Blanzy – Eric Meny : un homme, une passion, un portrait

Un Ardennais en Bourgogne, un migrant économique à l’intérieur de l’hexagone, un homme passionné, intégré et amoureux de sa ville d’accueil : Eric Meny.

Venu en mutation dans le cadre de sa profession, ce directeurs d’établissements des Papillons Blancs, a trouvé à Blanzy un équilibre et une aire privilégiée pour déployer les ailes de ses passions.
D’abord l’écriture. Ce natif de Charleville, ville de naissance de Rimbaud, à un arrière-grand-père qui était ami avec le poète maudit, le parrain de sa fille est né dans la maison paternelle de l’auteur du Dormeur du Val, et il a épousé une femme ayant vu le jour dans le village natif de Verlaine. Si ça ne donne pas des ailes à la plume…

Ensuite autre passion la photographie. A l’ancienne, peu, mais traditionnellement travaillée (contraste, lumière seulement).

Et pour finir la marche, la randonnée depuis qu’il a dû abandonner les longues distances et les marathons.

A la mort de sa mère, ses racines sont remontées à la surface et il a décidé de les faire vivre en symbiose avec son amour pour Blanzy et il a donc édité « Un Ardennais en Bourgogne », puis a lancé sa page Facebook éponyme où beaucoup se retrouvent. https://www.facebook.com/groups/unardennaisenbourgogne/

Il s’est dernièrement fixé un challenge : tirer le portrait de tous les commerçants, artisans, acteurs économiques et sociaux de sa ville pour démontrer que non seulement elle est vivante mais extrêmement dynamique. Il envisage à terme une exposition de tous ces portraits. Cela offrira un autre visage de la ville et la fera vivre dans l’intensité de son quotidien.

Il organise régulièrement des randonnées avec les amis et tous les volontaires voulant s’oxygéner les poumons tout en partageant du lien social et de la chaleur humaine.

Son souhait pour lorsqu’il sera en retraite, d’ici des mois et des mois et des mois, c’est de mettre en place des randonnées culturelles guidées.

Ce conseiller municipal de la ville de Blanzy entend apporter modestement un plus à sa ville de cœur.

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *