Blanzy en mars – Un week-end bien orchestré

Le festival Blanzy en mars en famille fait la part belle aux artistes locaux. Mettre en valeur le patrimoine musical participe au succès du festival.

Samedi soir, l’orchestre junior dans un premier temps puis les élèves saxophonistes avec la collaboration de Nicolas Prost ont assuré une très belle soirée. Nicolas Prost est né à Saint-Vallier et obtient en 1994 les 1ers Prix à l’unanimité de saxophone et de musique de chambre ainsi que le Diplôme de Formation Supérieure mention TB au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Lauréat de la Fondation Yamaha la même année, il devient le saxophoniste attitré de l’Orchestre des Concerts Lamoureux sous la direction de Yutaka Sado. Parallèlement, d’autres orchestres aussi prestigieux que le Capitole de Toulouse, l’Ensemble Intercontemporain ou encore l’Orchestre de la Suisse-Romande le sollicitent pour ses solos.

Une masterclass à Blanzy avec Nicolas Prost  et un rendu « surprenant » en concert avec Digistorming sont les facettes de ce festival comme l’a été le lendemain, toujours à l’EVA, « Les enfants de cinq-sous » par l’orchestre des Verreries et la participation de Mine de lire.

Un opéra à l’EVA d’après une oeuvre originale de Gilbert Morèle pour rendre hommage aux ancien mineurs du Bassin minier. Il aurait fallu pour cela d’un orchestre symphonique, de chanteurs lyriques et d’un choeur. La fanfare des anciennes Verreries a fait un autre choix, celui du concert-lecture. Et en patois avec les membres de Mine de lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *