20 août 1866, création du « Certif », un Graal à son époque

Pour nos amis du musée de la Maison d’Ecole, 20 août 1866 : naissance du certificat d’étude.

Des générations et des générations d’élèves se sont affrontées à ce foutu « certif ».

Honnêtement vus les programmes de l’époque cela vaudrait plus que le bac actuel, mais trêve de nostalgie désobligeante, ce diplôme fut le Graal de moult jeunes voulant se lancer dans la vie active ou accéder aux « bourses » pour poursuivre les études (Vincenot, Jackez Helias, par exemple).

C’est Victor Duruy, ministre de l’Instruction publique de Napoléon III qui, par simple circulaire, institue un certificat d’études primaires destiné aux « élèves qui auraient subi avec succès un examen portant au moins sur l’enseignement obligatoire », soit lecture, écriture, orthographe, calcul et système métrique. Tout ce qui forme les manques abyssaux actuels de nos collégiens, lycéens, étudiants et il faut le dire, nos technocrates qui ne peuvent pondre une circulaire sans fautes…

C’est le département et donc les conseils généraux qui organisent l’examen avant que Jules Ferry, ministre de l’Instruction publique sous la IIIème République, prenne un arrêté le 28 mars 1882, pour qu’enfin l’examen soit organisé sur une base nationale.

Comme les instituteurs ne présentent à l’examen que leurs meilleurs éléments, l’examen acquiert une grande valeur et devient vite un sésame pour accéder aux emplois de la fonction publique et constitue véritablement un puissant ascenseur social.

Contrairement au bac qui est attribué à 90 pour cent des lycéens, le « certif » ne sera jamais octroyé qu’à une moitié des élèves de chaque classe d’âge.

Ce fut énorme dans la société essentiellement paysanne du 19ème siècle et du début du 20ème qui subissait la révolution industrielle et l’exode rural.

Ah oui, il y avait de la récitation, des baignoires qui fuyaient, des trains qui devaient se rencontrer, et le chant du départ… et bien d’autres choses.

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *