Blanzy – Conseil municipal : la ville gagne de l’argent

Jean-Marc Frizot et Hervé Mazurek.

Christian Caton.

L’église de Blanzy, un gros chantier à venir.

Voilà qui tranche avec d’autres conseils municipaux. Pas d’invectives, pas d’injures, c’est même trop beau pour être vrai. Sans doute aussi que l’opposition ne s’oppose pas vraiment à Blanzy mais quand un consensus général se dégage, faut-il s’en plaindre pour autant…

Toujours est-il que le conseil municipal de Blanzy, qui devait voter le budget 2019 _ on vous rassure tout de suite, il a été voté à l’unanimité _  mercredi soir, permettra à la prochaine équipe municipale de reprendre les rênes sans être obligée de prendre le mors aux dents.

Municipales 2020, l’annonce du maire

D’où la question qui est sur toutes les lèvres « qu’on me pose régulièrement » lance Hervé Mazurek, « et en mars 2020 ? » Et là, silence dans la salle, le maire va parler, il va annoncer qu’en  » en mars 2020, il y aura une nouvelle édition du festival Blanzy en mars en famille ». Une belle feinte de corps à la Hatem Ben Arfa. A quand la Panenka ?

Le budget primitif 2019, on y vient. D’abord le report de l’excédent 2018, il est affecté pour 750 000 € en investissement et pour 658 362.20 € en fonctionnement.

Puis les taux et là, c’est la bonne nouvelle. Non seulement ils restent inchangés depuis sept ans (taxe habitation : 19.25, taxe foncière bâtie : 25.21 et taxe foncière non bâtie : 60.75) mais en plus, la TFB rapporte aujourd’hui de l’argent à la commune. « Nous avons un bonus de 180 000 € sans toucher le taux d’imposition, un bonus qui viendrait en grande partie de l’agrandissement du site de Michelin. Notre implication avec Michelin porte ses fruits » souligne Jean-Marc Frizot, premier adjoint chargé des finances.

Moins de personnel pour un même service aux Blanzynois

Et cet argent, « qu’en fait-on ? » ajoute-t-il. « Investir au quotidien et durablement » précise-t-il. C’est l’éclairage public, l’accessibilité aux bâtiments publics, l’aménagement du centre technique, la transformation de l’ancien restaurant Picard en pôle administratif, l’achat de deux chaudières à l’école maternelle L. Aubrac et à l’EPSMS du Vernoy, 50 000 € pour les études de rénovation de l’église, l’entretien de bâtiments, la rénovation du gymnase Jean Zay (au moins 1 M€).

A côte de cela, « le fonctionnement des services est maîtrisé » indique l’adjoint aux finances avec même une baisse des dépenses de personnel de 1.9% (- 83 125 €) » et sans amoindrir justement le service public »  ajuste Hervé Mazurek.

« Et pourquoi ne pas redistribuer aux plus bas salaires ?  » interroge Christian Caton (opposition). Une question qui a du sens pour le maire. « D’abord, nous faisons de la déprécarisation, du personnel qui était à 20h/semaine, passe à 35h ».

Toujours Caton, « ne pourrait-on pas dynamiser le commerce local ? »

« Ce n’est pas dans notre domaine de compétence » répond Hervé Mazurek. La ville vient au soutien des commerçants avec le restaurant scolaire, la soirée dans les bars à l’occasion du festival (les groupes sont rémunérés par la municipalité), « mais nous n’aurons pas d’animateur de centre-ville comme à Montceau, nous ne sommes pas dans la même dimension ».

Le budget primitif 2019 d’un montant de 9 601 734.08 € (7 105 591.20 € de fonctionnement et 2 496 142.88 € d’investissement) est adopté à l’unanimité.

Jean Bernard

3 commentaires

  1. Ne pas oublier notre demande d’un budget alimentant la démocratie participative pour laisser aux blanzynois la possibilité de choisir une réalisation structurante pour la commune
    Merci
    Christian Caton

    • Bonjour, qu’appelez vous « une réalisation structurante » ?

      On a l’opposition qu’on mérite!
      Quand la majorité est à l’écoute de ces citoyens et quand l’opposition n’est pas méprisée, cela donne du bon travail ! Et finalement, les habitants ne cherche pas au delà.
      Bravo pour la ville de Blanzy

  2. Ce serait une réalisation qui « reste »
    Comme par exemple des toilettes publiques
    Des pistes cyclables et piétonnières entre le canal et le musée de la mine jusqu’au barrage de la sorme
    Un parcours piétons autour du lac de la sorme
    De poubelles publiques pour éviter tous ces papiers au sol
    De ralentisseurs sur la route de montcenis
    Ce n’est pas à moi de définir ce que les Blanzynois veulent.
    Il faudrait une consultation « municipale » mais il faut bien sûr des réponses .
    Le habitants ne cherchent pas au delà :
    Et pourtant la population baisse.
    On a l’opposition qu’on mérite ??
    Christian Caton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *