et demande: « Combien de projets sur les 81 seraient sortis de terre sans Bimby ? »

Frédérique Lemoine, vice-présidente n’est pas de cet avis. « Cette opération est un succès. Si 81 offres Bimby créées, ce n’est pas beaucoup, pour moi et mes collègues, c’est significatif et des projets sont dans les tuyaux ». Alain Philibert vole au secours de sa collègue. « C’est une grande satisfaction pour les élus et les habitants à Saint-Vallier ».

Une faille vient de s’ouvrir alors le président David Marti s’y engouffre allègrement devant l’incohérence des propos de l’opposition et notamment des élus montcelliens. Effectivement, « Montceau est concernée mais l’opposition n’y est pas favorable. Je ne veux forcer personne. Nous laissons Montceau ou nous la retirons ? »

Marie-Claude Jarrot ne relève pas. « C’est une question qui appelle une réponse » insiste le président. « Il faut être cohérents ».

Lionel Duparay ose une réponse : « Oui à Bimby mais avec la CAUE (conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement) ».

David Marti : « Non ».

Le vote, l’opposition vote contre et deux s’abstiennent (Christian Caton et Michel Tramoy).

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *