Confinement – Mange bien, bouge bien, pense bien, les trois piliers de la naturopathie

Confinez-vous, confinez-vous, il en restera toujours quelque chose. Mais quoi ? Tout le monde ne traverse pas cette période inédite de la même façon. Rester chez soi la plupart du temps alors que le soleil brille pour lutter contre un ennemi invisible a de quoi se masturber l’esprit.

Il existe donc différentes approches dans la gestion du confinement. Comment l’occuper, que faire ?

« C’est peut-être l’occasion de revenir à la nature car nous avons oublié les fondamentaux, c’est-à-dire manger sain, correctement, des légumes bio autant que possible, connaître leur provenance. C’est le moment aussi de se recentrer sur soi, prendre du temps, bien dormir pour régénérer nos cellules ».

Voici en quelques mots les conseils de Joëlle Gaillard, conseillère en bien-être et en nutrition, dans un avenir proche, naturopathe diplômée et, depuis une trentaine d’années, préparatrice en pharmacie dans une officine à Chalon-sur-Saône.

Que chacun reste à sa place

Trente ans que Joëlle Gaillard, derrière son comptoir, conseille et informe la clientèle, alors à l’approche de la cinquantaine, « j’ai décidé de suivre une formation dans une école de naturopathie ». En deuxième année actuellement.

Les naturopathes, tous des charlatans ! Certes, ce n’est qu’une pseudo-médecine, une alternative comme peut l’être le chocolat dans le plaisir. « Si vous vous sentez bien, alors restez comme vous êtes » assure Joëlle Gaillard.

L’important est ailleurs, comme souvent invisible pour les yeux. « J’aime le côté humain et, aujourd’hui, je fais valoir mes trente années d’officine. Quand j’ai une patiente qui m’appelle pour me dire qu’elle n’a plus de douleur, je suis contente » dit-elle sans fanfaronner.

Que chacun reste à sa place. « Je ne soigne pas les cancers mais je peux accompagner les personnes malades. Si vous avez besoin d’antibiotiques, prenez-en » ajoute-t-elle encore.

Ce confinement fait naître des interrogations, provoque chez certains du stress, l’époque est devenue très anxiogène. « Il faut garder son optimisme car plus nous serons angoissés, plus notre immunité va baisser avec le risque d’attraper ce virus. Je rappelle juste que l’hygiène des mains, les laver avec du savon est très important ».

« Ce covid-19, je le vis tous les jours, il n’est pas arrivé par hasard. Nous devons tous réfléchir et penser que nous pouvons faire des choses simples, lire ou jouer avec les enfants », préconise-t-elle.

Trouver la cause du mal

Joëlle Gaillard distille ses conseils au téléphone, « forcément, je ne peux plus me déplacer chez le patient et, parfois, le simple fait de parler est déjà un énorme bénéfice ». C’est aussi prescrire des huiles essentielles à utiliser en massage sous la voûte plantaire. « Mais ce sont aussi des médicaments, alors les doses sont à respecter, faire très attention avec les enfants. Je ne donne pas une huile à quelqu’un qui est sous anticoagulant. A chaque fois, je demande au patient de m’envoyer son ordonnance ».

A la première consultation, pour trouver la cause du mal, Joëlle Gaillard s’entretient pendant au moins une heure trente avec son patient. Dites toute la vérité, rien que la vérité.

Notre conseillère s’appuie donc sur les trois piliers de la naturopathie : mange bien, bouge bien, pense bien et met également en pratique ses connaissances acquises en officine, l’aromathérapie (huiles), phytotérapie (plantes) et l’homéopathie (granules).

N’est-ce pas Hippocrate qui aurait dit « Que ton aliment soit ta seule médecine ». A méditer encore et toujours.

Jean Bernard

Joëlle Gaillard habite à Saint-Sernin-du-Bois. Vous pouvez la joindre au 06 20 90 96 21, par mail, gaillard.jo71@gmail.com       

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *