19 août 1839 : présentation du daguerréotype

Cela fait cliché à force, mais il n’y a pas photo, pour un Bourguignon digne de ce nom, c’est « Nicéphore » (qui porte la victoire) Niepce l’inventeur de la photographie.

Ce 19 août 1839 François Arago (astronome, physicien et homme d’État français) présente à l’Académie des Sciences à Paris le « Daguerréotype » premier procédé photographique dû à Nicéphore Niepce et Louis Jacques Mandé Daguerre.

Grâce au daguerréotype, on obtient des images sur plaque de cuivre argentée après « seulement » une demi-heure de pose.

Le temps d’exposition étant de plusieurs dizaines de minute on ne produisait qu’un seul exemplaire difficilement reproductibles à l’identique, surtout pour les portraits.

On cite le cas d’une scène avec cireur de chaussures et client en pleine rue. Les personnages avaient dû rester immobiles de très, très, longues minutes pour réussir le cliché.

En mars 1840, John William Draper réussira le premier daguerréotype net de la Lune.

A partir de 1850, le procédé Talbot (William Henry Fox Talbot (1800-1877) détrône le daguerréotype par le procédé négatif/positif sur papier qui permet la reproduction de l’image. Talbot se proclame aussi inventeur de la photographie.

Joseph « Nicéphore » Niepce, un vrai Bourguignon, est né le 7 mars 1765 à Chalon-sur-Saône et décède le 5 juillet 1833 à Saint-Loup-de-Varennes.

Ingénieur, inventeur du « procédé héliographique » appelé ensuite photographie, auteur de la plus ancienne prise de vue (Point de vue du Gras, une partie de sa propriété), mais aussi inventeur, avec son frère Claude, du pyréolophore, le premier moteur à combustion interne du monde qui sera ensuite développé par  Rudolf Diesel.

Louis Jacques Mandé Daguerre, n’est pas Bourguignon car né à Cormeilles-en-Parisis (Val-d’Oise), le 18 novembre 1787. Peintre et photographe, il travaillait (optiques, chambres noires) en collaboration avec Niepce (chimie) et après la mort de ce dernier il perfectionna la prise de vue en changeant les matériaux utilisés : iodure d’argent au lieu du bitume et vapeurs de mercure pour révéler l’image latente. Il se déclara inventeur de la photographie.

Aussitôt la présentation du Daguerréotype par Arago, la foule s’arracha pendant plusieurs jours tous les appareils qui pouvaient être fabriqués. Un énorme succès.

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *